La Folle nuit au Musée de Grenoble : classiquement russe

Concerts | La musique classique russe sera à l’honneur vendredi 8 et samedi 9 février au Musée de Grenoble à l’occasion de "La Folle nuit", événement initié pour la cinquième année par Musée en musique. Déroulé du programme avec Pascale Gaillard, présidente de l’association.

Alice Colmart | Lundi 4 février 2019

Photo : Musée en musique


Qui dit début d'année dit Musée en Musique et sa Folle nuit qui, après une édition à succès (quelque 1750 spectateurs) en 2018 autour de Robert Schumann et Johannes Brahms, revient cette année sur le thème des musiques classiques russes. Et lorsque Pascale Gaillard, présidente de l'association organisatrice, aime à rappeler les ambitions de l'événement (« pas besoin d'être un spécialiste pour aimer la musique classique »), Guy Tosatto, directeur du musée, en félicite les apports pour l'institution. « La programmation de Musée en Musique nous offre la chance d'amener les musiques au sein du musée. »

Au menu ce soir

Avant d'en dire plus sur le programme, Pascale Gaillard est revenue sur l'histoire de cette musique russe « qui a évolué dans le temps et a été réaffirmée par la création au XIXe siècle du Groupe des Cinq » composé d'Alexandre Borodine, César Cui, Mili Balakirev, Modeste Moussorgski et Nikolaï Rimski-Korsakov. De vendredi à samedi soir (oui, on est plus que sur une seule nuit), l'âme de ces grands artistes devrait donc voguer dans l'auditorium tout comme celles de Sergueï Rachmaninov et Piotr Ilitch Tchaïkovski, dont les compositions seront réinterprétées par le violoniste « star internationale » Dmitri Makhtin ou encore Andreï Korobeinikov, « jeune pianiste qui s'est produit dans plus de vingt pays et a remporté plus de vingt concours nationaux et internationaux ».

Sont également prévus dans la galerie du musée des interludes avec notamment le trio Tchayok, « né d'une passion pour la musique russe et tzigane et dont le style oscille entre jazz et swing », ou encore une conférence sur l'opéra russe samedi à la bibliothèque du musée. Et pour rester dans le thème, le restaurant le 5 accolé au musée proposera une bonne assiette stroganoff tout au long de l'événement !

La Folle nuit russe
Au Musée de Grenoble vendredi 8 février à partir de 18h30 et samedi 9 février janvier à partir de 11h


La folle nuit russe

8 concerts, des interludes musicaux dans le patio et une conférence
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Musée à l’heure musicale viennoise

MUSIQUES | Mozart, Beethoven, Strauss, Schubert, Haydn… Leur point commun ? Tous ces grands compositeurs ont marqué de leurs œuvres la musique classique et (...)

Nathalie Gresset | Mardi 14 janvier 2020

Le Musée à l’heure musicale viennoise

Mozart, Beethoven, Strauss, Schubert, Haydn… Leur point commun ? Tous ces grands compositeurs ont marqué de leurs œuvres la musique classique et romantique et ont vécu à Vienne, point de passage incontournable pour percer à l’époque dans ce milieu. C’est donc cette ville, souvent érigée comme capitale mondiale de la musique classique, que l’association Musée en musique a décidé de mettre à l’honneur cette année pour la 6eédition de sa Folle nuit, qui se déroule les 17 et 18 janvier dans l’enceinte du Musée de Grenoble. Rythmé par huit concerts de musique de chambre, une conférence, un bal de clôture ainsi que des interludes musicaux, cet événement « festif et ludique » a pour ambition « d’attirer et d’élargir le public de la musique classique et de faire passer aux spectateurs le bonheur et l’émotion que procurent ces airs-là », explique Pascale Galliard, présidente et directrice artistique de Musée en musique. Si elle souffre parfois d’une image élitiste, « la musique classique a cependant traversé les siècles et reste très populaire aujourd’hui. Beaucoup d’artistes de variété s’en inspirent ». Réunis pour l’occasion, de nombreux musiciens,

Continuer à lire

La Croatie à l'honneur

MUSIQUES | Pas question de perdre le rythme : aussitôt après les Fêtes, l’association grenobloise Musée en musique reprend ses activités jeudi 9 janvier, à l’occasion (...)

Martin de Kerimel | Mardi 7 janvier 2020

La Croatie à l'honneur

Pas question de perdre le rythme : aussitôt après les Fêtes, l’association grenobloise Musée en musique reprend ses activités jeudi 9 janvier, à l’occasion d’un concert de Goran Filipec à l’auditorium du Musée de Grenoble. Le pianiste croate fera la part belle aux compositeurs de son pays, en interprétant la Sonate op. 20 en fa majeur de Blagoje Bersa et des morceaux d’Ivo Maček. Un programme original, auquel l’artiste a ajouté des extraits d’œuvres du Hongrois Franz Liszt. Après cette belle ouverture musicale, la journée toute entière sera consacrée à la Croatie, pays en charge pour six mois de la présidence tournante de l’Union européenne. Un déjeuner convivial au Caffè Forté, place Lavalette, est proposé aux gourmands, avant un débat organisé en partenariat avec l’ambassade de Croatie en France et placé sous le patronage du Parlement européen. Musée en musique reconduit ainsi une opération qui avait déjà connu un beau succès avec d’autres pays. L’association se montrera très active en janvier, avec – toujours à l’auditorium du Musée de Grenoble – la sixième édition de la Folle Nuit à Vienne : une série de huit concerts complétée d’une

Continuer à lire

La Folle nuit Schumann-Brahms : nuit pas si classique

MUSIQUES | Organisée depuis quatre ans par Musée en musique, la Folle nuit, qui s’inspire de la célèbre Folle journée de Nantes et qui est consacrée cette année aux (...)

Alice Colmart | Lundi 15 janvier 2018

La Folle nuit Schumann-Brahms : nuit pas si classique

Organisée depuis quatre ans par Musée en musique, la Folle nuit, qui s’inspire de la célèbre Folle journée de Nantes et qui est consacrée cette année aux compositeurs Schumann et Brahms, a pour but « d’élargir le public, de faire découvrir des artistes et ainsi permettre à différentes générations de se rencontrer » nous explique Pascale Galliard, présidente de l’association qui amène la musique classique (mais pas que) au cœur du Musée de Grenoble. « Proposer des concerts au sein même d’un musée, c’est assez inédit » assure Sophie Bernard, conservatrice au musée. « Les concerts qui mettent à l’honneur les artistes Brahms et Schumann dialogueront avec notre prochaine exposition, De Delacroix à Gauguin, car ce sont des artistes du même siècle ». Pascale Galliard : « Brahms et Schumann représentent l’aboutissement d’un siècle comme ils prônaient

Continuer à lire

Musique classique : les temps forts de la saison

MUSIQUES | Insula orchestra En 2014, vingt ans après les succès de l'ensemble vocal Accentus qui explorait sur instruments d'époque le répertoire des Lumières et (...)

Régis Le Ruyet | Jeudi 22 septembre 2016

Musique classique : les temps forts de la saison

Insula orchestra En 2014, vingt ans après les succès de l'ensemble vocal Accentus qui explorait sur instruments d'époque le répertoire des Lumières et des romantiques, la cheffe de chœur et d'orchestre Laurence Equilbey fondait Insula Orchestra (photo). Il n’y aura donc rien de surprenant à ce choix de "lieder" de Schubert, sinon leur interprétation peu commune dans une forme orchestrale. Un concert de transcriptions où les illustres Liszt, Brahms, Strauss, Berlioz et Britten s'accorderont à la mélancolie autrichienne et où brilleront le ténor allemand Maximilian Schmitt et la mezzo-soprano croate Renata Pokupić. À la Rampe (Échirolles) jeudi 3 novembre ________ La Compagnie de poche – Don Giovanni Après avoir relu avec brio L'Enlèvement au sérail et Les Noces de Figaro, le mince équipage de la Compagnie de poche poursuit sa route singulière et livre sa

Continuer à lire

La boum de Schubert

MUSIQUES | N'était-il pas tout guilleret avec ses petites lunettes malgré son air sérieux ? Si, Franz Schubert, grand compositeur autrichien du début du XIXe siècle, (...)

Charline Corubolo | Mardi 12 janvier 2016

La boum de Schubert

N'était-il pas tout guilleret avec ses petites lunettes malgré son air sérieux ? Si, Franz Schubert, grand compositeur autrichien du début du XIXe siècle, semble farceur sur l'affiche de la seconde édition de la Folle nuit. Organisé par l'association Musée en musique et consacré à Schubert donc, l'événement prévu au Musée de Grenoble donne ainsi le ton dès le visuel : on va écouter de la musique classique, mais ça va être fun, autant que La Boum avec Sophie Marceau. Et le fun débutera dès 11h. On imputera ce paradoxe de temps à la météo qui donne l'impression d'être en nuit perpétuelle ces temps-ci. S'appuyant sur le modèle de la Folle journée de Nantes, fameux événement de musique classique créé par René Martin, Musée en musique souhaite à travers ce samedi hautement musical faire se rencontrer plusieurs générations de mucisiens. Il y aura donc de jeunes pousses comme le Quatuor Arod et des talents confirmés comme Claire Désert ou encore Emmanuel Strosser. Au programme : une trentaine d'artistes, six concerts plus un gratuit, des interludes musicaux et des "schubertiades" dans les salles d'expositions. Au piano, au violoncelle ou au violon tout cour

Continuer à lire

« Chaque génération a des besoins en musique »

ACTUS | Mercredi 28 mai aura lieu,  au Musée de Grenoble La nuit de l’improvisation, événement organisé par Musée en musique, l'association que vous présidez. De quoi (...)

Charline Corubolo | Mardi 20 mai 2014

« Chaque génération a des besoins en musique »

Mercredi 28 mai aura lieu,  au Musée de Grenoble La nuit de l’improvisation, événement organisé par Musée en musique, l'association que vous présidez. De quoi s’agit-il ? Interview de Pascale Galliard : Il s’agit de la soirée de clôture de la saison 2013-2014 de Musée en musique et, dans un même temps, de la célébration des 20 ans du Musée de Grenoble. Musée en musique est installée au musée depuis son ouverture en 1994 : fêter en musique cet anniversaire nous est apparu tout à fait logique et nécessaire même. En accord avec le directeur Guy Tosatto, nous avons proposé cette Nuit de l’improvisation. L’idée est de dépasser un peu l’image, que nous avons, d’une programmation principalement classique, alors que nous faisons régulièrement des incursions dans des répertoires populaires, jazz... Ça nous a semblé cohérent de passer par l’improvisation et d’aller à la découverte de sonorités nouvelles, qui pour certaines d’ailleurs peuvent faire référence au classique. Jean-François Zygel, la figure de cette manifestation, est un habitué de l’audi

Continuer à lire

D’un caprice à l’autre

MUSIQUES | Musique classique / Le mot tocade s’accorde bien avec celui de caprice. Il est synonyme d’un intérêt, d’un amour pour quelqu’un ou quelque chose, vif, (...)

Laetitia Giry | Vendredi 28 septembre 2012

D’un caprice à l’autre

Musique classique / Le mot tocade s’accorde bien avec celui de caprice. Il est synonyme d’un intérêt, d’un amour pour quelqu’un ou quelque chose, vif, intense, mais passager… Une sorte de caprice des désirs et des sentiments. Tocade est aussi le nom choisi pour la journée d’anniversaire de l’association Musée en musique, hébergée au Musée de Grenoble et active depuis désormais 25 ans. Un quart de siècle – et ce n’est pas rien ! – qui sera célébré ce dimanche par une succession de Caprices de l’après-midi jusqu’au soir, interprétés par Adam Laloum (photo), jeune prodige remarqué à la Roque d’Anthéron (festival de piano réputé), Fanny Clamagirand au violon (qui s’attaque à la partition tubesque et vertigineuse des Caprices de Paganini), ou encore Sonia Wieder-Atherton, violoncelliste confirmée. En guise de cerise sur le gâteau (d’anniversaire), c’est Frédéric Lodéon qui jouera le rôle de guide : producteur de radio, star patentée des ondes (France Inter et France Musique) qui fut en son temps un violoncelliste remarquable… Joli cadeau pour caprices exquis. Laetitia Giry Tocade, le dimanche 7 octobre à partir de 16h, à l’audit

Continuer à lire

Musique maestria

MUSIQUES | Parlez-nous des origines de Musée en musique…Musée en musique s’appelait initialement « L’oreille en fête », association née en 1987, et dont la vocation (...)

François Cau | Vendredi 23 septembre 2011

Musique maestria

Parlez-nous des origines de Musée en musique…Musée en musique s’appelait initialement « L’oreille en fête », association née en 1987, et dont la vocation première était d’initier aux concerts de jeunes musiciens en formation. Avec l’idée d’associer à l’enseignement de l’instrument des concerts permettant d’écouter les autres, de découvrir le répertoire, et de former l’oreille. Et l’idée aussi de former un nouveau public pour les concerts de musique classique, parce que le public était un peu vieillissant. On a réussi – à la marge, certes – car il n’est pas inhabituel de voir des anciens élèves arriver avec leurs enfants. Lorsque le musée a ouvert ses portes, la municipalité a choisi qu’une programmation musicale s’installe ici pour élargir l’accès au musée. C’est là que l’oreille en fête est devenue Musée en musique. Depuis 1994, beaucoup d’artistes ont été accueillis – à la fois régionaux et internationaux –, qui apprécient de venir ici parce que l’on personnalise beaucoup leur accueil, tant du point de vue des artistes que du public. Cet accueil personnalisé, c’est ce qui vous singularise par rapport aux autres propositions de l’agglo ?Oui, c’est un peu n

Continuer à lire

Schubert, ici

MUSIQUES | L’ombre lumineuse du compositeur autrichien n’aura jamais été aussi présente qu’en ce mois de mai. En trois dates, il sera possible d’approcher l’ampleur (...)

Séverine Delrieu | Mercredi 9 mai 2007

Schubert, ici

L’ombre lumineuse du compositeur autrichien n’aura jamais été aussi présente qu’en ce mois de mai. En trois dates, il sera possible d’approcher l’ampleur du travail de Schubert : œuvres instrumentales écrites pour diverses formations, pièces lyriques, seront interprétées par d’importants et talentueux musiciens. On pourra découvrir la puissance de cette musique si contrastée, à la fois vulnérable et fougueuse, mystérieuse et insouciante, sombre et lumineuse toute à l’image du compositeur, un amoureux de la vie. Car Schubert l’était, amoureux. Des autres arts. Des femmes et plaçait l’amitié au-dessus de tout. En témoigne les Schubertiades des soirées réunissant ses amis chanteurs, musiciens, poètes, riches en chaleur humaine et découvertes artistiques. C’est à l’image de ces Schubertiades, que Pascale Galliard, présidente de l’association et le reste de l’équipe, a rêvé l’anniversaire de Oreille en Fête : en invitant les musiciens et artistes amis, ceux qui ont contribué au rayonnement de l’association qui, rappelons-le, propose depuis 20 ans une programmation classique et contemporaine à l’Auditorium du Musée. Au programme Habituée à réunir son public dans cette salle de 300 pla

Continuer à lire