Riad Sattouf : « J'ai envie de rencontrer tous mes lecteurs »

Interview / Bande dessinée (et cinéma) | Alors que le deuxième tome de ses "Cahiers d’Esther" vient de sortir, Riad Sattouf, passionnant auteur de BD (son "Arabe du futur" est un véritable succès) et réalisateur de deux bijoux cinématographiques (dont un, malheureusement, incompris), sera mardi 7 mars à Grenoble, dans deux librairies. On lui a passé un coup de fil en amont.

Aurélien Martinez | Lundi 27 février 2017

Photo : Olivier Marty (Allary Éditions)


Vous êtes une figure très populaire de la BD française actuelle. Quasiment une star ! Et vous continuez tout de même les rencontres dans les librairies : c'est sympa !

Riad Sattouf : Je fais des bandes dessinées "professionnellement" depuis quinze ans, mais c'est une grande passion qui me suit depuis l'enfance. Au début, je n'avais pas énormément de lecteurs mais j'étais déjà heureux de vivre de ma passion. Alors maintenant que j'en ai beaucoup, je suis encore plus heureux et j'ai du coup envie de tous les rencontrer, de tous les connaître… Je suis même devenu un peu drogué à ces rencontres dans lesquelles j'apprends plein de choses !

Et en plus, j'adore les librairies. J'aurais adoré être libraire. Les libraires font partie, pour moi, des gens les plus précieux de notre société. Surtout dans les petites villes où l'on parle tout le temps de désertification : ils sont porteurs de lien social, ils créent des communautés autour d'eux. Je rêve de monter une librairie un jour. D'ailleurs, si on me demande si je me sens plutôt Syrien ou Français, je dirais que je me sens plutôt lecteur et amateur de livres !

Vous serez aux librairies le Square et Momie Folie pour présenter le deuxième tome des Cahiers d'Esther, qui évoquent la vie d'une jeune fille d'aujourd'hui. Une série qui vient après L'Arabe du futur, dans laquelle vous racontez votre enfance. Vous vouliez changer de sujet, vous éloigner de vous, tout en restant dans le réel ?

Quand, en 2014, j'étais en train d'écrire L'Arabe du futur, je me rappelais de mon enfance, de mes souvenirs… C'est à ce moment-là que j'ai revu cette petite fille que je n'avais pas vue depuis longtemps – c'est la fille d'un couple d'amis. Elle avait neuf ans à l'époque et était très volubile. Elle s'était mise à me raconter sa vie, comment ça se passait à l'école, ses goûts musicaux, comment se comportaient les garçons… Des paroles qui ont tout de suite fait écho à ma propre expérience d'enfant que j'étais en train de raconter dans L'Arabe du futur. D'où cette envie de raconter son enfance à elle, aujourd'hui, 30 ans après la mienne. Pour voir s'il y a des points communs, des différences…

Comment marche votre binôme avec Esther ?

Je l'appelle assez souvent, je la vois parfois… On parle, je lui pose des questions, je prends beaucoup de notes… Je vais la suivre jusqu'à ses dix-huit ans, à raison d'un album par an, pour observer comment passe une jeunesse – sauf si elle me vire avant bien sûr !

Revenons sur L'Arabe du futur, dont les trois tomes déjà publiés ont connu un immense succès – 1, 5 millions d'albums vendus. Vous y évoquez votre enfance (« l'histoire vraie d'un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d'Hafez Al-Assad »), parfois drôle, parfois moins. Comment a débuté cette aventure ?

En 2011, j'ai dû aider une partie de ma famille à quitter la Syrie. J'ai eu beaucoup de difficultés à leur obtenir des autorisations pour rentrer en France. J'ai alors voulu raconter ces difficultés en bande dessinée. Mais pour que ça puisse être intéressant pour le lecteur, qui forcément ne connaît rien à mon histoire, il fallait que je la raconte depuis le début. C'est comme ça que je me suis lancé dans L'Arabe du futur.

C'est une série de bandes dessinées dont le titre est très fort…

Je l'explique dans le volume 1. Quand j'étais petit et ne voulais pas aller à l'école, mon père me motivait en me disant que l'Arabe du futur doit y aller, en opposition selon lui à l'Arabe du passé qui n'était pas éduqué, colonisé… Dans cette notion d'Arabe du futur, il y a donc une notion désuète de nationalisme que je voulais conserver. Et en même temps, il y a aussi cette notion d'enfance, comme les enfants portent en eux tous les espoirs pour le futur : le futur sera forcément mieux que celui que l'on connaît. C'est quelque chose d'assez nostalgique…

Le grand public vous connaît aussi grâce à une autre casquette : celle de réalisateur (à succès d'ailleurs pour votre premier film). Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans cette aventure ?

Parce qu'Anne-Dominique Toussaint, la productrice, me l'a proposé. On a fait Les Beaux Gosses qui, oui, a été un énorme succès à sa sortie en 2009. Ça m'a donné plus de moyens pour un deuxième film : j'ai fait Jacky au royaume des filles, qui lui a été un énorme four...

À sa sortie en 2014, le film a rassemblé un peu plus de 100 000 spectateurs, et beaucoup de critiques étaient peu enthousiastes… Même si nous, au PB, le trouvions (et le trouvons toujours) réussi et extrêmement ambitieux ! Vous avez dû être déçu par cet accueil...

Oui, bien sûr… Mais si le film avait été un immense succès, est-ce que j'aurais dessiné L'Arabe du futur ? Car après cet échec, j'ai eu beaucoup de temps : mon téléphone sonnait moins, je n'avais plus beaucoup d'amis !

Dans Jacky au royaume des filles, comme dans pas mal de vos œuvres, vous parlez de manière détournée du monde (la République démocratique de Bubune de Jacky… peut évoquer de nombreux pays actuels très autoritaires) et de sujets contemporains (l'égalité femmes-hommes toujours dans Jacky… – dans le film, vous inventez une dictature militaire dans laquelle les femmes ont tous les pouvoirs)… Une façon de procéder imagée selon vous plus forte qu'un discours frontal ?

Les questions d'égalité entre les femmes et les hommes sont le sujet majeur du XXIe siècle, de l'humanité moderne… Si on arrive à cette égalité, je pense que l'être humain s'en sortira. C'était donc normal pour moi de faire un film sur ce sujet, et notamment sur le patriarcat, qui me semble être à la base de tout ce qui bloque. Après oui, je ne veux attaquer personne, aucune religion, donc pour en parler, j'ai été obligé de créer un monde parallèle.

Avec vous d'autres projets de films en tête ?

Oui, j'ai quelques projets, mais comme disait je ne sais plus quel auteur, il faut mieux laisser les œuvres faire du bruit par elles-mêmes que d'en parler avant qu'elles ne soient faites !

Du fait de vos œuvres comme L'Arabe du futur et de vos origines franco-syriennes, on vous interroge souvent sur la géopolitique actuelle, sur les questions autour du monde arabe… Vous semblez toujours y répondre avec prudence, comme si vous ne vous sentiez pas légitime pour émettre un avis…

Oui, même si ce n'est pas que je ne me sens pas légitime. Je ne me sens juste pas à l'aise avec le temps médiatique, où il faut réagir constamment à des événements qui viennent de se passer. Mon temps d'expression, c'est celui du livre. Dans mes livres, et également dans mes films, je dis ce que je pense. En dehors, je préfère m'abstenir. Ce qui n'est pas plus mal : comme il y a plein de gens qui ne s'abstiennent pas de s'exprimer, ça contrebalance !

Rencontre avec Riad Sattouf
À Momie Folie mardi 7 mars de 13h30 à 16h30 (dédicaces)
À la librairie le Square mardi 7 mars à 18h30 (rencontre). Séance de dédicaces en amont à 17h et après la rencontre


Riad Sattouf

Pour son livre "Cahier d'Esther tome 2"
Librairie Momie Folie 1 rue Lafayette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Riad Sattouf

Pour son livre "Cahier d'Esther tome 2"
Librairie Le Square 2, place du Docteur Léon Martin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jacky au royaume des filles

ECRANS | Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf monte d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très inspirés… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 24 janvier 2014

