"Le Labyrinthe de Pan" : quand Guillermo del Toro travestit l'horreur en fantastique

Le Labyrinthe de Pan

L’Aparté

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Projection / Mardi 24 octobre, le festival Ojo Loco, dédié chaque printemps au cinéma espagnol et latino-américain de Grenoble. investit une salle du campus universitaire. Son but ? Proposer en séance unique, dans le cadre d'Halloween, la projection du fameux film de 2006 réalisé par Guillermo del Toro. Un excellent choix...

Alors que la répression franquiste décime les maquis espagnols en 1944, une jeune fille tente d’échapper à cette sombre vérité en arpentant un labyrinthe fantastique. Elle y rencontre un faune, Pan, créature mystérieuse et métaphorique qui la guide dans un imaginaire dangereux où elle serait une princesse. Cette petite fille, c’est Ofelia, qui se trouve contrainte de suivre sa mère enceinte de son deuxième enfant et tout juste remariée au capitaine de l’armée franquiste Vidal, personnage cruel qui assoit son pouvoir dans la satisfaction de sévices sanglants.

En mêlant faits historiques et conte chimérique, le réalisateur mexicain Guillermo del Toro dépeint une fable à la dualité magique et monstrueuse, où l’horreur est humaine tandis que l’étrange irréel en est le simple miroir. Multipliant les parallèles, entre critique du fascisme et référence à Alice au pays des merveilles, le cinéaste nous plonge dans un rêve horrifique où l’esthétique féerique percute la cruauté de l’existence, où Le Labyrinthe de Pan n’est autre qu’une parabole du réel qui cherche malgré tout un peu d’espoir dans le noir.


Le Labyrinthe de Pan
À l’Aparté mardi 24 octobre à 19h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Samedi 17 février 2018 Synthèse entre "La Belle et la Bête" et un mélo de Douglas Sirk, ce conte moderne marque le triomphe de Guillermo del Toro, Lion d’Or 2017 à la Mostra de Venise, qui signe son film le plus consensuel, sans renoncer à ses marottes arty-trashy....
Mardi 13 octobre 2015 Poème tragique beau comme une malédiction gothique, le nouveau Guillermo del Toro tient aussi bien du conte de Poe que du steampunk. De quoi donner des idées à Tim Burton, qui n’en a plus guère…
Vendredi 12 juillet 2013 Des robots géants contre des monstres géants : avec ce blockbuster dantesque, à l’imaginaire proliférant et à la mise en scène démente, Guillermo Del Toro donne une ampleur spectaculaire à un univers personnel soufflant de beauté. Christophe...
Jeudi 24 novembre 2011 Dans la série, rarement grandiose, des productions animées Dreamworks, Le Chat potté est plutôt une bonne surprise. À condition toutefois d’oublier les faiblesses criantes des scénarios de ces produits «familiaux». Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter