Faik au sommet

Nuits de Fourvière | Faik, songwriter folk, a sorti son premier album solo Sharr Mountains en février 2016. Il sera en concert aux Nuits de Fourvière le mercredi 13 juillet. Rencontre avant le jour J.

François Cau | Mardi 12 juillet 2016

Photo : © DR


Rappelle-nous ton parcours, tes origines ?
Je viens d'Istanbul. Je suis arrivé en France en 2001, à 20 ans. Mon père est Kosovar, il a migré en Turquie quand il était jeune, et du côté de ma mère, j'ai des origines du Monténégro et d'Italie. Pendant douze ans, j'étais chanteur de Fake Oddity.

Quel effet, de se retrouver seul après cette longue expérience au sein d'un groupe?
J'ai eu l'envie très forte d'un projet solo quand le groupe se terminait. Seul, j'ai effectivement eu peur. J'ai commencé à me poser des questions concernant mon identité, d'où je viens... Tout était lié. J'ai voulu que mon premier album soit vraiment moi à 100%, je souhaitais partager les événements qui m'ont marqué depuis que je me suis séparé de mon groupe. L'événement le plus fort a été cette découverte, mon retour à mes racines qui restaient floues jusque-là.

Fake Oddity ?
Tous les trois m'ont énormément aidé : un soutien amical mais aussi musical. L'ex bassiste (Mathieu Destailleur) joue encore avec moi sur la plupart des concerts. Je joue en duo sur scène : soit avec Mathieu qui fait de la contrebasse, soit avec la violoncelliste Thùy-Nhi.

Tu as beaucoup voyagé pour partir à la recherche de tes origines ?
Dans cet album, il y a une chanson que j'ai composé juste avant de partir sur les routes. J'imaginais un peu la jeunesse de ma grand-mère qui habitait au Kosovo, j'imaginais à quoi pouvaient ressembler les montagnes de Sharr (NDLR : le nom de l'album) : j'ai pensé à tout ça avant d'y aller. Les autres chansons concernent les rencontres que je fais sur les routes, des gens qui me touchent. J'écris sur eux. Mais cette première chanson... Je ne connaissais aucun membre de ma famille du Kosovo : je raconte que je me sentais petit comme une fourmi, perdue, qui ne savait pas d'où elle venait, ni où elle allait. Je me suis imaginé en petite fourmi qui n'arrive pas à avancer. Cet album est principalement en rapport avec mon voyage au Kosovo, car c'est après ce voyage que j'ai eu le courage de le faire.

Quel a été ton ressenti en jouant dans ce pays d'où est originaire ton père ?
La toute première fois c'était incroyable parce que j'ai joué dans la ville d'où vient mon père, et dont il ne parlait jamais. Le même jour, j'ai découvert la maison dans laquelle il avait grandi, et le soir je jouais en plein centre de la ville, c'était assez incroyable. Ma famille était là, comme si je les connaissais depuis toujours. C'était il y a deux ans, c'était vraiment un moment très fort. Une des chansons qui n'est pas dans le même album mais qui sera certainement dans le prochain parle de cette peur de ne pas être accepté, de savoir si j'allais entrer dans un wonderland en allant là-bas. Pour moi, le Kosovo est vraiment un wonderland ! Depuis 2014, j'y suis allé trois fois.

Tu es reconnu dans le milieu musical au Kosovo ?
Oui, en Turquie également. Les journaux nationaux ont publié des articles sur moi. Ça me fait énormément plaisir. Là je viens de rentrer d'une tournée turco-kosovare, j'ai joué à Istanbul, à Prizren dans un festival, à Prishtina dans un super lieu qui s'appelle Soma. C'est grâce à mon côté "éclectique" au niveau de mes origines : le fait que je sois Turc, Kosovar du côté de mon père et que je vive en France, ce n'est peut-être pas du jamais vu, mais un chanteur folk-pop turco-kosovar qui vient s'installer en France, ça les intéresse beaucoup. Et ça vient aussi du fait que je parle beaucoup du Kosovo dans mon album. Peu de monde veut aller là-bas, les gens ne connaissent pas ce pays, ils pensent encore à la guerre mais pourtant ça fait 16, 17 ans qu'elle est finie. Ils m'ont même proposé d'être un ambassadeur symbolique de la culture du Kosovo ! Mon prochain but, c'est de donner l'énergie et le travail nécessaire pour que ce soit similaire en France.


Deluxe + Naive New Beaters + Faik


Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Covid-19 | Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 11 mars 2020

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus Covid-19. L'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes jusqu'au 15 avril, prononcée dimanche soir, a sonné le glas des espoirs de l'organisateur, Mediatone : le festival qui devait se dérouler au Double Mixte du 10 au 12 avril devait accueillir près de 4600 personnes et accueillir des artistes comme Pendulum, Panda Dub, ou encore Fakear. C'est un coup extrêmement dur porté à ce producteur indépendant qui organise depuis vingt ans de nombreux concerts à Lyon : le festival Reperkusound représente la moitié de son chiffre d'affaires annuel. La Maison de la Danse a annulé deux spectacles : Marry me in Bassiani du collectif (La)Horde qui devait se dérouler les 13 et 14 mars et la soirée C'est Extra du samedi 14 mars. Les autres

Continuer à lire

Mediatone : « Donner du plaisir aux gens cool »

Activisme | Après vingt ans d'activisme musical et de créations d'événements (Reperkusound, Just rock ?, le salon Diskover) et d'action sociale, Mediatone, plus ancienne association de sa catégorie à Lyon, s'organise une fête d'anniversaire bien méritée au Transbordeur. Petit bilan avec ses fondateurs : Jérôme Laupies et Éric Fillion.

Stéphane Duchêne | Mardi 6 juin 2017

Mediatone : « Donner du plaisir aux gens cool »

Comment est né Mediatone ? Jérôme Laupies : En 1997, j'étais étudiant, déjà dans l'associatif et des copains m'ont demandé si ça me disait de monter un concert. On a fait Louise Attaque au Pezner, juste avant qu'ils n'explosent, avec des groupes locaux comme Les Gueules de Bois. Puis des concerts qui ont bien marché, comme Dolly et Cornu. On a monté l'asso en 1998, avec Éric – qui a été présent dès le début – avec pour devise, inscrite dans nos statuts : « donner du plaisir aux gens cool et ouvrir l'esprit des autres. » Éric Fillion : Pour moi, fan de musique, continuer Mediatone ça voulait dire faire deux ou trois concerts. Vingt ans plus tard, on est toujours là avec une structure qui a beaucoup évolué tout en gardant son objectif initial : faire le choix assumé de concerts très éclectiques et aider la scène locale à se développer, comme on l'a fait en suivant pendant plusieurs années des groupes comme Fake Oddity ou La Mine de Rien, qui ont été de vraies aventures humaines ou artistiques. On le sait moins mais Mediatone, c'est aussi de l'action sociale autour de la musique...

Continuer à lire

The Real Faik

MUSIQUES | Rangé de Fake Oddity, l'un des groupes phares de la scène rock lyonnaise, Faik a pris son temps pour revenir en solo avec "Sharr Moutains", un bel EP folk pop en forme de retour aux sources musical et intime.

Stéphane Duchêne | Mercredi 10 février 2016

The Real Faik

Faik Şardağ faisait encore, il y a peu, les grandes heures de Fake Oddity : un groupe dont on vous a régulièrement conté les aventures – à commencer par celles de son précité chanteur au parcours singulier : dix ans d'existence, trois albums, près de 300 concerts dont une tournée inoubliable en Turquie, son pays natal. Le groupe séparé d'un commun accord, Faik s'est retrouvé face à lui-même et a pour ainsi dire tout repris à zéro : écumé les bars à coups de reprises ou de compositions à peu près tous les soirs que Dieu lui a fourni – ce qu'il fait toujours –, opéré quelques pèlerinages musicaux et personnels sur les terres où ont poussées ses racines – Europe centrale, Balkans, Turquie – et même fait une apparition lors d'une précédente édition d'un célèbre télé-crochet national. Faik, not Fake Surtout Faik a composé quelques chansons nourries de toutes ces expériences et de celles qui les ont précédées, donnant naissance à l'EP Sharr Mountains, du nom de cette chaîne montagneuse quasi infranchissable du Kosovo dont e

Continuer à lire

La scène locale investit les médiathèques

MUSIQUES | Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 septembre 2015

La scène locale investit les médiathèques

Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout le mois d'octobre (du 3 au 31), «la crème de la scène locale». Soit une vingatine de concerts tous genres confondus. Cela va en effet des magnifiques Odessey & Oracle, le vent en pleine poupe en ce moment, au ukulélé (bien pratique en médiathèque) de Nazca ; du jazz étrange (car pratiqué à la vielle) des Fuzzing Cats au post-punk de Blackthread ; en passant par les chelous La Fabrique des Boucles et Kcidy (fabrique de boucles et trip hop énigmatique, respectivement). On croisera aussi quelques valeurs devenues sûres dans leur domaine, qu'il s'agisse d'Yvan Marc, de Tachka ou de Faïk (l'ancien chanteur de Fake Oddity, passé en mode solo et folk). Enfin, quelques paris seront à prendre sur de jeunes pousses en pleine poussée justement comme Pomme, Satellite Jockey ou The Black Lilys. Bonne occasio

Continuer à lire

Médiatone fait le Printemps

MUSIQUES | Musique / Têtes Raides, The Bewitched Hands, Chinese Man, Curry & Coco, Nosfell, Mustang, Ez3kiel... À moins d'être membré comme la déesse Shiva, impossible (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 10 décembre 2010

Médiatone fait le Printemps

Musique / Têtes Raides, The Bewitched Hands, Chinese Man, Curry & Coco, Nosfell, Mustang, Ez3kiel... À moins d'être membré comme la déesse Shiva, impossible de compter sur ses doigts les groupes ayant foulé la scène du prestigieux festival du Printemps de Bourges par l'entremise du réseau Printemps et de son opération «Découvertes». Plongeoirs vers l'oubli pour les uns, tremplins vers la reconnaissance critique et publique pour la plupart des autres, les quelques places disponibles sont cette année convoitées par huit groupes rhônalpins, seuls rescapés d'un tri draconien de plus de 430 candidatures. Et c'est à Paris que leur sort se jouera. Alors pourquoi vous en parler ? Parce qu'en guise de tour de chauffe, ce petit monde se produira gratuitement au Ninkasi Kao jeudi 16 et vendredi 17 décembre. L'occasion de faire connaissance avec la fine fleur de ce qu'il est coutume d'appeler la scène locale, où émargent notamment Transgunner, jeune trio dépositaire d'un baby rock où la fougue a remplacé la juvénilité et le cran la crânerie, Milkymee, dont le folk d'obédience scandinave promet d'autres frissons que ceux provoqués par le manque de degrés Celsius, le breakbeat de fin du monde de

Continuer à lire

Les musiques actuelles donnent de la voix

MUSIQUES | Table ronde / Entre difficulté à se structurer et à se faire entendre des pouvoirs publics et disparition d'acteurs essentiels du secteur, la saison dernière a été difficile pour les musiques actuelles lyonnaises. Table ronde animée par Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Mardi 22 septembre 2009

Les musiques actuelles donnent de la voix

Les intervenants : Olivier Boccon-Gibod, directeur de Caravelle prod., président du collectif musiques actuelles de l'agglomération lyonnaise (C-Mal)Éric Fillon, programmateur de MediatoneFabien Hyvernaud, attaché de production de Kao KonnectionAntoine Levallois, musicien, guitariste de Fake Oddity, chef de projet du label Honey Pie Petit Bulletin : Après une année particulièrement compliquée pour les musiques actuelles lyonnaises, comment vivez-vous ce début de saison ?Fabien Hyvernaud : Pour nous à Kao Konnection, c'est évidemment un peu morose. Les licenciements ont un peu entaché la motivation. On espère que cette année se finira mieux que la précédente.Olivier Boccon-Gibod : On est vraiment dans la continuité de l'an dernier : le contexte est toujours aussi noir et les acteurs toujours aussi fragiles. Mais on a tous la volonté d'avancer.Éric Fillon : Cela engendre aussi plus de solidarité au sein du C-MAL (Collectif Musiques Actuelles de l'Agglomération Lyonnaise qui regroupe une trentaine d'acteurs des musiques actuelles, tourneurs, programmateurs, labels...

Continuer à lire

10 sur 10

MUSIQUES | Fiesta / Comme si en matière de musiques actuelles lyonnaises tout avait commencé en 1997, après le Ninkasi, c'est au tour d'un autre acteur majeur du (...)

| Mercredi 3 octobre 2007

10 sur 10

Fiesta / Comme si en matière de musiques actuelles lyonnaises tout avait commencé en 1997, après le Ninkasi, c'est au tour d'un autre acteur majeur du vivier musical local de souffler dix bougies en grande pompe. Et de s'offrir la semaine de festivités (blind test, tribute à Mediatone) et de concerts (Svinkels, les Fils de Teupuh, Eiffel...) qui va avec. Car les gars (et les filles) de Mediatone ont su jouer des coudes et de leurs réseaux pour mener à bien la mission que l'association s'est donnée à la suite d'un premier concert organisé pour le fun, il y a 10 ans : soit accroître l'offre musicale d'une ville alors passablement moribonde en termes de musiques de jeunes. Résultat : plus de 700 groupes programmés et une diversification notable d'activités avec, outre le management de groupes locaux (La Mine de Rien et Fake Oddity), le salon musical Discover et le festival Reperkusound, «un événement important pour la vie de l'association puisque de son succès dépend la survie de Mediatone pour l'année qui suit», précise Eric Fillion. Un événement, surtout, qui a attiré cette année pas moins de 7 000 personnes. Et comme si ça ne suffisait pas, Mediatone propose, au cœur d'une saison d

Continuer à lire