Quand les étudiants mènent la danse au Festival culturel interuniversitaire Rêve(s)

16e nocturne des étudiants

Musée de Grenoble

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Festival / Après avoir exploré les confins de l’infini l’an dernier, le Festival culturel interuniversitaire revient cette année du 26 mars au 3 avril, à Grenoble et sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, pour une 13e édition avec le(s) rêve(s) comme horizon. Une programmation « insolite et éclectique » dont Julien Vaccari, l’un des responsables de cette aventure, nous parle plus en détail.

Albert Camus disait (oui, on a des références classes) : « Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à nous. » C’est à ce voyage dans le monde des songes que nous convie le Festival culturel interuniversitaire, qui rayonne à Grenoble et sur le campus de Saint-Martin-d’Hères du mardi 26 mars au mercredi 3 avril. « Après des thèmes assez sombres comme "Mortel" et "Monstre", on avait envie, pour cette 13e édition, d’un fil rouge plus joyeux, léger, d’où le choix de "Rêve(s)". Et comme on ne voulait pas enfermer le mot dans une définition, on l’a décliné au pluriel » explique Julien Vaccari, chargé de projets à la Communauté d’universités et établissements (Comue) Université Grenoble Alpes, qui organise l’événement et élabore la programmation culturelle Un Tramway nommé culture – qui, pour info, a 30 ans cette année.

 lire aussi : Un Tramway nommé culture pour « susciter un certain étonnement »

Expos, soirées, conférences… Pour dépeindre les différentes facettes de ce thème éthéré, la Comue a coordonné, en partenariat avec de nombreux étudiants, associations et établissements, la mise en place de seize événements. « Le but de ce festival est à la fois de permettre aux étudiants de travailler avec des structures et artistes professionnels pour donner vie à leurs projets culturels, mais aussi de montrer que ces projets, s’ils relèvent de la pratique amateur, sont variés et de qualité. »

Programmation éclectique

Comme à son habitude, la très populaire Nocturne des étudiants du Musée de Grenoble (photo), prévue mercredi 27 mars, marque le début officiel du festival. Pendant cette soirée ouverte à tous, « les étudiants investissent les différentes salles du musée et proposent des performances en danse, musique ou encore théâtre ». De leur côté, les férus de photo ne seront pas en reste. L’exposition en réalité augmentée Le temps d’un rêve (une appli permet d’accéder à des sons et vidéos correspondant aux photos), organisée par l’association Akuu et installée un peu partout sur le campus, raconte « le décalage entre une forêt amazonienne rêvée et la réalité ». Sur la campus toujours, l’Est accueille Provocation, une exposition gravitant autour des portraits « colorés et engagés » du photographe turc Alp Peker, réalisés à partir d’objets du quotidien et, pour certains, en collaboration avec des étudiants.

 lire aussi : Où voir de la culture sur le campus grenoblois ?

De nombreuses soirées figurent aussi à l’affiche avec, entre autres, une "rêve party" tropicale « dont le lieu est tenu secret jusqu’au jour J » (30 mars), une soirée cinéma d’animation à Mon Ciné (1er avril), une scène ouverte à l’Hexagone (2 avril), une soirée « décalée » à Eve (campus) autour des problématiques de genre « avec trois DJs du collectif Stash Trax » (2 avril) ou encore une soirée de clôture au Musée dauphinois « ambiance station de ski garantie » (3 avril). En somme, de quoi bien remplir les agendas des étudiants et autres participants.

Festival culturel interuniversitaire
À Grenoble et sur le campus jusqu’au mercredi 3 avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter