Inside Llewyn Davis

Inside Llewyn Davis
De Joel et Ethan Coen (ÉU, 1h45) avec Oscar Isaac, Carey Mulligan...

Nouvelle merveille des frères Coen, l’odyssée d’un chanteur folk raté des années 60 qui effectue une révolution sur lui-même à défaut de participer à celle de son courant musical. Triste, drôle, immense… Christophe Chabert

Les dernières répliques de Burn after reading valent définitivement comme maxime du cinéma des frères Coen. Llewyn Davis, leur dernier anti-héros, n’échappe pas à cette loi : au terme d’un cycle narratif étourdissant, il n’a rien appris, sinon qu’il ne le refera pas – mais cet éternel retour laisse entendre qu’en fait si, il se fourvoiera dans la même impasse sombre…

Llewyn Davis n’est pas un mauvais chanteur folk : les Coen le prouvent en le laissant interpréter en ouverture un de ses morceaux dans son intégralité, et c’est effectivement très beau. Mais le talent ne garantit pas le succès et Llewin collectionne surtout les déconvenues. Ses disques ne se vendent pas, son manager le fait tourner en bourrique – scène admirablement écrite où la surdité du vieux grigou devient paravent à sa pingrerie – il met enceinte la copine d’un autre chanteur, qui lui répète en boucle son statut de loser. Et il n’est même pas foutu de veiller sur le chat de ses hôtes, fil rouge d’un premier acte d’une étonnante drôlerie où Llewyn dérive d’un appartement à l’autre, en quête du félin dans les rues et d’un peu d’argent pour vivre.

Révolution(s)

Si Llewyn Davis tourne en rond, les Coen lui font effectuer des cercles de plus en plus vastes. Le film est donc construit comme un 33 tours usé, qui saute régulièrement pour finalement revenir à son sillon initial. Parti sur les routes de l’Amérique pour rencontrer un producteur mythique et pour retrouver un amour d’enfance, Llewyn va dans les deux cas dévier de son objectif, d’abord en croisant un double monstrueux, jazzman junkie et aigri, puis en heurtant une autre "réplique" qui le ramène cruellement à son objectif premier – le chat perdu, qui était déjà dans A serious man une image du hasard expropriant le protagoniste de son destin.

Celui de Llewyn est tronqué : autrefois, il formait un duo, mais la disparition de sa moitié a marqué sa carrière du sceau de l’inachèvement. Le 33 tours n’a qu’une face dans Inside Llewyn Davis et s’il accomplit une révolution, comme son personnage, c’est pour rejouer la même chanson, juste un peu plus familière. Pendant ce temps, la révolution folk a bien eu lieu, mais Davis n’en sera pas, ombre cachée derrière le héros lumineux Dylan.

La beauté mélancolique du film consiste à rendre sa grandeur au raté, laissant le génie à l’état de silhouette fantomatique. Les Coen écrivent ici la légende de ceux qui n’ont pas écrit la légende, comme une anecdote en bas de page transformée en odyssée métaphysique.

Inside Llewyn Davis
De Joel et Ethan Coen (ÉU, 1h44) avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mardi 2 juin 2015 Pour son premier film derrière la caméra, Alex Garland, ex-scénariste de Danny Boyle, s’aventure dans la SF autour du thème de l’intelligence artificielle, dont il livre une variation qui peine à trouver sa forme, entre didactisme dialogué et...
Mardi 23 décembre 2014 J. C. Chandor explore à nouveau les flux du capitalisme américain en montrant l’ascension d’un "self-made-man" dans le New York violent et corrompu de 1981. Un thriller glacial, élégant et cérébral qui confirme son auteur comme la révélation...
Mardi 17 juin 2014 D’Hossein Amini (EU-Ang-Fr, 1h37) avec Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac…
Mardi 3 décembre 2013 On continue cette semaine notre rétrospective "20 ans de PB, 20 ans de ciné" en se téléportant en 1996, mais surtout en rendant hommage à un tandem de cinéastes (...)
Mercredi 15 mai 2013 Cinéaste de l’imagerie pop, Baz Luhrmann surprend agréablement en trouvant la puissance romanesque nécessaire pour transposer le Gatsby de Fitzgerald. Et trouve en Di Caprio un acteur à la hauteur du personnage. Christophe Chabert
Vendredi 2 décembre 2011 Révélé par l’uppercut Hunger, le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec Shame, portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma extraordinaire de...
Vendredi 18 novembre 2011 Dans cette fable politique où le temps remplace l’argent, mais où la lutte des classes est toujours à l’ordre du jour, Andrew Niccol semble avoir oublié de remplacer les clichés par du cinéma. Christophe Chabert
Mercredi 16 février 2011 Analyse / Peu diserts sur leur œuvre, il faut écouter les frères Coen attentivement pour trouver dans leurs propos quelques clés d’analyse… CC
Mercredi 16 février 2011 Cinéma / Avec True Grit, leur premier western, Joel et Ethan Coen reviennent à un apparent classicisme, même s’il est strié par des lignes obscures et intrigantes. Du grand spectacle et du grand cinéma. Christophe Chabert
Jeudi 4 décembre 2008 On s’attendait, après la claque No country for old men, à ce que les frères Coen se reposent un tantinet sur leurs lauriers. C’était bien mal les connaître : cet habile détournement des codes du film d’espionnage offre la conclusion rêvée à leur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X