Les isolés

Critique / Après avoir été comédienne et metteure en scène, Nathalie Papin se consacre à l’écriture de théâtre en direction de la jeunesse. Elle est entre autres l’auteur de Le pays de rien, pièce métaphorique et philosophique aux allures de conte contemporain. Séverine Delrieu

Dans le pays de rien, un roi perpétue la tradition maternelle : il fait table rase de toutes expressions, émotions, pensées, des dangers confinés derrière les barreaux de cages. A sa fille, il veut imposer cette manière de voir le monde. L’arrivée d’un jeune garçon fait vaciller ce monde sécurisé, ultra refermé, un monde de silence à la fois rassurant (le monde est maîtrisé) et angoissant (la vie grouille et hurle aussi de douleur dehors). Avec finesse, et économie de mots, la dramaturge aborde la privation des libertés, la dictature, le repli identitaire, les murs visibles érigés entre les états, et invisibles construits dans une famille. La relation fille/ père, exclusive donc étouffante, s’avère déstructurante aussi dès lors qu’elle est coupée de la mémoire, des racines. Rien de simple donc, ni de binaire dans cette pièce que Nathalie Papin écrit en 2002. Si le Roi oppresseur inconscient est malheureux, le jeune garçon dans son désir de sauver «la meute d’enfants qui traînent avec leur rêves et qui n’ont pas d’endroit pour les étaler», impose une autre vue à la jeune fille. Cette dernière, perdue au milieu de sentiments ambivalents, se pousse à se définir, à choisir sa route pour construire mieux.

Au pays de rien, la vie reviendra

Pour une première création à l’Espace 600, la metteure en scène Emilie Le Roux – artiste proche de cette structure – opte pour des partis pris scéniques qui révèlent toute la complexité des personnages et la pertinence du propos. Sur scène l’obscurité omniprésente abolie les limites, tel un monde du néant où les visages, les corps pourraient bien disparaître aussi. Les présences, ombres glissantes, de Lou Martin Fernet une fille du roi très convaincante, à la fois troublée et buttée, enfant indocile et réfléchi, crée une intimité juste avec Dominique Laidet, roi fatigué dont on déguste chaque parole posée avec soin dans l’espace. Geoffroy Pouchot Rouge-Blanc, en jeune garçon décidé, ne joue pas que le sauveur positif, mais trimbale aussi son lot de folie. Enfin, une bande son efficace, densité de tout ce qui est absent (la vie, les ancêtres, la réalité) diffuse des sons saturés. La vie peut être oppressante, tout autant que la non vie. Pas d’idéalisation, c’est ce que la jeune metteure en scène suggère et souligne : la scène fulgurante d’amour grince (rires étranglés et exagération du bien-être) ; les enfants égarés font beaucoup trop de bruits et agacent. Et la liberté, fragile, est une rude mais nécssaire conquête. Séverine Delrieu

Le Pays de Rien
Mardi 5 fév à 19h30, mercredi 6 à 15h et 19h30, jeudi 7 à 9h30 (scolaire) et 14h30 (scolaire), vendredi 8 (scolaire) à 9h30 et 19h30 à l’Espace 600 (dès 7 ans. La pièce est publiée à l’Ecole des Loisirs-Théâtre)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 décembre 2020 Témoignages. Ils auraient dû retrouver leur public en novembre, mais le second confinement les en a empêchés. On a pris des nouvelles de trois de nos artistes grenoblois préférés.
Lundi 22 janvier 2018 La metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux, de la compagnie les Veilleurs, revient avec une nouvelle proposition tout public (à partir de 12 ans) centrée sur le parcours d'une jeune fille d'immigrés. Un spectacle fort à découvrir mercredi...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mardi 8 décembre 2015 Émilie Le Roux, metteuse en scène grenobloise à la tête de la compagnie Les Veilleurs, proposera cette semaine un drôle de spectacle avec 106 interprètes (106, oui) pour marquer la fin de sa résidence à l’Espace 600, la scène jeune public de...
Mardi 15 septembre 2015 Plusieurs compagnies grenobloises (ou apparentées) reprennent cette saison des spectacles créés les années précédentes. Mais comme ils sont excellents, pourquoi se priver de les (re)découvrir ?
Mardi 6 janvier 2015 C’est la grande réussite de la fin d’année dernière à Grenoble : la mise en scène de Mon frère, ma princesse, excellent texte de l’auteur jeunesse Catherine (...)
Mardi 9 décembre 2014 Avec "Mon frère, ma princesse", la metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux signe un spectacle poignant sur un enfant «qui ne veut pas être un garçon». L'une des plus belles réussites de l'année écoulée, et assurément le futur succès d'un...
Mardi 22 avril 2014 Cette semaine à l’Espace 600, la metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux dévoile son passionnant projet "Boys’n’girls", sous-titré « conformité – indentité – liberté ». Avec trois formes théâtrales courtes, dont une lecture très juste du...
Mardi 16 octobre 2012 Après un passage par la case mythologie avec Antigone, retour à Thèbes, la metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux (compagnie Les Veilleurs) revient à ses (...)
Jeudi 11 octobre 2012 La compagnie grenobloise Les Veilleurs, menée par Émilie Le Roux, vient de signer pour une résidence de trois ans à l’Espace 600, la scène jeune public de l’agglo nichée au cœur de la Villeneuve. Une résidence qui débutera avec la reprise du très...
Lundi 14 février 2011 Émilie Le Roux, metteuse en scène grenobloise qui nous avait plutôt habitués à monter du jeune public, revient cette fois-ci avec sa version d’Antigone. Sa (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X