L'Amour et les Forêts : L'homme et son double

Cannes 2023 / Après sa réjouissante fantaisie Notre dame (2019) et sa série Nona et ses filles (2021), Valérie Donzelli renoue avec le drame dans la sphère intime en adaptant avec Audrey Diwan un roman d’Éric Reinhardt portant sur l’emprise et la maltraitance conjugale. Brillamment éprouvante, cette œuvre présente dans la section Cannes Première aurait pu figurer dans la compétition officielle.

Enseignante trainant son spleen après une rupture, Blanche se laisse convaincre par sa sœur jumelle Rose d’aller à une soirée afin de rencontrer quelqu’un. C’est sur Grégoire Lamoureux qu’elle tombe, une vague connaissance qui s’impose à elle comme un prince charmant de conte fées. Très vite une idylle se noue entre la prof et le banquier enjôleur, au point que des épousailles suivent. Quand Grégoire est muté à Metz, Blanche accepte de quitter sa chère côte normande et les siens pour s’isoler en Lorraine avec son mari et bientôt un premier enfant. Toujours amoureux, Grégoire révèle peu à peu un autre visage plus trouble : celui d’un homme possessif, exclusif, jaloux et inquisiteur. Débute pour Blanche un enfer absolu…

Se détachant du récit naturaliste, Valérie Donzelli vise les frontières du conte — l’appel des forêts n’y est sans doute pas étranger — et de l’onirisme, glissant irrésistiblement du rêve bleu initial au cauchemar noir, lorsque Grégoire encage Blanche dans une demeure tenant de la maison de poupée comme d’une scène ouverte la privant de toute intimité. Très libre au départ, au point d’oser la comédie musicale, des jeux sur la lumière et la temporalité ou des fragments expérimentaux, la mise en scène devient plus linéaire et oppressante jusqu’à rendre tangibles la peur constante de l’une et la paranoïa de l’autre.

Ressort coutumier de — trop — nombreux thrillers ou films d’horreur, la gémellité est ici une fausse piste… sans cependant en être une. Celle de Blanche et Rose ne donne en effet lieu à aucune substitution d’identité (heureusement), mais elle s’offre en miroir au personnage de Grégoire qui porte en lui une dissociation occulte bien plus effrayante. Enjôleur et cajoleur en façade, tyran domestique derrière le masque assujettissant par la dépendance amoureuse puis par la culpabilité l’objet de sa convoitise, il souffle le chaud et le froid avec l’adresse perverse des grands manipulateurs. Sans issue, Blanche ne peut que succomber à la spirale de sa violence d’autant plus insidieuse qu’elle est psychologique : ne laissant pas de trace visible, elle permet au bourreau de persécuter plus longtemps sa victime.

Éloge de l’ordure (à l’écran)

Jouer un salaud tient pour un acteur de la récompense et de la punition conjointes. A fortiori dans un tel film où la crédibilité de l’ensemble dépend de sa capacité à rendre plausibles les abominations dont son personnage peut être coupable. Il ne s’agit plus de rouler des yeux en esquissant des mimiques grimaçantes à l’attention du spectateur comme jadis Frederic March en Mr Hyde ou Anthony Hopkins cabotinant sur le motif du cannibale dans Hannibal, mais bien d’instiller cette ambiguïté nécessaire pour duper les autres (à l’instar d’Aurélien Recoing dans L’Emploi du temps, de Pierre Deladonchamps dans Les Chatouilles) voire d’instaurer une menace  physique continue (comme Denis Ménochet dans Jusqu’à la garde, film cousin de celui-ci).

On remarquera que les grand-messes professionnelles ne gratifient pas les comédiens pour l’excellence de leur travail, reportant les trophées sur celles et ceux endossant les rôles des victimes — comme si leur inconscient, prisonnier de la fiction, s’imposait pour exercer à travers une récompense tangible une forme de compensation consolatrice. Qu’on y repense en voyant, et après avoir vu, l’extraordinaire Melvil Poupaud accomplissant son métier dans L’Amour et les Forêts. Dissocier le rôle de l’interprète ou l’homme de l’artiste, toujours le même débat…

★★★☆☆ L'Amour et les Forêts de Valérie Donzelli (Fr., 1h45) avec Virginie Efira, Melvil Poupaud, Dominique Reymond…

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 5 janvier 2023 Une silhouette élégante de nonce apostolique ou de clergyman gravit des escaliers. « Ne vous y fiez pas, il est très drôle, il faut juste le lancer » nous glisse Louis Garrel juste avant notre entrevue avec Michele Placido qui vient de le diriger...
Mardi 26 avril 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été,  Amanda…) en restitue deux : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une fois encore, le prodige de son alchimie teintée...
Mardi 26 avril 2022 Dans le cadre de l’opération Mai à Vélo, le cinéma Le Family proposera deux animations spéciales dans le (...)
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Une bande d’amis partis de rien. Neuf copains qui, plutôt que d’aller pointer à l’usine, décident un beau jour (...)
Vendredi 15 avril 2022 A Saint-Chamond, le cinéma Le Véo organise durant ces vacances de Pâques un festival Harry Potter. Ce samedi 16 avril, à partir de 16h30, aura tout d’abord (...)
Mardi 12 avril 2022 Le duo de cinéaste Thierry Demaizière - Alban Teurlai est de retour avec un nouveau documentaire consacré au lycée Turgot de Paris, seul établissement en France ayant intégré une section hip-hop ouverte à tous les profils. Ils ont suivi les...
Vendredi 8 avril 2022 Après une édition 2022 de retrouvailles avec un public chaleureux et heureux, le festival du film du voyage stéphanois Curieux Voyageurs prolonge le plaisir (...)
Mardi 12 avril 2022 Retour derrière le micro pour Malik Bentalha, voix française de Sonic le hérisson dans le deuxième opus de la franchise Sega-Paramount. L’occasion de poursuivre la conversation avec ce fan absolu des années 1980, débordant d’enthousiasme et de...
Mardi 29 mars 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese,  Murina est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long métrage croate brûlé par le sel, le soleil et le désir de...
Mercredi 30 mars 2022 À voir ★★★☆☆ En corps  À 26 ans, Élise est au sommet de son talent de danseuse classique. Mais une blessure (...)
Mardi 15 mars 2022 Les Ambassadeurs du Méliès, ce sont des lycéens qui aiment le cinéma, qui voient les dernières sorties en salle, et qui livrent leur coup de cœur. Aujourd'hui, Maëlem et Lucie nous parlent de leur « Pépite » du mois, Medusa, réalisé par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X