article partenaire
Pic étoilé dans M16

Pomme Star - Danny Boyle fait le Jobs

Steve Jobs
De Danny Boyle (ÉU, 2h02) avec Michael Fassbender, Kate Winslet...

Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (“127 heures”), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Il fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première super-pop-star économique du XXIe siècle. Vincent Raymond

« Penser “différent” »… Érigé en précepte par Steve Jobs soi-même, le slogan exhortant à la rupture créative et intellectuelle semble avoir guidé le scénariste Aaron Sorkin et le réalisateur Danny Boyle dans cette travail de la biographie (autorisée) du charismatique fondateur d’Apple, un pavé signé par Walter Isaacson détaillant par le menu l’existence de Jobs, listant également les innovations à mettre à son actif. Plutôt que de se lancer dans une illustration chronologique standard, visant l’exhaustivité en suivant le sempiternel et prévisible « sa vie, son œuvre », l’un et l’autre ont emprunté un chemin de traverse.

à lire aussi : iBiopics et colégram

Jobs ayant été, au-delà de toutes les controverses, une manière de stratège imposant sa vision d’une réalité distordue (et finalement, modelant la réalité à ses désirs), Sorkin et Boyle lui ont donc taillé un écrin biographique hors norme. Pour le cinéaste, cela passait par l’abandon de marques de fabrique virant au tic, comme les effets de montage épileptoïdes ou le recours à une bande originale utilitaire, marqueur temporel ou folklorique. Pour l’auteur du script, par la conception d’une sorte de mise à jour logicielle du biopic traditionnel — à la fin, on est las de ce mode ancien. Un sursaut nécessaire dans l’art de dépeindre une vie à l’écran, aussi décisif que le passage de l’hagiographie lénifiante d’antan à la biographie objective et nuancée, et qui aboutit à cette évocation épurée, ce concept minimaliste de biopic ultra-métonymique. Car ici, trois instants-clef suffisent à croquer l’homme à la pomme ; trois moments décisifs qui non seulement ont bouleversé sa trajectoire personnelle, mais infléchi la destinée de son entreprise — voire, par ricochet, la société de consommation.

Strict jusqu'au trognon

Trois actes se déroulant en temps réel — sur des scènes, de surcroît — sans donner pour autant une impression de théâtre filmé. Chacune des séquences composant Steve Jobs se situe en effet dans les coulisses d’un de ces lancements — Macintosh 1984, NeXT 1988, iMac 1997 — dont le PDG était friand, et durant lesquelles il se plaçait aux côtés de ses nouveautés électroniques, sous les feux des projecteurs. Des événements spectaculaires contribuant à édifier la statue du Jobs convivial dealer de jouets magiques et futuristes ; à lui conférer un statut de star du nouveau siècle. Au point, d’ailleurs, qu’il finit par en adopter rituels et attributs — telle son immuable garde-robe. N’étaient ces satanés ordinateurs, on croirait partager l’intimité d’une vedette des planches avant sa représentation, entre Opening Night (1978) de Cassavetes et Birdman (2015) de Iñarritu !

à lire aussi : Le futur au musée

Saturée d’adrénaline, labourée par les techniciens effectuant les ultimes réglages précédant le lever de rideau, cette ambiance de frénésie contenue catalyse la cristallisation des contentieux et l’expression des secrets relégués dans le filigrane des jours ordinaires. Au cours de longs échanges, éraflés par de brefs flash-backs surgissant comme des gifles, Jobs solde ses comptes avec ses proches : son ex-compagne et mère de sa fille Lisa (longtemps non reconnue), son ancien alter ego Steve “Woz” Wozniak ou encore John Sculley, le PDG qu’il avait débauché de Pepsi et qui le vira. Ceux-ci apparaissent soit comme des pions servant son ambition de perfection, soit comme des obstacles l’entravant — les machines ne sont donc pas seules à raisonner en mode binaire. Parano, mégalo et obsessionnel, Jobs ne s’embarrasse d’aucune considération affective, excepté lorsqu’il s’agit de sa fille : l’écho de sa propre jeunesse d’enfant adopté, combiné aux injonctions de la Justice et de sa garde rapprochée, le poussent à lui délivrer des preuves d’amour. Mais il n’y parvient que d’une manière geek, c’est-à-dire logotée d’une pomme.

Supposé ne montrer que les montées au pinacle du capitaine d’industrie, Steve Jobs révèle en creux les faillites d’un individu incapable d’entretenir un lien humain, ne s’accomplissant qu’à travers l’harmonie rassurante et symétrique d’un appareil designé par ses soins. D’un être, enfin, qui eût sans doute aimé rêver de moutons électriques, mais que la maladie rappela ironiquement à sa condition humaine et organique…

Des pépins avant la pomme

Aussi froidement splendide que méthodiquement réalisé, Steve Jobs revient de loin : la phase de pré-production ayant connu plus de plantages qu’un système d’exploitation en bêta-test. Initialement, Sorkin et David Fincher auraient du reformer la paire gagnante de The Social Network (2010). Mais le cinéaste quitta rapidement le projet, mécontent de se voir imposer Christian Bale comme interprète principal par les studios. Une noria de quadra bankable se succéda pour reprendre le rôle (de Di Caprio à Bradley Cooper), lequel échut à Michael Fassbender, pas le plus ressemblant, mais pas le moins habité non plus : ici c’est l’intensité qui prime, la faculté à susciter l’identification ; non à contrefaire l’original par des mimiques.

La logique commanderait que Sorkin rempile et poursuive son De viris illustribus de la Silicon Valley. Après le portrait vitriolé du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, manque encore à son tableau de chasse une geste microsoftienne. Ses talents d’auteur seraient mis à rude épreuve dans cet exercice, tant il paraît peu crédible de représenter le binoclard rachitique Bill Gates en preux chevalier conquérant. Quoique… dans une comédie, incarné par Woody Allen…

Steve Jobs, de Danny Boyle (É.-U., 2h02), avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen, Jeff Daniels… (sortie le 03/02)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 janvier 2020 On sait que c’est mal, et pourtant… On est tous un peu accroc aux réseaux sociaux, on traine tous un peu sur Facebook, on utilise tous Google comme (...)
Mardi 2 juillet 2019 Un musicien sans succès se retrouve seul au monde à connaître le répertoire des Beatles et se l’approprie : sa vie change alors radicalement. Après Steve Jobs, Danny Boyle reste dans l’univers Apple pour cette fable morale, musicale, nostalgique aux...
Mercredi 29 mai 2019 Après "Bohemian Rhapsody", le réalisateur britannique Dexter Fletcher s’attaque à la carrière d’Elton John en se servant d’une cure de désintoxication comme base narrative. Et met face à face l’enfance de prodige introverti du musicien et son succès...
Mardi 5 septembre 2017 Une année à part dans la vie de Godard, quand les sentiments et la politique plongent un fer de lance de la Nouvelle Vague dans le vague à l’âme. Une évocation fidèle au personnage, à son style, à son esprit potache ou mesquin. Pas du cinéma juste ;...
Mercredi 12 juillet 2017 Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément personnelle et inédite.
Mercredi 10 mai 2017 Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche de son troisième opus dans la saga Alien, participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît amorcer la convergence avec son autre univers...
Mercredi 1 mars 2017 La bagatelle de 88 films s’apprête à fleurir sur les écrans en ce mois de mars — un flot insensé propre à rendre malades les plus chevronnés des spectateurs. Curieusement, la thématique de la pathologie y est très présente. C’est grave, docteur ?
Mercredi 1 mars 2017 Vingt ans après avoir entubé son monde, Mark règle ses dettes avec les intérêts. Quant à Danny Boyle, il fait sagement fructifier le capital sympathie de ses défoncés en dealant du shoot visuel et sonore aux quadras nostalgiques de leurs vingt ans....
Mercredi 4 janvier 2017 Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…
Mercredi 4 janvier 2017 Les distributeurs ont l’esprit joueur. Ou plutôt jouteur : à la manière des programmateurs des chaînes de télé, ils ont composé un janvier truffé de petits duels et de combats singuliers. Une manière très… confraternelle de (se) souhaiter la bonne...
Lundi 18 juillet 2016 de Marco Tullio Giordana (It., 1h35) avec Vanessa Scalera, Linda Caridi, Alessio Praticò… (sortie le 13 juillet)
Mercredi 18 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps-ci, c’est bien lui...
Mardi 5 avril 2016 Coincée entre la fin de l’hiver et l’avant-Cannes, la période des vacances de Pâques se révèle invariablement l’une des plus hasardeuses de l’année pour les spectateurs. Courage : en creusant un peu, on trouve quand même de quoi la surmonter…...
Mardi 22 mars 2016 Du 23 septembre au 3 octobre 2016 se déroulera la 68ème Foire internationale de Saint-Étienne. Comme chaque année, une thématique générale est adoptée. Après "Les (...)
Mardi 2 février 2016 Michael Fassbender est Steve Jobs. Les cinéastes les plus convoités s’arrachent ce comédien tout-terrain, omniprésent sur les écrans depuis tout juste une décennie. Rappel de quelques rôles marquants…
Mardi 2 février 2016 Le film Steve Jobs présente l’éphémère concept NeXTCube, une unité centrale bien nommée, aux dimensions inégales afin de corriger la perspective et d’offrir (...)
Mardi 2 février 2016 Mélange de coups d’éclats, d’échecs cinglants, d’incessantes résurrections professionnelles et de drames personnels, la vie du fondateur d’Apple était de nature (...)
Vendredi 15 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne — plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres,...
Mardi 5 janvier 2016 Célèbre pour son commandement bicéphale, le gang londonien des frères Kray donne à Tom Hardy l’occasion de faire coup double dans un film qui, s’il en met plein les yeux, se disperse dans une redondante voix off.
Mercredi 23 décembre 2015 De David O. Russell (ÉU, 2h05) avec Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Bradley Cooper…
Mardi 5 mai 2015 De et avec Alan Rickman (Ang-Fr-ÉU, 1h57) avec Kate Winslet, Matthias Schoenaerts…
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahamson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter