"Julieta" : Almodóvar se met à nu

Julieta
De Pedro Almodóvar (2016, Esp, 1h39) avec Emma Suárez, Adriana Ugarte...

de Pedro Almodóvar (Esp., 1h36) avec Emma Suárez, Adriana Ugarte, Daniel Grao…

Accrochant un nouveau portrait de femme abattue aux cimaises de sa galerie personnelle, le cinéaste madrilène semble avoir concentré sur cette malheureuse Julieta toute la misère du monde. Avec son absence de demi-mesure coutumière, Almodóvar l’a en effet voulue veuve, abandonnée par sa fille unique, dépressive, en délicatesse avec son père et rongée par la culpabilité. Un tableau engageant – qui omet de mentionner son amie atteinte de sclérose en plaques…

Construit comme une lettre à l’absente, Julieta emprunte la veine élégiaque de l’auteur de La Fleur de mon secret. On est très loin des outrances, des excentricités et des transgressions des Amants passagers (2013), son précédent opus façon purge s’apparentant à un exercice limite de dépassement de soi – et qui s’était soldé par un colossal décrochage. Revenu les pieds sur terre, Almodóvar se met ici au diapason de sa bande originale jazzy : en sourdine. Au milieu de ce calme relatif, seules les couleurs persistent à crier – les personnages et le montage faisant l’impasse sur l’hystérie mécanique emblématique de son cinéma et tellement épuisante.

Alors oui, on a l’impression de suivre une sorte de mélo mou aux jointures fragiles (le fait que Pedro ait adapté trois nouvelles d’Alice Munro n’y est sans doute pas étranger), mais aussi un exercice appliqué d’apaisement. Pour constater au passage que la quiétude sied bien au cinéaste : le changement de tempo le conduit à user avec à-propos de quelques ralentis plus spectaculaires que des effets criards.

Mais l’inconvénient de ce traitement soft, c’est qu’il révèle la nudité du roi. Libéré de ses oripeaux clinquants, de son habillage bariolé agrémenté de complaintes déchirantes, le tire-larmes apparaît dans son essence ordinaire. Le scénario a beau tirer sur toutes les cordes du deuil, toucher toutes les générations, tenter de forcer l’empathie en passant par la culpabilité, il n’a pas la grâce spontanée, la sincérité de Parle avec elle (2002). Lui faire grâce cette année d’une récompense s’apparenterait à une aumône, pour le remercier de son assiduité sur la Croisette…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 19 décembre 2016 Jusqu’alors spécialisé dans le documentaire, Xavier Rocher a coproduit avec sa jeune société La Fabrica Nocturna "Wolf and Sheep", le très réussi premier film de Shahrbanoo Sadat. Une aventure franco-dano-suédo-tadjiko-afghane…
Lundi 24 octobre 2016 Lorsqu'un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre en palliant sa criminelle négligence. Telle pourrait être la morale de cette nouvelle fable dramatique emplie de réalisme et d’espérance, qui a valu à...
Mardi 30 août 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or lors du dernier Festival de Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en...
Lundi 16 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Lundi 9 mai 2016 Alors que le fameux festival débute ce mercredi 11 mai (avec, à Grenoble, une soirée spéciale au cinéma Le Club), on fait le point sur les quelques films qui seront visibles en salle pendant cette quinzaine.
Mardi 12 mai 2015 De Diego Lerman (Arg, 1h33) avec Julieta Diaz, Sebastián Molinaro…
Mercredi 6 juillet 2011 Pedro Almodóvar revient aux récits baroques et teintés de fantastique de sa jeunesse, la maturité filmique en plus, pour un labyrinthe des passions bien noir dans lequel on s’égare avec un incroyable plaisir.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X