Jean-Philippe Toussaint : ces brouillons trésors

CONNAITRE | Lorsqu’un écrivain prend la plume, et avant d’arriver au livre, le brouillon est recherche, reformulation et création. Afin de comprendre ce cheminement de l’écriture, l’auteur Jean-Philippe Toussaint a élaboré le projet Réticence dont le support est le brouillon. Du 12 au 14 octobre, il sera à Grenoble pour présenter ce programme littéraire.

Charline Corubolo | Mardi 11 octobre 2016

Photo : Roland Allard


« La littérature, c'est la rature » disait le sémiologue Roland Barthes. Et cette rature qui précède l'achèvement d'un texte se déroule lors de l'étape du brouillon, phase de recherche et de reformulation. Un objet scientifique en soit qui permet de comprendre le cheminement d'une création textuelle que l'écrivain Jean-Philippe Toussaint proposer d'analyser et de livrer à tout un chacun avec le projet Réticence.

À partir des brouillons de son roman La Réticence publié en 1991, l'auteur élabore un programme collectif et collaboratif visant à numériser des brouillons pour une plateforme en ligne. Une somme d'archives disponible au service de nouvelles recherches et essais littéraires.

Du 12 au 14 octobre, plusieurs événements sont prévus à Grenoble, au Méliès d'abord puis sur le campus ensuite (le projet est porté par l'Université Grenoble Alpes), pour décrypter les enjeux de cette forme spécifique : la projection d'un court-métrage réalisé par des étudiantes en master Études cinématographiques, une conférence tenue par Jean-Philippe Toussaint sur les « brouillons et archives », une soirée-spectacle axée « Littérature et numérique » (en présence là aussi de Jean-Philippe Toussaint) et, enfin, une exposition. Un programme riche afin de plonger à rature perdue dans la genèse de l'écriture.

Projet Réticence
À Grenoble et sur le campus du mercredi 12 au vendredi 14 octobre
Programme complet à consulter ici


Projet Réticence

Soirée littérature et numérique avec Jean-Philippe Toussaint
Amphidice 1361 rue des Résidences Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Made in China" : les tribulations d'un Jean-Philippe Toussaint en Chine

Littérature / rencontre | À la (fausse) remorque du récit du tournage quelque peu ubuesque d'un film adapté de son œuvre et d'un portrait de son éditeur chinois, l’écrivain belge Jean-Philippe Toussaint livre, avec "Made in China", une réflexion aussi drôle et émouvante que stimulante sur la soumission du créateur au hasard et à l'œuvre elle-même. Il viendra en parler mercredi 22 novembre à la librairie le Square.

Stéphane Duchêne | Lundi 20 novembre 2017

Mener un projet à terme alors que l'on agit dans des conditions que l'on n'a pas choisies, voilà, nous explique Jean-Philippe Toussaint dans son dernier livre Made in China, une conception plutôt chinoise des choses. Ainsi, « il est impossible d'entrer dans la pensée des Arts de la Guerre de la Chine si on ne prend pas en compte le fait que le général ne se fixe pas d'objectif particulier, et même à proprement parler n'a pas de visée, mais évolue en exploitant continûment à son profit le "potentiel de situation" qu'il a su détecter. » « Je voyais, poursuit Toussaint, dans cette réflexion, une parfaite illustration de l'état d'esprit dans lequel j'arrivais en Chine pour tourner The Honey Dress. Il m'importait moins de mener à bien (...) un film idéal, qui aurait en quelque sorte préexisté dans mon esprit à sa réalisation que de rester disponible et de me mettre en adéquation avec la situation que j'allais trouver. » L'auteur, qui lors de ses fréquents voyages en Chine a l'habitude de se laisser balloter comme un enfant par son éditeur chinois Chen Tong, ne croit pas si bien dire. Car c'est i

Continuer à lire

Toussaint et deux et trois zéros

CONNAITRE | Mi-récit, mi-essai, "Football" décortique la passion d'un écrivain raffiné pour le sport le plus populaire du monde. Et fait trembler les filets de l'évidence : tout le monde devrait aimer le football. Et les livres de Jean-Philippe Toussaint. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 10 novembre 2015

Toussaint et deux et trois zéros

« Le football est un sport simple : 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent », définition signée Gary Lineker, ex-avant-centre britannique germano-traumatisé. Si l'on en croit l'auteur belge Jean-Philippe Toussaint, c'est aussi un sport où les Japonais et la Belgique font jeu égal et tout le monde est content : « Finalement, ce match nul me convenait à merveille, c'était même exactement le score que j'appelais de mes vœux (…) j'espérais que les Japonais auraient l'exquise politesse de ne pas nous battre et que nous aurions l'élégance de ne pas en profiter pour gagne r » écrit-il à l'issue d'un match de la Coupe du Monde 2002. Cette compétition de sinistre mémoire est le pivot de Football, sis entre France 1998 et Brésil 2014, à la fois récit, essai et déclaration d'amour d'un auteur pour ce jeu, mais sans porte-voix ni chants guerriers : « Voici un livre qui ne plaira à personne, ni aux intellectuels, qui ne s'intéressent pas au football, ni aux amateurs de football, qui le trouveront trop intellectuel » prévient l'auteur.

Continuer à lire