Le Pont des espions

Le pont des espions
De Steven Spielberg (ÉU, 2h12) avec Tom Hanks, Mark Rylance...

Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?

Voir côte à côte les noms des Coen et celui de Spielberg fait saliver l’œil avant même que l’on découvre leur film. Devant l’affiche aussi insolite qu’inédite, on s’étonne presque de s’étonner de cette association !

Certes, Spielberg possède un côté mogul discret, façon "je suis le seigneur du château" ; et on l’imagine volontiers concevant en solitaire ses réalisations, très à l’écart de la meute galopante de ses confrères. C’est oublier qu’il a déjà, à plusieurs reprises, partagé un générique avec d’autres cinéastes : dirigeant Truffaut dans Rencontres du troisième type (1977) ou mettant en scène un scénario de Lawrence Kasdan/George Lucas/Philip Kaufmann pour Les Aventuriers de l’arche perdue (1981) voire, bien entendu, de Kubrick dont il acheva le projet inabouti A.I. Intelligence artificielle (2001).

Et l’on ne cite pas le Steven producteur, qui avait proposé à Scorsese de réaliser La Liste de Schindler, avant que Marty ne le convainque de le tourner lui-même. Bref, Spielberg s’avère totalement compatible avec ceux chez qui vibre une fibre identique à la sienne.

Drôles de cocos

Avec les Coen, l’accord est immédiat : outre du métier, de l’éclectisme et des références culturelles, les trois hommes partagent une même fascination pour cette Amérique des années 1950-1960 dans laquelle ils ont grandi. Et dont ils aiment à reconstituer minutieusement l’ambiance graphique et architecturale (Inside Llewyn Davis ou A Serious Man pour le tandem, Arrête-moi si tu peux pour Spielberg), magnifiant l’élégance d’un "monde perdu" – celui de leur jeunesse enfuie.

Mais, et c’est là que leur démarche revêt tout son intérêt, il ne s’agit pas pour eux d’entonner quelque complainte nostalgique : loin d’idéaliser l’Amérique de la croissance et de la prospérité, sûre d’elle-même et de sa domination économique donc morale, ils s’intéressent à la face B, aux coulisses du rêve. Derrière le Technicolor affleure le contexte anxiogène de la Guerre froide ; une psychose d’État initiée par McCarthy et ses affidés, savamment entretenue depuis. Face au "colosse aux pieds d’argile" soviétique, les États-Unis sont eux aussi un titan dont les genoux fragiles font des castagnettes : l’équilibre de la terreur est réciproque.

Le Pont des espions rend compte de cette paranoïa ordinaire et absurde, où la peur du Rouge a été tellement bien intériorisée par la population qu’il devient impossible à un avocat d’effectuer son travail sans subir réprobation, intimidations, menaces physiques. Où l’acceptation du risque nucléaire en tant que menace latente est totale – le documentaire Atomic Cafe (1982) de Kevin Rafferty, que l’on reverra avec profit, montre à quel point cette horreur avait été banalisée, enrobée de propagande lénifiante. Voilà sur quelle trame le trio, augmenté du dramaturge Matt Charman au scénario, a tissé son motif.

Leçon d'histoire, leçon de cinéma

L’enjeu du film, ce n’est pas tant de raconter la capture de Rudolf Abel, que défend l’avocat Donovan, jusqu’à son échange contre un agent occidental sur un pont… Tout ceci est déjà affirmé dans le titre – qui mérite une palme du spoiler. Non : son véritable propos, c’est de démontrer que la démocratie étasunienne s’est testée dans sa capacité à juger le plus "intelligemment" possible un agent étranger convaincu d’espionnage sur son sol, et qu’elle a donné naissance à une nouvelle diplomatie, plus efficace (car roublarde) lorsque les voies officielles ont abouti à un cul-de-sac. Cela, grâce à l’intégrité professionnelle de Donovan, devenu paradoxalement protecteur de l’État au nom de la loi… en défendant son client des assauts du FBI !

Construit sur le palabre, la séduction rhétorique et logique, Le Pont des espions rappelle l’absurdité de certains dialogues de Burn after Reading ou A Serious Man – notamment lorsque l’avocat, officieusement chargé de négocier la libération de prisonniers américains, entame des tractations avec ses pittoresques interlocuteurs russe et est-allemand. Si Tom Hanks, à la fois hâbleur et engoncé, figure joliment ce juriste coutumier des procédures d’assurances, habitué à trouver la faille et à penser de travers pour faire valoir le bon droit de son client (campé par Mark Rylance, le futur Bon Gros Géant, le prochain Spielberg) c’est le réalisateur qui parvient, encore et toujours, à épater par une simple séquence.

Une séquence de fin en apparence neutre pour qui la verrait isolément, d’un homme prenant son train pour aller au travail le matin. En réalité, elle fait référence à deux autres moments-clefs du film, auxquels elle apporte des pendants saisissants. Sans un mot, Spielberg nous fait mesurer la puissance de l’opinion publique comme son extrême labilité et sa porosité au discours des médias. Puis, en à peine moins de vingt secondes, il réactive dans notre mémoire des images terribles du Berlin de l'Est en nous offrant en comparaison les mêmes, carrément anodines, dans le contexte d’une banlieue étasunienne. Ce jeu allusif instantané, qui n’existe que dans l’esprit du spectateur, est une merveille de subtilité et d’écriture cinématographique. Une apogée silencieuse ; une apothéose muette…

Le Pont des espions
De Steven Spielberg (ÉU, 2h12) avec Tom Hanks, Mark Rylance, Scott Shepherd…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 janvier 2023 Des lauréats de festivals en veux-tu en voilà, du blockbuster encore plus prometteur que "Top Gun" ; des films annoncés aux sorties promises à modifications multiples en fonction de Cannes, de la concurrence ou des imprévus… Bienvenue dans l’ébauche...
Mardi 3 décembre 2013 On continue cette semaine notre rétrospective "20 ans de PB, 20 ans de ciné" en se téléportant en 1996, mais surtout en rendant hommage à un tandem de cinéastes (...)
Vendredi 15 novembre 2013 Avec un ultra-réalisme saisissant et une constante tension dramatique, Paul Greengrass reconstitue à travers une polyphonie de points de vue une prise d’otages au large des côtes somaliennes, où la star Tom Hanks se fond dans le dispositif...
Mercredi 30 octobre 2013 Nouvelle merveille des frères Coen, l’odyssée d’un chanteur folk raté des années 60 qui effectue une révolution sur lui-même à défaut de participer à celle de son courant musical. Triste, drôle, immense… Christophe Chabert
Mercredi 13 mars 2013 Projet épique, pharaonique et hors des formats, Cloud Atlas marque la rencontre entre l’univers des Wachowski et celui du cinéaste allemand Tom Tykwer, pour une célébration joyeuse des puissances du récit et des métamorphoses de...
Lundi 28 janvier 2013 Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un (...)
Vendredi 25 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet. Mais le "Lincoln" de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Lundi 7 janvier 2013 Qu’on se le dise : les quatre prochains mois dans les salles obscures vont être riches de films attendus, de cinéastes majeurs et de découvertes passionnantes. En gros, il va falloir trouver de la place dans ses emplois du temps. Christophe Chabert
Jeudi 16 février 2012 Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la première guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et...
Jeudi 20 octobre 2011 A l’instar de James Cameron avec Avatar, Steven Spielberg s’empare d’une innovation technologique au potentiel énorme, et la plie à son imagination toujours fertile pour mieux la sublimer, au gré d’une véritable leçon de mise en scène. François...
Mercredi 16 février 2011 Analyse / Peu diserts sur leur œuvre, il faut écouter les frères Coen attentivement pour trouver dans leurs propos quelques clés d’analyse… CC
Mercredi 16 février 2011 Cinéma / Avec True Grit, leur premier western, Joel et Ethan Coen reviennent à un apparent classicisme, même s’il est strié par des lignes obscures et intrigantes. Du grand spectacle et du grand cinéma. Christophe Chabert
Jeudi 4 décembre 2008 On s’attendait, après la claque No country for old men, à ce que les frères Coen se reposent un tantinet sur leurs lauriers. C’était bien mal les connaître : cet habile détournement des codes du film d’espionnage offre la conclusion rêvée à leur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X