Insidious chapitre 2

ECRANS | Après la somme qu’était "Conjuring", James Wan allait-il faire avec ce deuxième "Insidious" le film d’horreur de trop ? Que nenni ! Passée une maladroite introduction, ce chapitre 2 s’avère au contraire son film le plus fou, baroque et expérimental. Un grand cinéaste, cette fois, c’est sûr ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 2 octobre 2013

James Wan n'en a pas fait mystère, Insidious chapitre 2 marque ses adieux au genre qui l'a rendu célèbre : le film d'épouvante. Il peut passer à autre chose l'esprit tranquille : il lui a rendu ses lettres de noblesse et parvient même, dans son ultime effort, à en pousser encore les murs. Deux mois à peine après la sortie de Conjuring et son succès planétaire, il y avait pourtant un petit risque : comment surpasser sa magistrale première heure, aboutissement de la méthode Wan fondée sur la suggestion et le contrôle de l'espace, du temps et des mouvements d'appareil pour créer des climats d'angoisse vintage d'une efficacité redoutable ?

Le début d'Insidious chapitre 2 laisse penser qu'en effet, le cinéaste signe peut-être ici son film de trop. Si cette première demi-heure fait peur, c'est plus pour son côté débraillé et sa façon d'embrayer sans conviction sur la conclusion du premier volet que par ses instants de terreur. Peu inspirée, la mise en scène arrive tout juste à faire sursauter avec l'habituel et pour la première fois routinière méthode du cinéaste. C'est surtout le scénario qui semble battre de l'aile. Wan semble vouloir faire à la fois une suite et un prequel d'Insidious, qui ferait de Josh, le chef de la famille Lambert, la source d'un mal remontant à son enfance. Mais tout cela sent plus le brainstorming fumeux que l'agilité narrative. Par exemple, si le film reprend les mêmes personnages que dans le premier, il les éparpille mystérieusement dans un réseau d'intrigues plutôt confuses et laborieuses.

En fait, et c'est le tour de force passablement dingo de Wan, ce foutoir-là prépare le terrain à une œuvre qui va s'avérer graduellement expérimentale, au point de provoquer un vertige inattendu. Les deux temporalités du film, séparées de trente années, vont ainsi progressivement se rabattre l'une sur l'autre pour ne former qu'une seule réalité, à laquelle Wan ajoute pour complexifier l'affaire la dimension parallèle déjà explorée dans le chapitre 1. Difficilement racontable, le virage est pris lors d'une fabuleuse scène de visite dans un hôpital désaffecté, où le souvenir de la mère incarnée par Barbara Hershey semble faire revenir dans le présent les fantômes du passé. Même le premier volet devient à son tour un espace-temps dans lequel ce nouveau récit peut s'inviter à sa guise pour changer le sens ou le cours de certaines de ses séquences. Le film détruit alors toute logique pour se transformer en immense ruban de Moëbius, casse-tête qui n'est pas sans évoquer ceux inventés par David Lynch, notamment dans Lost Highway.

Saut en auteurs

La référence ne s'en tient pas là car Josh est, comme Bill Pullman chez Lynch, pris d'une forme très corsée de schizophrénie, se parlant à lui-même et pratiquant l'automutilation pendant que son double erre dans les limbes en attendant de revenir parmi les vivants. Même le monstre du film a de faux airs d'homme-mystère avec son maquillage blanc et ses yeux passés au charbon. Mais ce serait un homme-mystère qui aurait copiné avec la famille Bates de Psychose, gamin brimé par une mère qui voulait une fille et qui doit se contenter de travestir son garçon. Si on y ajoute une grande et spectaculaire tentative de massacre familiale façon Nicholson dans Shining, on commence à piger où ce diable de James Wan veut en venir : propulser le genre, pour son ultime tour de piste dans l'arène du cinéma horrifique, non plus vers ses hauteurs, mais vers ses auteurs. Comme si la série B annoncée se commuait en cours de route en grand trip pop et psychédélique, où Lynch, Hitchcock et Kubrick seraient regardés comme des cimes certes inatteignables, mais dont on pourrait habilement remixer les figures cultes.

Le plus incroyable dans cet Insidious chapitre 2 baroque et échevelé, c'est que plus Wan s'aventure vers des contrées risquées et inédites pour lui, plus il retrouve sa diabolique science du cheveu qui se dresse sur la tête. En cela, les soixante dernières minutes du film sont un festival de visions terrifiantes, dont la plus ahurissante est sans doute celle qui transforme le cortège de victimes en mannequins vivants mais inertes, cachés sous des draps blancs. Cette sarabande horrifique où tout le monde est à la fois lui-même et un autre, où l'on communique avec le passé et l'au-delà en ouvrant des portes et en plongeant dans l'obscurité, se conclut par le plus beau des points finaux. Wan dit au revoir au cinéma de terreur par un effet de signature magistral, que l'on prendrait pour un appel du pied vers une suite potentielle s'il n'était pas avant tout la preuve qu'un très grand cinéaste vient d'imposer sa marque au genre, comme personne ne l'avait fait ces quinze dernières années.


Insidious chapitre 2

De James Wan (ÉU, 1h45) avec Patrick Wilson, Rose Byrne

De James Wan (ÉU, 1h45) avec Patrick Wilson, Rose Byrne

voir la fiche du film


Après tout ce qu’elle a affronté, la famille Lambert s’efforce de reprendre une vie normale, mais le monde des esprits semble en avoir décidé autrement. Josh et Renai vont tenter de découvrir le secret qui les relie au terrifiant monde des esprits.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"The Passenger" : hors du train-train quotidien

ECRANS | de Jaume Collet-Serra (E.-U.-Fr.-G.-B., 1h43) avec Liam Neeson, Vera Farmiga, Patrick Wilson…

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Ancien flic reconverti dans les assurances, Michael est brutalement viré. Le même jour, ce fringant sexagénaire voit sa routine chamboulée dans son train de banlieue quand une inconnue lui propose un étrange marché. À la clé, beaucoup d’argent. Mais aussi des dangers potentiels… Jaume Collet-Serra serait-il devenu pour Liam Neeson ce que J. Lee Thompson fut pour Charles Bronson – un réalisateur transmutant jusqu’à plus soif un type ordinaire harcelé par des malfaisants en surhomme capable de sauver la planète ? Relativisons : Neeson est moins ouvertement justicier que Bronson, et semble plutôt pousser pour leur quatrième collaboration son personnage du côté des Tom Hanks/Harrison Ford : toute l’ouverture est une tentative en ellipses "pixariennes" pour l'ancrer dans sa monotonie consentie de banlieusard. Ensuite, la victime idéale se transforme bourreur de pifs expert. Si Collet-Serra maîtrise son espace contraint (en un seul mot), il succombe à la tentation de la surenchère, perdant dans les vingt dernières minutes le bénéfice de l’armature sociale et humaine, ainsi que de son suspense à l’ancienne. Plus sec, sans rebondiss

Continuer à lire

Gravité sur la rentrée ciné

ECRANS | Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet salement musclée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 27 août 2013

Gravité sur la rentrée ciné

Après le marteau-piqueur estival qui faisait résonner semaine après semaine le même air connu fait de blockbusters, d’animation pour gamins décérébrés, de films d’auteur qu’on ne savait pas où mettre ailleurs et de comédies françaises dont tout le monde se fout, le cinéma reprend ses droits comme à chaque rentrée, avec des œuvres plus audacieuses et moins routinières. C’est évidemment le cas des deux gagnants du dernier Cannes, en l’occurrence La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (9 octobre) et Inside Llewin Davis des frères Coen (6 novembre). Rien de commun toutefois entre le roman naturaliste sur les amours adolescentes déployé magistralement, trois heures durant, par Kechiche, et le vagabondage d’un folkeux dépressif et poissard dans l’Amérique des années 60 raconté en mode faussement mineur et vraiment métaphysique par les Coen. Rien, sinon une envie de pousser les murs du cinéma, en faisant imploser les limites de la durée d’un côté, et celles des structures scénaristiques de l’autre. En cela, ce sont les deux grands films insoumis de cette rentrée. On espère pouvoir y adjoindre en cours de route le nouveau Bong Jo

Continuer à lire

Conjuring : les dossiers Warren

ECRANS | Même un cran en dessous de ses précédentes réalisations, "Conjuring" confirme James Wan comme le nouveau héros du cinéma de genre, capable de le prendre au sérieux et de lui rendre son essence terrifiante par une mise en scène fondée sur la suggestion et le sens de l’espace. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 20 août 2013

Conjuring : les dossiers Warren

L’accueil dithyrambique réservé aux États-Unis par la presse comme par les spectateurs à Conjuring en dit assez long sur la frustration générale provoquée par le cinéma de terreur ces dernières années. On peut résumer ces réactions à une formule simple : enfin un film qui fait vraiment peur. On ne leur donnera pas tort, car Conjuring possède en effet des moments absolument effrayants, provoqués par des visions à vous faire dresser les cheveux sur la tête et une gestion de l’angoisse à déchirer ses accoudoirs. Le vrai prodige du film, cependant, réside dans le fait que James Wan n’y joue jamais la surenchère et se refuse à verser dans les scories récentes du cinéma d’horreur. La mode du found footage, ces faux documentaires dont le bidonnage était tellement manifeste qu’il provoquait plus l’embarras que l’effroi, est même raillée dès le prologue, qui raconte une première enquête des époux Warren, chercheurs en phénomènes paranormaux, autour d’une poupée possédée par une force maléfique. Démarrée sur un classique entretien avec les victimes, poursuivie par un flashback reconstituant les événements, la séquence s’achève sur la projection desdites

Continuer à lire

Mariage à l’anglaise

ECRANS | De Dan Mazer (Ang-Fr, 1h37) avec Rose Byrne, Rafe Spall, Anna Faris…

Christophe Chabert | Dimanche 7 avril 2013

Mariage à l’anglaise

Dépositaire historique du genre, le studio Working title signe sans doute le crépuscule de la comédie romantique anglaise, en la faisant s’acoquiner dangereusement avec le trash à l’américaine, ici prétexte à une série de sketchs interminables de vulgarité. L’embarras se fait sentir très vite face à ce catalogue peu ragoûtant de clichés sur la vie d’un couple mal assorti dont l’union semble vouée à l’échec dès le départ. Aussi rance et démago que les pièces de café-théâtre avec les mots «hommes», «femmes», «couple» et «sexe» dans leur titre, Mariage à l’anglaise ne fait que rire de ses personnages, jamais avec eux, chargeant la mule du stéréotype, notamment quand il s’agit de se gausser des prolos et des pauvres, qui bien entendu finiront ensemble, les riches se retrouvant autour de leurs valeurs communes. Au milieu de cette tambouille antipathique, seule la lumineuse Anna Faris affiche une distance bienvenue, loin des rôles de ravissantes idiotes qui l’ont fait connaître. Christophe Chabert

Continuer à lire

Insidious

ECRANS | James Wan applique le principe du «less is more» dans ce remarquable film d’épouvante à l’ancienne qui rappelle opportunément l’objectif du genre : faire peur ! Christophe Chabert

François Cau | Mercredi 8 juin 2011

Insidious

Révélé grâce à un film de vidéoclub opportuniste ayant ensuite connu une exploitation agressivement commerciale (Saw), James Wan aurait pu capitaliser sur ce succès et jouer les mercenaires au sein des studios. Avec une intégrité devenue rare, il a choisi au contraire de rester fidèle à une économie modeste, travaillant avec une ambition tout sauf dérisoire le cinéma de genre comme un territoire où tout n’a pas encore été montré et où le premier degré est indispensable pour susciter des émotions fortes. Après le film fantastique (Dead silence) et le film d’autodéfense (Death sentence), Wan situe Insidious à cheval entre le film de possession et le récit de maison hantée ; il y dépeint une gentille famille américaine qui s’installe dans sa nouvelle demeure. Après quelques alertes — un grenier inquiétant, des apparitions flippantes — Dalton, l’aîné des trois enfants, tombe dans le coma, et la mère est persuadée qu’une force maléfique cherche à s’emparer de son corps — le père est plus sceptique. Le reste de l’intrigue est riche en retournements de situations et climax terrifiants que Wan orchestre avec un indéniable savoir-faire. La petite boutique des

Continuer à lire