Jacky au royaume des filles

Il était une fois la République Démocratique de Bubune, où les femmes ont le pouvoir qu’elles exercent par la force, où les hommes sont réduits à porter une proto-Burka (la « voilerie »), où les pauvres mangent une bouillie immonde plutôt que des « plantins »… L’autarcie de cette dictature militaire et féminine est aussi un principe de mise en scène pour Riad Sattouf : pas de contrechamp sur l’extérieur (simplement appelé « l’étranger »), mais une immersion dans ce monde créé de toutes pièces, où l’on s’amusera à pister les éléments prélevés dans des pays existants. Il y a donc un peu de Corée du Nord, d’Iran façon Ahmadinejad et de Russie poutinienne, ou encore d’Inde à travers les castes et les vaches sacrées ici transformées en « chevallins ». L’environnement de cette comédie hallucinante et hallucinée est tenu d’un bout à l’autre avec sa calligraphie, son histoire, son langage, et il n’y a qu’à y propulser un héros sans qualité, Jacky (Vincent Lacoste, le Bernard Menez des années 2000), qui se masturbe en pensant à la Colonelle promise à prendre le pouvoir (Charlotte Gainsbourg, aussi géniale et troublante ici que chez von Trier),

Continuer à lire

2014 : autant en emporte le Vent…

ECRANS | Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin Dupieux… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 janvier 2014

2014 : autant en emporte le Vent…

Le Vent se lève, il faut tenter de vivre… disait le titre intégral du dernier film d’Hayao Miyazaki qui, après 25 ans au service de l’animation japonaise, a décidé de tirer sa révérence avec cette œuvre effectivement testamentaire. Réduit au seul Vent se lève pour sa sortie le 22 janvier, cette fresque narre les années d’apprentissage d’un ingénieur féru d’aviation, passion qui l’aveuglera sur la réalité de la guerre dans laquelle le Japon s’engage, mais aussi sur l’amour que lui porte une jeune fille qu’il a sauvée lors d’un spectaculaire tremblement de terre. En assumant la part la plus adulte de son cinéma et en se livrant en transparence à un troublant autoportrait en créateur obsessionnel, coupé du monde et de la vie, Miyazaki signe un chef-d’œuvre alliant splendeur plastique, force émotionnelle et intelligence du regard. Les Belles et les Bêtes Il sera le premier en cette rentrée à illuminer les écrans, mais 2014 ne sera pas en rade de grands auteurs, au contraire. On ronge bien sûr notre frein en attendant de découvrir la deuxième partie du Nymphomaniac de Lars von Trier (29 janvier), dont le

Continuer à lire

Les Beaux gosses

ECRANS | Une comédie sur des ados moyens, dans un espace-temps insituable, se jouant des codes du réalisme avec un humour franchement incorrect : le premier film de Riad Sattouf est un pur bonheur. Christophe Chabert

François Cau | Mercredi 3 juin 2009

Les Beaux gosses

Pour donner le ton de cette teen comédie à la française écrite et réalisée par l’auteur de l’immortelle BD Pascal Brutal, il est bon d’en livrer un petit extrait. Hervé, ado complexé et maladroit, est avec son père en voiture (le reste du film, il vit seul dans un HLM triste à pleurer avec sa mère, une harpie obsédée par la vie sexuelle de son fils, notamment son penchant masturbatoire). Il l’interroge sur son prénom : «— C’est toi ou maman qui m’avez appelé Hervé ? — C’est moi. — Pourquoi ? C’est pourri comme prénom… — Ouais, mais c’est à cause de ta grand-mère, elle est morte juste avant ta naissance, et comme elle était fan d’Hervé Villard… Sinon, on t’aurait appelé Yannick, comme Yannick Noah…»Voilà le genre de dialogues qui parsèment Les Beaux gosses ; il en dit long sur le talent de Sattouf pour imprégner son histoire de notations arrachées à même la viande de la culture populaire française puis transformer en humour sophistiqué et ravageur. Bienvenue dans l’âge ingrat Les Beaux gosses s’intéresse donc à une poignée d’ados ingrats, stéréotypés et immédiatement attachants : le geek zozotant, l’arabe fan de heavy metal, le timide efféminé…

Continuer à lire