Ni à vendre, ni à louer

ECRANS | De Pascal Rabaté (Fr, 1h20) avec Jacques Gamblin, Maria De Medeiros, François Damiens…

François Cau | Vendredi 24 juin 2011

Le fantôme de Jacques Tati plane au-dessus de Ni à vendre, ni à louer, deuxième film de Pascal Rabaté, par ailleurs dessinateur de bédé. Ce n'est pas un détail, tant sa fascination pour le travail de Tati se confond avec sa pratique de la case et de la planche. D'où la désagréable sensation d'assister à un storyboard filmé où les acteurs, privés de parole et réduits à des borborygmes, ne font que prêter leurs traits aux idées visuelles de Rabaté, simples instruments de gags tellement préparés qu'on les devine avec trois ou quatre plans d'avance. Ce systématisme froid se retrouve dans le scénario concept où une quinzaine de personnages se croisent pendant un week-end de vacances à la mer («c'est super», comme le dit le chanteur Mike Brank dans la meilleure séquence du film !) où chacun marine dans son stéréotype. Là, la référence à Tati pose un autre problème : on ne sait plus si c'est la nostalgie pour son cinéma ou pour la France qu'il décrit qui motive Rabaté. Car les clichés un peu rances qu'il utilise (les caravanes, le Tour de France, l'adultère à l'hôtel), même s'ils se mêlent parfois à un esprit anar très contemporain (l'avenir de l'homme, pour Rabaté, c'est visiblement le punk à chien !) renvoient à une vision du pays aussi figée que la mise en scène. Au moins, tout cela est cohérent, mais avouons que ce n'est vraiment pas notre tasse de thé.Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter