Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

"Everybody knows" : Asghar Farhadi à la recherche de ce qui nous liait

Everybody Knows
De Asghar Farhadi (Esp, 2h10) avec Penélope Cruz, Javier Bardem...

Sous le délicieux présent transperce le noir passé… Le cinéaste iranien Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies. Un joyau sombre porté par Penélope Cruz et Javier Bardem, en compétition à Cannes.

Comme le mécanisme à retardement d’une machine infernale, une horloge que l’on suppose être celle d’une église égrène patiemment les secondes jusqu’à l’instant fatidique où, l’heure sonnant, un formidable bourdonnement précipite l’envol d’oiseaux ayant trouvé refuge dans le beffroi. C’est peut dire que l’ouverture d’Everybody knows possède une forte dimension métaphorique ; sa puissance symbolique ne va cesser de s’affirmer. Installée au sommet de l’édifice central du village, façon nez au milieu de la figure, cette cloche est pareille à une vérité connue de tous, et cependant hors des regards. Elle propage sa sonorité dans les airs comme une rumeur impalpable, sans laisser de trace.

Battant à toute volée sur une campagne ibérique ensoleillée, telle une subliminale évocation de l’Hemingway période espagnol, cette cloche rappelle enfin de ne « jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour [soi]“. Pour l’illusion du bonheur et de l’harmonie, également, dans laquelle baignent Laura (Penélope Cruz) et ses enfants, elle qui revient en Espagne pour assister au mariage de sa sœur. Et retrouver sa famille : d’anciens propriétaires terriens ayant cédé leur domaine viticole à Paco (Javier Bardem), l’ex de la belle. La fête sera de courte durée, gâchée par un drame : Irene, l’aînée de Laura, est enlevée et une forte rançon réclamée…

Esprit de clocher

"Tout le monde sait" annonce le titre… Dans le cinéma de l'Iranien Asghar Farhadi, le vérité est une clé, peut-être la clé fondamentale. Mais surtout un instrument à manipuler avec précaution pour tout être doué de conscience, c’est-à-dire d’un minimum de sensibilité morale. Dès lors qu’elle se fait jour chez un personnage (qu’il la découvre ou qu’elle lui soit annoncée), elle agit en révélateur corrosif, le rongeant obsessionnellement, attaquant le vernis social et mutilant ses relations de proximité. Ici, l’enlèvement de la petite Irene fait resurgir les jalousies mesquines et autres convoitises rurales recuites dans du mépris de classe, sur fond d’amours fanées. Un cataclysme souterrain circonscrit à un village.

Pour le spectateur également, cette vérité est une évidence soumise à sa vigilance : le moindre atome d’image chez Farhadi porte une pleine et entière signification ; et est parsemé des indices ouvrant sur la compréhension (davantage que sur la résolution) du drame à venir. Everybody Knows ne déroge pas à la règle ; et les drones utilisés pour le mariage offrent de surcroît un point de vue omniscient (une vision subjective du clocher, en somme) dont l’examen attentif mènera au dénouement – non, il ne s’agit pas d’un spoiler, car la vraie "clé" est dissimulée dans les replis des images. De toutes façons, le film ne se borne pas au "whodunit" du kidnapping – lequel, à dire vrai, tient davantage du "MacGuffin" : l’intrigue explore avant tout une désagrégation psychologique et familiale, ainsi qu’une ou deux romances mélodramatiques collatérales, en évoquant au passage la situation des travailleurs immigrés, boucs émissaires privilégiés quand un problème survient.

De Woody à Farhadi

Sans chercher à comparer Farhadi et Allen (ce qui n’aurait aucun sens étant donné la dissemblance des thèmes de leurs films et de leurs inspirations respectives), on ne peut s’empêcher de rapprocher Everybody knows de Vicky Cristina Barcelona (2008), ne serait-ce que parce qu’ils réunissent le même couple de comédiens ( Penélope Cruz et Javier Bardem) et ont été tournés en terres espagnoles. Mais quand le réalisateur américain demeure, avec ses protagonistes Vicky et Cristina, en position d’étranger dans une vision périphérique du pays où il fait escale, saturant son film de considérations folkloriques et de dégustations de crus, son homologue iranien s’inscrit plutôt dans le terroir, préférant montrer les gens qui fabriquent du vin.

Moins touriste, Asghar Farhadi "devient" un pur cinéaste espagnol, c’est-à-dire d’imprégnation et de compréhension culturelles, de même qu’il était "devenu" un cinéaste totalement français en signant Le Passé (2013). Cela, sans pour autant renier son style, ni son esthétique persane si singulière : la lumière magnifie ses images, la photo flatte les visages et confère à cette tragédie de la dislocation une beauté plus terrible encore.

Everybody knows
d'Asghar Farhadi avec Penélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 11 septembre 2017 Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création signée Darren Aronofsky ("Black Swan", "Requiem for a Dream"...) est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers...
Mardi 4 juillet 2017 de Sebastián Borensztein (Arg.-Esp., 1h32) avec Ricardo Darín, Oscar Martinez, Inma Cuesta…
Lundi 7 novembre 2016 Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi, réalisateur des fameux " Une séparation"...
Mardi 7 juin 2016 Avec sa construction sophistiquée et son interprétation épurée, cette chronique d’un combat contre l’injustice de la maladie signe le retour du grand réalisateur espagnol Julio Medem. Et offre en sus un vrai rôle à Penélope Cruz qui, malgré son...
Mardi 13 janvier 2015 De Damián Szifron (Arg-Esp, 2h02) avec Ricardo Darin, Oscar Martinez…
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Samedi 18 mai 2013 Pour son premier film tourné hors d’Iran, Asghar Farhadi prouve à nouveau qu’il est un des cinéastes importants apparus durant la dernière décennie. Mais ce drame du non-dit et du malentendu souffre de la virtuosité de son auteur, un peu trop sûr de...
Mercredi 27 février 2013 L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques,...
Vendredi 15 février 2013 Sans atteindre les hauteurs de son précédent "Carancho", le nouveau film de Pablo Trapero confirme son ambition de créer un cinéma total, à la fois spectaculaire, engagé, personnel et stylisé, à travers un récit qui mélange foi, politique et...
Lundi 29 octobre 2012 C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert
Mardi 7 juin 2011 Avec ce drame empruntant la forme d’un thriller social, Asghar Farhadi dresse le tableau accablant d’une société iranienne grippée par ses contradictions et ses non-dits.
Jeudi 9 septembre 2010 Avec sa puissance d’évocation hors normes, il était tout à fait naturel que la musique de Leonard Cohen soit cooptée par le 7e art. Petit tour d’horizon de ses greatest hits ciné. FC
Vendredi 4 septembre 2009 Le cinéma iranien n’en finit plus de surprendre : tendue comme un thriller, cette chronique d’une disparition signée Asghar Farhadi frappe par sa liberté de ton et de forme.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter