20 spectacles pour une fin d'année grandiosement variée

Spectacles / Théâtre, danse, humour, cirque, musique... Nous avons épluché les programmes des différentes salles de spectacle de Grenoble et de l'agglo. Voici ce que nous en avons retenu pour les prochains mois. Par Aurélien Martinez & Nadja Pobel

Ulysse

À Grenoble, nous avons la chance d’avoir un chorégraphe qui, en plus de quarante ans (dont trente-deux à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble), a marqué de son empreinte l’histoire de la danse contemporaine française. Depuis plusieurs années, Jean-Claude Gallotta (puisque c’est de lui dont il s’agit) s’est lancé dans une grande entreprise de reprises de son propre répertoire. Pour cette saison, ce sera sa première grande pièce en hommage à Homère et à l’écrivain irlandais James Joyce. Un "ballet blanc" qui, en 1981, l’a imposé comme un chef de file de ce que l’on appelait à l’époque la nouvelle danse française. À noter qu’il créera cette saison Pénélope, le versant féminin d’Ulysse – passage par la MC2 prévu en mars.

À la Rampe (Échirolles) mardi 4 octobre


Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe 

« Trois comédiens, neuf personnages, un seul meurtrier ! » Il y a l’enquête que Sherlock Holmes mène pendant le spectacle – un meurtre avec un coupable a priori évident. Et il y a le spectacle dans le spectacle, le jeu dans le récit. Le metteur en scène Christophe Delort a ainsi conçu une aventure très drôle qui fait sans cesse des clins d’œil au public, jusqu’à directement l’interpeller – et le juger s’il dit n’importe quoi ! Du théâtre à succès on ne peut plus divertissant.

 Au Jeu de Paume (Vizille) vendredi 14 octobre


Féminines 

1968, Reims. Un journaliste décide d’organiser un match de foot féminin. Le succès sera au rendez-vous. Les footballeuses auront alors de grandes ambitions… Avec ce spectacle au propos ouvertement féministe, la metteuse en scène Pauline Bureau fait pleurer les filets comme on dit dans le monde du foot. Féminines est une aventure solidement tenue, habilement dialoguée, parfaitement interprétée et, cerise sur le gâteau, drôle.

À la Rampe (Échirolles) mardi 18 octobre


Zylan ne chantera plus

Attention exigence ! À peine arrivé à la tête de l’Opéra de Lyon, Richard Brunel a décidé de créer des mini-opéras, courts, qui puissent aller partout et surtout hors des théâtres. Zylan est une commande passée à l’auteur Yann Verburgh et la compositrice Diana Soh pour un interprète qui affronte la haine homophobe. Trois instruments – violoncelle, guitare et percussions – donnent à ce travail une connotation plus rock que classique qui correspond bien à la frontalité du propos, souvent édulcoré habituellement dans les opéras.

 À l’Espace Aragon (Villard-Bonnot) jeudi 20 octobre


La Machine de Turing 

En portant au plateau l’histoire du mathématicien et cryptologue britannique Alan Turing, dont les travaux permirent d’accélérer considérablement la chute de l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, le metteur en scène, comédien et auteur Benoit Solès livre un spectacle passionnant sur cette figure oubliée des livres d’histoire, notamment du fait de son homosexualité. Un spectacle autant pour la mémoire que pour le plaisir du jeu, qui connaît un succès dingue (et mérité) depuis sa création en 2018. À découvrir dans le cadre de la biennale arts-sciences Experimenta pilotée par l’Hexagone de Meylan et prévue du 12 au 22 octobre dans l’agglo et au-delà.

À l’Espace Paul-Jargot (Crolles) vendredi 21 octobre


Haroun 

Dans le vaste monde de l’humour, Haroun est dans le haut du panier, catégorie "plume acérée et piquante qui ne laisse aucun répit à notre société". Seul(s), son dernier spectacle en date, le prouve une nouvelle fois. Il se la joue désabusé pour attaquer tous les sujets qui agitent notre époque. Et, surtout, ses contemporains. « Le problème, c’est que ce n’est pas le monde qui va mal, mais qu’il y a trop de cons qui vont bien. » Touché coulé.

Au Summum vendredi 21 octobre


Le Cabaret de la madone 

« Quand je suis devant le miroir, ce n’est pas moi que je vois mais une belle femme. Une femme que j’idéalise, que je fantasme. » Sur scène, un homme (Bastien Poncelet) en robe très théâtrale raconte sa vie. Et en profite pour explorer les codes de la masculinité, de la culture LGBT, en plusieurs tableaux souvent décalés – comme lorsqu'il matérialise une « gentille bite qui scintille », aidé d’un gros tube, ou réécrit en mode queer la chanson Recette pour un cake d’amour du film Peau d’âne. Original, décalé, et à découvrir dans le cadre du Fita, le Festival international de théâtre action de la compagnie Ophélia Théâtre.

À l’Espace 600 (Grenoble) vendredi 11 novembre


Animal, danser avec le vivant

En coulisses, d’un côté la danseuse et chorégraphe japonaise (installée en France) Kaori Ito, interprète pour les plus grands noms de la danse contemporaine et artiste polymorphe passionnante ; de l’autre Manolo Bez, cofondateur du Théâtre du Centaure (Marseille), « famille d’une dizaine d’équidés et d’humains qui ont construit ensemble un mode de vie et de création spécifique ». Sur scène, quatre chevaux et cinq êtres humains (dont Manolo Bez), afin que « la musique et les corps dialoguent pour une parole animale à la fois sauvage et sacrée ». Un spectacle qui sera créé début novembre à La Roche-sur-Yon et qu’on a hâte de découvrir à Grenoble dans la foulée.

À la MC2 du mardi 15 au jeudi 17 novembre


Souvenirs de saltimbanques 

En 2019, Mike D'Inca, membre éminent de la formation Sinsémilia, sortait le passionnant Souvenirs d'un Sinsémilia, livre dans lequel il revenait sur l’histoire du groupe grenoblois. Cette fois, avec son complice Riké, c’est sur scène qu’il se retourne sur son passé. « Plus complices que jamais, Mike et Riké reprennent leurs plus grandes chansons, dialoguent avec le public et partagent des anecdotes savoureuses, avec la bonne humeur communicative qui les caractérise. » Un bout d’histoire grenobloise en somme.

À l’Odyssée (Eybens) vendredi 18 novembre


Une Histoire du football féminin

« Enseignante d’histoire de l’art, Hortense Belhôte travaille depuis plusieurs années un concept de conférences spectaculaires qui mêlent transmission de savoirs, dévoilement de l’intime et vidéoprojections. » Celle qu’elle a conçue sur l’histoire du football féminin est littéralement passionnante. C’est que la comédienne, également joueuse au club parisien des Dégommeuses, a plein de choses à dévoiler au public. Les spectatrices et spectateurs ressortent alors de l’heure à ses côtés moins bêtes et, et c’est tout aussi important, plus joyeux, tant Hortense Belhôte travaille aussi bien le fond que la forme. Gros coup de cœur. À noter qu’Hortense Belhôte sera également au Théâtre municipal de Grenoble mi-octobre pour Et la marmotte ?, création inédite autour de la montagne.

Au Prunier sauvage (Grenoble) samedi 19 novembre


Le Roi Lear

Un classique shakespearien (un père souhaite léguer son royaume à ses trois filles, mais rien ne se passera comme il l’avait prévu) monté par l’un des plus grands metteurs en scène français (Georges Lavaudant, en activité depuis plus de 50 ans) avec un grand nom du théâtre et du cinéma dans le rôle-titre (Jacques Weber). Et un spectacle qui, s’il ne surprend pas, fait le job – Lavaudant comprend parfaitement cette pièce (qu’il a déjà montée deux fois), et Weber est monstrueusement shakespearien.

 À la MC2 du mercredi 23 au vendredi 25 novembre


Le Monde renversé

 C’est le premier spectacle avec lequel l’acclamé collectif Marthe a surgi sur les plateaux français en 2018. Il est dense, enragé, bien ficelé. Et férocement post #metoo. Pas tant parce que ça en serait le sujet – ça ne l’est pas –, mais parce que le quatuor féminin remonte les siècles, via le texte Caliban et la sorcière (1984) de Silvia Federici, pour dire la persécution des femmes. Taclant la propriété (qui n’est pas qu’un "vol" mais aussi un "viol"), posant sur le plateau les mots cystite, mycose, vagin, elles construisent un spectacle salutaire, drôle et très documenté. Pour info, la MC2 proposera également mi-novembre une tournée hors les murs de leur plus récent spectacle Rembobiner, sur la place que prennent les femmes dans la société.

À la MC2 du mardi 29 novembre au jeudi 1er décembre


Via Injabulo

Compagnie sud-africaine trentenaire chouchoute des scènes européennes (on l’a encore vue cet été au Festival d’Avignon), Via Katlehong vers la joie » en zoulou) a, pour sa dernière création, fait appel à deux chorégraphes : le Portugais Marco Da Silva Ferreira et le Français Amala Dianor. En résulte un spectacle en deux temps qui renferme une énergie folle, notamment grâce aux huit interprètes. On en parlera plus longuement en temps voulu.

À la MC2 jeudi 1er et vendredi 2 décembre


Thomas VDB s’acclimate

« J’ai grandi dans les années 1980, une époque où on pensait encore que le pire était derrière nous. Aujourd’hui, je regarde les infos et… » L’urgence climatique est au centre du dernier seul-en-scène de Thomas VDB, humoriste souvent corrosif – il nous aura tant fait rire durant le confinement/couvre-feu quand, en octobre 2020 sur France Inter, il avait moqué le préfet de Centre-Val de Loire clamant que « la bamboche, c’est terminé ».  On ira découvrir son nouveau spectacle à Paris fin septembre pour vous en parler ensuite.

À l’Espace Paul-Jargot (Crolles) vendredi 2 décembre
À l’Hexagone (Meylan) jeudi 6 avril


Les Virtuoses

 « Quand la musique classique rencontre la magie et l'humour, le résultat est explosif ! » Depuis plusieurs années, ce spectacle des musiciens et frères Mathias et Julien Cadez rencontre un succès fou et recueille des articles de presse dithyrambiques. Voilà qui est totalement mérité, tant l’aventure est fascinante, parfaitement maîtrisée et, surtout, très drôle, entre clown, mime, magie et concert. On en parlera plus longuement en temps voulu.

À la Rampe (Échirolles) samedi 3 décembre


Pierre-Emmanuel Barré

Attention, spectacle très noir porté par un homme adepte de l’humour sans limite, mais alors vraiment sans limite. « Pierre-Emmanuel Barré donne son avis sur tout avec comme modeste objectif que vous repartiez moins con et qu'il reparte plus riche. » À mille lieues du rire d’observation de beaucoup de ses collègues, PEB préfère lui, dans une sorte de conférence, toucher à tous les sujets brûlants de société (racisme, violences policières, patriarcat, maltraitance animale…), non pour les dénoncer, mais pour faire de bonnes grosses blagues grossières. À chacun de faire son beurre avec. Nous, on adore.

Au Summum samedi 3 décembre


Les Gardiennes

Au Petit Bulletin, nous suivons depuis longtemps (et ses débuts isérois) le travail du metteur en scène, auteur et comédien Nasser Djemaï, tant son théâtre, en prise avec le réel et les enjeux contemporains, nous passionne. Sa dernière pièce, qui sera créée en novembre au Théâtre des Quartiers d’Ivry (Île-de-France) qu’il dirige, sera centrée sur les personnes âgées et la place qu’on leur fait (ou non) dans notre société. On vous en parlera plus longuement dès qu’on aura découvert le résultat.

À la MC2 mercredi 14 et jeudi 15 décembre


Maman 

Pour ses premiers pas au théâtre, la chanteuse Vanessa Paradis s’est glissée dans les mots de l’auteur, cinéaste et acteur Samuel Benchetrit. Une histoire de femme qui, un soir, croise un étrange jeune homme qui la prend pour une prostituée. Et si c’était son fils ? Une pièce qui se suit avec plaisir, Vanessa Paradis étant parfaitement magnétique et donnant un supplément de corps et d’âme au récit. Jusqu’à la révélation finale…

Au Grand Angle (Voiron) mardi 13 décembre


Pli 

« La découverte du papier comme matière à la fois délicate et très résistante m’a profondément touchée et m’a lancée dans des recherches aussi bien techniques, esthétiques que poétiques. Du cirque avec du papier devenait alors vraiment possible. » Voilà ce que propose la circassienne Inbal Ben Haim, artiste associée au Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2), dans Pli, spectacle sensible qui livre son lot d’images captivantes. Une grande réussite.

Au Théâtre municipal de Grenoble jeudi 15 et vendredi 16 décembre


Petit pays

En 2016 sortait un roman qui allait connaître un succès fulgurant et propulser son jeune auteur sur le devant de la scène littéraire : Petit Pays de Gaël Faye. Soit le génocide rwandais de 1994 (et, surtout, ses prémices) vu par un enfant du Burundi. Le metteur en scène Frédéric R. Fisbach a décidé de le porter sur le plateau. « Le théâtre va proposer à nous, spectateurs, un terrain de jeu, de questionnements, d’identifications, de méditations totalement singulier, archaïque et nécessaire » (extrait de la note d’intention). Création en novembre à Toulon avant un passage par Grenoble début 2023.

À la MC2 les mercredi 11 et jeudi 12 janvier


Titanic

L’histoire du naufrage du Titanic, on la connaît (presque) toutes et tous grâce au fameux film (et à son histoire d’amour fictive). En la portant sur scène (sans Rose et Jack), la compagnie Les Moutons Noirs ne cherche pas tant à créer un suspens que, justement, jouer avec ce récit ultra balisé – la joie de découvrir le bateau, la vie à bord, l’iceberg inattendu, le naufrage… Leur spectacle aux entournures musicales devient alors une comédie déjantée et loufoque ; sorte de vaudeville contemporain au rythme effréné malgré les presque deux heures de représentation.

Au Théâtre en rond (Sassenage) samedi 14 janvier


Quelques avant-goûts pour 2023

Un soir de gala 

Quand la MC2 programme de l’humour, elle fait dans le nec plus ultra avec le deuxième seul-en-scène de Vincent Dedienne. Soit un comédien qui, après avoir parlé de lui dans son premier spectacle (programmé, pour la petite histoire, en 2014 dans le cadre des 20 ans du PB), livre ici une galerie de personnages hilarants et tendrement (ou pas) fêlés. Avec, surtout, une écriture affûtée (ce sont de véritables petites histoires et non une simple succession de vannes) et un talent d’interprétation parfait. La classe ultime – et on ne parle pas que de son costard.

À la MC2 vendredi 27 et samedi 28 janvier


2 sœurs 

Le conteur moderne Marien Tillet nous embarque dans une histoire qui nous mènera jusqu’en Irlande, il y a de nombreuses années, à la découverte de deux sœurs persécutées par leurs voisins.  Pour y arriver, il réalise de nombreuses digressions avec un talent certain. Car Marien Tillet (ou plutôt Marc, son personnage d’ethnologue spécialiste des hystéries collectives) a l’art de capter l’attention du public pour ne plus la lâcher. Et pour montrer que « le spectateur est une sorcière comme les autres ».

 

À la Rampe (Échirolles) jeudi 23 février


Climax

« Tirer la sonnette d’alarme et (r)éveiller notre prise de conscience écologique » : telle est la mission que s’est donnée la Compagnie Zygomatic. Pour ce faire, elle n’a pas choisi l’axe du spectacle sérieux mais le burlesque musical, tout en étant parfaitement solide sur ses assises – et les connaissances scientifiques. En plusieurs tableaux décalés (par exemple les Jeux olympiques obligés d’être organisés sur une banquise du fait du réchauffement climatique), ces clowns engagés frappent juste. Et, paradoxe ultime au vu de leur sujet, nous font beaucoup rire.

Au Prisme (Seyssins) jeudi 23 février
Au Jeu de Paume (Vizille) vendredi 24 février


This is how you will disappear 

Ni metteuse en scène, ni chorégraphe, ni plasticienne, mais un peu tout ça à la fois, Gisèle Vienne est l’une des faiseuses de spectacle les plus passionnantes en France en ce moment. Après les chocs Crowd et L’Étang, la MC2, qui en a fait l’une de ses artistes associés, programme une ancienne pièce de 2010 créée pour le Festival d’Avignon. Sur scène, une grande forêt et trois personnages qui la traversent. Une expérience sensorielle forte sur la beauté et la violence qui nous marque encore.

À la MC2 jeudi 2 et vendredi 3 mars


De Béjaïa à Voiron 

Claire Diterzi est une autrice-compositrice-interprète incroyable qui devrait avoir une carrière moins confidentielle – ceci n’engage que nous, certes, mais si vous voulez vous faire un avis, écoutez des morceaux comme Infidèle, À quatre pattes ou Ce que j'ai sur le cœur et on en reparle. La voici aux commandes d’un spectacle, au titre différent selon les villes, qui part sur les traces d’une immigrée algérienne. « À la parole poétique et malicieuse de la vieille femme, captée en vidéo ou incarnée par une comédienne, répondent les mélodies des chansons mêlées aux sonorités de la musique traditionnelle. » Voilà qui titille notre curiosité…

 

Au Grand Angle (Voiron) mardi 7 mars


Boule de suif 

Nouvelle de Guy de Maupassant qui, en 1880, l’a imposé comme un grand nom de la littérature française, Boule de suif raconte la bassesse de l’âme humaine à travers le personnage d’une prostituée mal considérée par des gens dits du monde. La compagnie Les Moutons Noirs nous raconte habilement cette histoire sur scène à travers la voix d’un comédien, pour retranscrire toute la force du récit de Maupassant comme pour tisser des ponts avec le présent. Intelligemment efficace.

 

À la Faïencerie (La Tronche) vendredi 31 mars


Les Femmes de Barbe Bleue 

Les contes ne sont jamais des histoires anodines. Ce spectacle de la metteuse en scène Lisa Guez le prouve une nouvelle fois. « Sur scène, pleines de désir et de vie, les fantômes des femmes de Barbe-Bleue racontent comment elles ont été séduites, piégées et n’ont pas pu ou su s’enfuir. » Chacune livre ce qu’il lui est arrivé. Une création passionnante (et acclamée) qui, à sa façon, ausculte le système de domination patriarcale. À découvrir dans le cadre de l’édition 2023 du festival Les Arts du Récit.

 

À la Rampe (Échirolles) jeudi 11 mai


Le Bruit des loups

Attention, choc visuel et esthétique. Magicien des temps modernes, illusionniste poétique, Étienne Saglio propose un spectacle marquant. Avec lui, la nature reprend ses droits, une forêt s’invitant littéralement sur scène. Entre rêve et cauchemar, sa fable rappelle autant le monde de l’enfance que l’inquiétude du présent, grâce à toute une série de stratagèmes d’une finesse remarquable – même si on imagine facilement tout le travail qu’il doit y avoir en coulisse.

À la MC2 du mardi 23 au jeudi 25 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 octobre 2020 Organisée par le Muséum de Grenoble, l’exposition de l’Espace Prémol (Village Olympique) nous invite à découvrir le bestiaire tibétain à travers l’œil (et l’objectif) de l’un des photographes animaliers les plus palpitants qui soit : Vincent...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 28 mars 2017 Huit ans après un premier épisode prenant appui dans la France de Sarkozy, Frère Animal (Florent Marchet et Arnaud Cathrine) revient avec "Second Tour", suite de cette chronique musicale et scénique d'une France allégorique, mais malheureusement...
Mardi 5 juillet 2016 Du cirque, encore ? Oui ! Parce que cette discipline ne cesse de se réinventer et d'investir les théâtres pour la seule raison valable qui soit : la qualité de certains spectacles. La preuve au festival d'Alba, en...
Samedi 26 juillet 2014 La dernière soirée payante du Cabaret frappé était sympathique, avec Lou Marco et As Animals. Sachant que tout avait très bien commencé avec Joe Bel.
Mercredi 26 février 2014 Zoom sur les 17 que l’on peut écouter depuis le mercredi 26 février grâce à l'asso Dynamusic / Retour de scène. Certains seront même sur la scène de l'Ampérage le samedi 1er mars.
Mardi 25 février 2014 En croisant avec finesse le théâtre et les arts numériques, Cyril Teste s’adresse désormais au jeune public avec "Tête haute". Et raconte comment une petite fille grandit en affrontant ses peurs. Bienvenue au pays des rêves. Nadja Pobel
Mardi 11 février 2014 La sauvagerie et la soumission sont les faces cachées de l’homme. Une part d’ombre que l’artiste Christopher Elliot entreprend d’étudier depuis quelques (...)
Mercredi 3 juillet 2013 De Mahamat-Saleh Haroun (Tchad-Fr, 1h41) avec Souleymane Démé, Anaïs Monory…
Vendredi 16 décembre 2011 Sorte de pendant crapoteux d’Animal Kingdom, le premier film de Justin Kurzel revient sur une série de meurtres ayant traumatisé l’Australie des années 90, et enfonce douloureusement le clou de son contexte social hardcore. François Cau
Jeudi 21 avril 2011 Regard trouble d’un “innocent“ sur sa famille de criminels, Animal Kingdom, première réalisation de l’australien David Michôd, frappe l’inconscient du spectateur en le sortant de ses habitudes. Attention, grand film. François Cau
Vendredi 24 septembre 2010 De Mahamat Saleh-Haroun (Tchad-Fr-Belg, 1h32) avec Youssouf Djaoro, Diouc Koma…
Jeudi 28 janvier 2010 De Guy Ritchie (ÉU-Ang, 2h08) avec Robert Downey Jr, Jude Law…
Lundi 30 mars 2009 Animal Hospital est le projet de Kevin Micka, multi instrumentiste originaire de Boston qui fait partie de ces artistes touche-à-tout insatiables. (...)
Lundi 8 décembre 2008 Ne vous fiez pas au visuel trompeur de la pochette de Disque mineur, fin de règne animal, le nouvel opus bientôt disponible des Frères Nubuck. Jamais (...)
Mercredi 28 mai 2008 Hors système et flanqué de son crew, Fantazio perfomer vocal intense, poète, contrebassiste fugitif, navigue de port en port depuis The sweet little mother fucking’ show explosant lors d’interventions scéniques percutantes ses morceaux techno, punk,...
Mercredi 26 avril 2006 Danse / À la seule évocation de son audacieux casting, le projet séduit : les circassiens d’Archaos rencontrent les danseurs de Sylvie Guillermin, pour (...)
Mercredi 26 septembre 2007 La saison 2007 / 2008 en danse
Mercredi 24 octobre 2007 Le retour de Jean-Claude Gallotta aux sources du spectacle qui assura sa prime renommée ne pouvait être une croisière sur un fleuve tranquille. Au sortir de ses multiples expériences des décennies écoulées à travers le globe, ce cher Ulysse nous...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter