"Impitoyable" et "L'Inspecteur Harry" : Eastwood, double détente

Impitoyable
De Clint Eastwood (1992, ÉU, 2hh1) avec Clint Eastwood, Gene Hackman...

Jeudi 18 janvier, le Pathé Chavant consacre une soirée au géant du cinéma qu'est Clint Eastwood.

À trois semaines de la sortie de son nouveau film en tant que réalisateur (Le 15:17 pour Paris, inspiré de la tentative d’attentat à bord du Thalys), et alors qu’il semble avoir renoncé à passer devant la caméra, n’est-il pas tentant de se souvenir du comédien Clint Eastwood ; en particulier dans ces deux rôles indissociables de son imposante stature que sont Harry Callahan et Bill Munny ?

Pour L’Inspecteur Harry (1971) de Don Siegel, il inaugure pour la première fois la plaque et le révolver Smith & Wesson de son plus fameux alter ego. Flic marmoréen aux mâchoires serrées et aux méthodes jugées expéditives par sa hiérarchie, Harry (qui a hérité du délicieux sobriquet de "Dirty" ainsi que d’une réputation exécrables auprès de ses équipiers – et pour cause : ils se font régulièrement dessouder) est ici sur les traces de Scorpion, un tueur en série terrifiant San Francisco. Inspiré par la traque du tueur du Zodiaque, ce thriller a déchaîné contre lui toutes les consciences progressistes, ulcérées par les saillies systématiques anti de l’ombrageux inspecteur. Taxé de fasciste, Harry est plutôt un anar de droite détestant le désordre, le laxisme et les bureaucrates.

Mais bien que conservateur pur sucre, Eastwood est loin d’être aussi extrémiste que son personnage : plus masochiste que sadique, plus volontiers victime que bourreau, ses héros se sacrifient généralement au nom d’une cause juste ou qui le dépasse. C’est le cas de son Impitoyable (1993), western crépusculaire grâce auquel il a ravi son premier doublé meilleur film-meilleur réalisateur à l’Oscar. Si ce n’est pas pas son meilleur film (le sublime Gran Torino le surclasse), c’est celui grâce auquel il a pu rendre la monnaie de leur pièce à ses maîtres Leone et Siegel. Au centuple.

Impitoyable + L'Inspecteur Harry
Au Pathé Chavant jeudi 18 janvier à 20h et 22h30 (au Pathé Échriolles, juste Impitoyable à 20h)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 février 2015 En retraçant l’histoire de Chris Kyle, le sniper le plus redoutable de toute l’histoire américaine, Clint Eastwood signe un film de guerre implacable où la mise en scène, aussi spectaculaire qu’aride, crée la dialectique si chère au cinéaste pour...
Dimanche 8 janvier 2012 Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert
Mercredi 16 février 2011 Genre / Donné pour mort après le passage de Sergio Leone et de Sam Peckinpah, le western reste un genre populaire, un film venant à intervalles réguliers le (...)
Jeudi 13 janvier 2011 Du drame surnaturel en forme de destins croisés que le sujet autorisait, Clint Eastwood ne conserve que les drames individuels de ses personnages, dans un film d’une grande tristesse et d’une belle dignité. Christophe Chabert
Lundi 11 janvier 2010 De Clint Eastwood (ÉU, 2h13) avec Morgan Freeman, Matt Damon…
Jeudi 19 février 2009 Cinéma / Avec Gran Torino, Clint Eastwood, devant et derrière la caméra, réalise un de ses meilleurs films, drôle et provocateur, émouvant et mélancolique. Christophe Chabert
Jeudi 19 février 2009 Rétro / Avec L’Inspecteur Harry, Don Siegel et Clint Eastwood posaient les codes du film d’auto-défense (ou vigilante-flicks en parler cinéphage) telles que (...)
Mardi 11 novembre 2008 Le maître Eastwood aurait-il visé trop haut ? Complexe et bancal, L’Échange multiplie les lignes narratives et finit par brouiller son discours. Petite déception. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X