Joël Pommerat fait sa Révolution avec "Ça ira (1) Fin de Louis"

Ça ira (I) Fin de Louis

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

À force d’ausculter le travail, les rapports de hiérarchie et les questions de libre arbitre, il fallait bien qu’un jour l’auteur et metteur en scène Joël Pommerat ose affronter les prémices de la liberté et de l’égalité des droits. En 4h30, il revient aux origines de la Révolution française avec "Ça ira (1) Fin de Louis". Un exceptionnel moment de théâtre.

« Il n’y a pas de point de vue » reprochent à Ça ira (1) Fin de Louis les rares qui osent critiquer aujourd’hui Joël Pommerat, devenu en quinze ans une figure absolument singulière et, pour tout dire, monumentale du théâtre français actuel, de surcroît plébiscitée par les spectateurs partout sur le territoire. À Nanterre, où il est artiste associé, il a affiché complet durant tout novembre et les malchanceux dont la représentation tombait sur les deux jours d’annulation post-attentats ont dû jouer sévèrement des coudes pour rattraper au vol des billets sur Le Bon Coin.

à lire aussi : Pommerat refait les contes

Cette supposée absence de point de vue – aucun personnage n’étant désigné comme bon ou mauvais – est en fait la preuve qu’il y en a une multitude. Tout le monde s’exprime au cours de cet épisode de l’Histoire dont le choix constitue en lui-même un acte politique fort – Pommerat en signe depuis ses débuts. Comme il le précise souvent, « il ne s’agit pas d’une pièce politique mais dont le sujet est la politique », soit la vie de la cité, selon l’étymologie du mot. Plutôt que de proposer un manifeste, Pommerat amène à mieux comprendre la naissance de la Révolution et même, puisqu’il n’est pas conférencier ou chercheur mais homme de théâtre, à la ressentir.

Pour cela, il a précisément misé sur le langage, les débats ; donné la parole aux petits et aux grands : au tiers état beaucoup, à la noblesse, au clergé ainsi qu'au roi, en se souciant de faire apparaître toutes les contradictions des uns et des autres. Le souverain est en proie à une peine personnelle ? Joël Pommerat autorise son comédien, et donc le spectateur, à être en empathie avec lui. La députée Lefranc (Pommerat a mis des femmes dans "son" assemblée), prônant « quelque chose d’illégal mais juste », parle des morts comme de « quelques dérapages » ? On peut considérer, malgré le combat indéniablement progressiste qu’elle mène, que ces paroles-là sont répréhensibles. Le manichéisme est l’ennemi de l’intelligence, et de cette dernière, Pommerat a à revendre.

à lire aussi : L’intime et le réel

Décap(it)é

Un an ou deux avant que n’éclate ladite Révolution, la révolte gronde, le royaume tangue. Le chef de l’État s’adresse à ses administrés, l’air grave, sur le thème "notre pays traverse une grave crise, nous devons tous contribuer à l’effort commun". Ce pourrait être François Hollande, mais c’est un certain Louis (jamais affublé de son nombre XVI). Il vient de déclencher les foudres des privilégiés, appelés à s’acquitter d’un impôt désormais simplifié. Le bras de fer qui s’amorce entre la royauté et ceux qui profitaient de ses largesses est embryonnaire et annonciateur des États généraux de 1798.

Ces dialogues, ces engueulades, ces joutes, matière même de Ça ira (1) Fin de Louis, sont à la fois infiniment sérieux (chacun des personnages étant totalement engagé dans son combat) et très drôles – car la lutte pour l’égalité n'a pas été menée sans injures, piques oratoires et bêtises à même de déclencher le rire. Et c'est heureux. Dispersés entre le plateau et la salle, les comédiens vont et viennent entre le perchoir de leur assemblée, qui devient nationale sous nos yeux dans une séquence poignante, et les travées de celle-ci. Sans interpeller le public, Pommerat en fait la masse des députés, construisant une unité très forte entre scène et salle.

Il investit même l’arrière-plateau, d’où émanent des fumigènes et des bruits d’émeutes. La Révolution est partout. Jamais nommées, la prise de la Bastille, ici annoncée par l’assassinat et la décapitation du directeur de la prison centrale, et surtout la Nuit du 4 août, prennent aux tripes. Il faut voir le Premier ministre s’affairer, survolté, allant et venant entre les appartements du roi (à vue) et une assemblée (hors champs) pour annoncer une à une les lois votées et les privilèges abolis en même temps que la reine s’insurge et que Louis pâlit.

à lire aussi : La mère loup

Le discours d’un roi

Pour aboutir à tant de justesse, la langue, travaillée à partir de nombreuses archives, a été malaxée au cours d’innombrables improvisations. Joël Pommerat a par ailleurs le talent d’avoir su fidéliser une troupe qui donne chaque fois le meilleur d’elle-même. C’est peut-être déjà là un premier acte politique, avant même celui de faire revivre la Révolution : croire en l’acte collectif du théâtre, poussé ici à sa quintessence.

Rien de ce qui fait sa patte n’a été oublié. Dès la scène inaugurale, la lumière du scénographe Éric Soyer éclate. L’espace est un "espace Pommerat", même si les fondus au noir ne sont plus systématiques, alternant même avec des changements à vue. Le décor est toujours réduit à son minimum – chez lui, nul besoin de décorum pour signifier Versailles ou les allées du Louvre. Quant aux comédiens, qui se prêtent tous à un marathon sidérant, ils savent en une fraction de seconde passer d’un costume à l’autre sans perdre en crédibilité. Bref, tout concorde pour rendre palpable cet indéfinissable moment de bascule de l’Histoire.

Et s'il dure 4h30 (avec deux pauses de dix minutes), c’est que Pommerat ne regarde pas l'événement du point de vue de ce qu’il nous a légué, mais de la façon dont il s’est façonné. À cette aune, les débats des comités de quartiers sur la qualité de l’air (déjà !) ou les taxes des confiseurs sont aussi constitutifs de la Révolution que la préfiguration du préambule de la Constitution, la Déclaration des droits des hommes (sic), qui doit permettre de dessiner l’avenir pour demain, « après-demain et après-après-demain », et tant pis si elle ne répond pas immédiatement aux attentes de ceux qui sont dans la rue.

Il y a en fait dans ce spectacle tout ce qui caractérise une démocratie aujourd’hui : les court-termistes et les visionnaires, les peureux et les courageux, et déjà cet écart entre le peuple et ses représentants, alors que l’Assemblée nationale a encore l’odeur des jouets neufs. Homéopathiquement distillés, les parallèles avec l’époque actuelle sont matérialisés par des selfies en toc, mais aussi par "nos" migrants, "notre" financiarisation de la vie publique, écho permanent laissant parfois croire que la Révolution repassera peut-être les plats, le monde d’apparats d’autrefois n’étant ni plus ni moins enviable que celui d'aujourd'hui.

The Final Countdown

À mille lieues du théâtre forum et tribunicien d’Ariane Mnouchkine (1789 et 1793) et des fanfreluches fatalement dépassées de Robert Hossein, Pommerat se révèle une fois de plus viscéralement contemporain, évitant au passage l'écueil du théâtre documentaire.

Par ailleurs, il parvient par instants à faire exister puissamment la sphère privée, cet art de l’intime qu’il maîtrise à la perfection et qui a fait le sel de tant de ses précédents spectacles (Les Marchands, Je tremble, Ma chambre froide, La Réunification des deux Corées). Sur la voix d’Arno reprenant Brel, Louis redevient un enfant face à son épouse inflexible et offre l’image d’un pouvoir réagissant à l’affect. Tout cet équilibre, aussi fort soit le désir de démocratie, peut vaciller. « Naître libres et égaux » ? – « Et puis quoi encore ? » s'envoie-t-on au visage. Bon peuple, mauvais peuple ? Bonne ou mauvaise violence ? Dictature de la monarchie ou dictature populaire ? Se battre pour le droit au bonheur et en faire autre chose qu’une utopie : une réalité politique. C’est cet élan époustouflant qui prend vie ici, puis s’arrête avant que le roi ne se raidisse pour de bon.

Une deuxième partie de Ça ira (1) Fin de Louis est annoncée, dès que les acteurs auront repris leur souffle. Au regard de la vitalité hors norme de ce premier volet (le célébrissime tube très années 1980 The Final Countdown n’a jamais eu une telle résonance, c'est dire), on ne peut que s'en réjouir.

Ça ira (1) Fin de Louis
À la MC2 jusqu’au vendredi 27 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 octobre 2020 Après l’immense réussite "Ça ira (1) Fin de Louis" passée par Grenoble en 2016, la MC2 accueille de nouveau le metteur en scène Joël Pommerat avec son "Contes et légendes" créé l’an passé. Un titre faussement doux pour un spectacle qui s’intéresse...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Jeudi 21 juillet 2016 Après la prise de parole remarquée du metteur en scène français Joël Pommerat contre la politique culturelle de la Ville de Grenoble en juin dans "Libé", c’est au tour d’acteurs culturels grenoblois de prendre la plume, cette fois-ci dans...
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Mardi 8 décembre 2015 À Noël, tout le monde pense à mettre sous le sapin le dernier gadget technologique à la mode ou la bonne et rassembleuse bouteille de vin. Et si on misait sur un spectacle ou un concert, comme ça, pour changer un peu ? Le PB s’est donc lancé dans...
Vendredi 18 septembre 2015 Du théâtre contemporain, du classique ; des metteurs en scène stars, des plus confidentiels ; des pièces avec plein de comédiens, d'autres avec beaucoup moins de monde... Voici les coups de cœur et les attentes du "PB" pour cette saison 2015/2016.
Vendredi 12 juin 2015 Il y aura beaucoup à voir et à entendre de septembre à juin sur les différentes scènes de ce temple grenoblois de la culture. On fait le point en trois parties.
Mardi 8 avril 2014 Plus de deux ans après sa création, "Cendrillon" passe enfin par Grenoble. Pièce maîtresse de l’œuvre de Joël Pommerat, ce conte, ici plus fantastique que merveilleux, décline ce qui intéresse tant l’incontournable metteur en scène : tenter d’être...
Jeudi 5 septembre 2013 Ce n’est certainement pas très original vu l'acceuil dithyrambique déjà reçu par le sepctacle, mais l'une des propositions que l’on place tout en haut de la (...)
Mercredi 10 janvier 2007 L’univers théâtral de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène est tout simplement unique. Ses écrits, indissociables de ses mises en scènes, s’ancrent profondément dans notre monde. À la MC2, on découvrira son adaptation du Petit Chaperon Rouge....
Mercredi 7 mars 2007 Théâtre / À partir du conte populaire, Joël Pommerat, metteur en scène et auteur a écrit son Petit Chaperon rouge, spectacle époustouflant de beauté visuelle et de sens. Séverine Delrieu

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter