Pattaya

ECRANS | Reconstituant un trio de "Kaïra", Franck Gastambide s’envole pour la Thaïlande, histoire de voir si la misère sexuelle est moins pénible au soleil. S’il n’entame pas son goût pour un humour trash ne se cachant pas derrière son petit doigt, l’exotisme semble l’avoir (un peu) poli…

Vincent Raymond | Mardi 23 février 2016

Le succès mérité des Kaïra (2012) dans les salles rendait mécanique la mise en chantier d'un équivalent de suite. Comme la nature a horreur du vide, un producteur normalement constitué envisage forcément l'esquisse d'un potentiel profit supplémentaire. Par son cadre de départ, son esprit décalé, sa triplette gagnante (l'abruti à casquette / l'Arabe / le nain), Pattaya s'inscrit donc dans la continuité du film précédent. Toujours devant et derrière la caméra, Franck Gastambide fait figure d'exception dans le trio, les autres têtes d'affiches étant substituées.

Dans sa première partie, Pattaya recourt à la formule héritée de la pastille télévisuelle Kaïra-Shopping, qui avait fait des Kaïra une réussite originale : son traitement trépidant des cités de l'intérieur, sur un mode comique rugueux et sans pincettes, au risque d'écorcher la bienséance, si éloignée du quotidien réel.

Boxe thaï, petites tailles et racailles

Gastambide excelle en effet dans ce mode “chroniqueur”, enchaînant les anecdotes et les méchefs vécus par les habitants de son quartier – il se montre à ce titre bien plus percutant que Samuel Benchetrit, poète du ras de l'asphalte. Lorsque il tourne en dérision les filles trop voilées et les petits mecs obsédés par leur apparence ou leur désir d'une notoriété à tout crin, il juxtapose une série de portraits incisifs et caustiques ; l'effet zapping en résultant, renforcé par une liste longue comme le bras d'invités, rend compte de la diversité mosaïque du décor urbain.

Il perd pourtant cette dimension en s'exilant en terre inconnue, à Pattaya, et surtout en incorporant une “star” supplémentaire à sa distribution. La présence de Gad Elmaleh ressemble à une concession, une ouverture consentie à un public plus large : le comédien paraît se livrer à de gentillettes impros maison (des citations de Patrick Bruel…), très éloignées de l'humour abrasif de Gastambide. C'est un choc de cultures, pas vraiment profitable au film : les séquences gouvernées par l'incorrection, la scatologie, la franche bêtise s'avèrent les plus drôles. Or, coïncidence, Gad Elmaleh n'y figure pas…

Pattaya de et avec Franck Gastambide (Fr., 1h37) avec Malik Bentalha, Anouar Toubali, Sabrina Ouazani…


Pattaya

De Franck Gastambide (Fr, 1h37) avec Franck Gastambide, Malik Bentalha...

De Franck Gastambide (Fr, 1h37) avec Franck Gastambide, Malik Bentalha...

voir la fiche du film


Franky et Krimo rêvent de quitter la grisaille de leur quartier pour partir en voyage dans la célèbre et sulfureuse station balnéaire thaïlandaise de PATTAYA. Pour pouvoir s’y rendre à moindre coût, les deux amis ont la folle idée d’inscrire à son insu le nain de leur quartier au championnat du monde de Boxe Thaï des Nains.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Une belle équipe" : sorties de leur réserve

ECRANS | De Mohamed Hamidi (Fr., 1h35) avec Kad Merad, Alban Ivanov, Céline Sallette…

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

Un seul point. C’est ce qu’il manque à l’équipe de foot de Clourrières pour assurer son maintien. Sauf que les joueurs ont tous été suspendus après une bagarre. Alors, l’entraîneur monte une équipe féminine pour les trois ultimes rencontres. Et se heurte à l’hostilité machiste du village… Alors qu’il s’apprêtait à en débuter le tournage en 2018, Kad Merad prévenait que ce film n’aurait rien à voir avec Comme des garçons, cette comédie-fiction bâtie sur l’histoire de la première équipe de France de football féminine. On le confirme : Mohamed Hamidi ne s’intéresse ni à la romance ni à la reconstitution historique, mais au difficile basculement des mentalités vers une société paritaire, le football étant le symptôme (ou le déclencheur) d'une prise de conscience : troquer le ballon contre la charge domestique ordinairement dévolue à leurs épouses équivaut à une castration pour ces messieurs. Le réalisateur (qui, au passage, remercie ses six sœurs au générique) s’amuse à montrer à quel point la sensibilité masculine est asymétrique : chatouilleux sur leurs "privilèges" envolés, les hommes sont aveugles au fait que les affiches publicitaires utilise

Continuer à lire

"Jusqu'ici tout va bien" : franchement la zone

ECRANS | de Mohamed Hamidi (Fr 1h30) avec Gilles Lellouche, Malik Bentalha, Sabrina Ouazani…

Vincent Raymond | Mardi 26 février 2019

Fred Bartel a jadis faussement domicilié son entreprise de com’ en zone franche pour éviter taxes et impôts. Le fisc l’ayant rattrapé, il doit soit s’acquitter d’une lourde amende, soit déménager sa boîte à La Courneuve. Ce qu’il fait avec ses salariés. À chacun de s’acclimater… Vingt-cinq ans après La Haine, au prologue duquel il fait explicitement référence par son titre, ce nouveau "film sur la banlieue" laisse pantois. Car s’il prétend raconter le bilan "globalement positif" d’une implantation sur les « territoires perdus de la République » et une osmose réussie entre bobo et jeunes des cités, Jusqu’ici tout va bien ne franchit pas tout à fait le périph’ : son esprit reste ailleurs, dans les quartiers dorés. Et son angélisme de façade, irréel, est bien incapable de réduire la moindre fracture. En alignant plus de clichés qu’une planche-contact, Mohamed Hamidi les dénonce moins qu’il ne les perpétue. Trop lisse (sans doute pour cadrer avec la promesse d’une comédie), le film s’encombre de gadgets scénaristiques éculés (du style "enfant du divorce se réconciliant avec pap

Continuer à lire

"Frères ennemis" : (impeccables) affaires de familles

ECRANS | de David Oelhoffen (Fr-Bel, 1h51) avec Matthias Schoenaerts, Reda Kateb, Sabrina Ouazani...

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Capitaine des stups, Driss (Reda Kateb) a grandi dans une cité où il a conservé quelques contacts. Dont Imrane (Adel Bencherif), qui le tuyaute sur un gros coup à venir. Quand celui-ci se fait descendre, et que tout accuse Manuel (Matthias Schoenaerts), Driss tente de renouer avec cet ancien pote dont la tête semble mise à prix… S’il ne l’avait déjà choisi en 2007 pour un excellent thiller, David Oelhoffen aurait pu titrer Nos retrouvailles ce polar nerveux et immersif, dont le mouvement général tranche avec celui communément observé dans ce genre auquel il se rattache. Bien souvent en effet, les films traitant de la criminalité et des bandes organisées dans les cités de banlieue s’inscrivent dans un schéma de réussite fanstamée et d’extraction du milieu originel : le banditisme semblant la seule voie pour s’en sortir vite et gagner de l’argent, ainsi que les territoires respectables de la ville. Dans Frères ennemis, ce n’est pas la sortie qui est prohibée, mais l’entrée : les personnages ne peuvent rarement pénétrer normalement dans une logis (y compris le

Continuer à lire

"Le Doudou" : canaille peluche

ECRANS | de Philippe Mechelen et Julien Hervé (Fr, 1h22) avec Kad Merad, Malik Bentalha, Guy Marchand…

Vincent Raymond | Lundi 18 juin 2018

Employé à l’aéroport de Roissy, Sofiane excelle dans les magouilles foireuses et le baratin. Découvrant l’avis de recherche d’un nounours perdu, il espère dans un premier temps escroquer des parents aux abois. Mais finit par partager l’obsession du papa excédé : retrouver le précieux doudou. Première réalisation de Philippe Mechelen et Julien Hervé, ce "buddy movie" des familles se révèle bien plus sympathique que Les Tuche, la série à succès créée par le duo. Car s’y côtoient en bonne intelligence et avec rythme de l’absurde (un maître-chien psychopathe persuadé que son dogue est sa "fille", des châtelains fin de race et hors d’âge), une pointe d’incorrection (Isabelle Sadoyan, dans son ultime rôle, campe une vieille résistante frappée d’Alzheimer révélant ses sympathies collabo) ainsi qu’une certaine tendresse de mieux en mieux assumée par Kad Merad. Paupière lourde de patriarche à la Danny Glover, effets contenus, celui-ci confirme donc dans la comédie populaire le virage pris avec

Continuer à lire

"Sahara" : Pour qui sont ces serpents qui sifflent dans le désert ?

ECRANS | Appartenant à des peuples ne frayant jamais ensemble, Ajar le serpent des sables et Eva la serpente de l’oasis bravent les interdits en franchissant les (...)

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Appartenant à des peuples ne frayant jamais ensemble, Ajar le serpent des sables et Eva la serpente de l’oasis bravent les interdits en franchissant les frontières de leurs territoires. Mais leur expédition tourne mal et Eva est capturée par un montreur de reptiles. Ajar part à sa recherche… Dans le paysage plutôt singulier de l’animation français, où fleurissent d’un côté des créations aux partis pris stylistiques et/ou scénaristiques radicaux (Avril, Ma vie de courgette, Tout en haut du monde…), de l’autre de médiocres décalques des studios américains (Le Petit Prince), Sahara apparaît comme une curiosité. Car s’il emprunte à ces dernières leur esthétique “standardisée” ainsi que la bonne vieille trame d’une quête initiatique riche en personnages aux formes rondes et aux couleurs vives, le propos ne se trouve pas pour autant aseptisé. Derrière l’apparente convention se tient un buddy movie solide à l’animation tout sauf boiteuse — en même temps, a-t-on déjà vu serpent boiter… Pierre Coré n’est pas là pour épater l’œil en oubliant de raconter son histoire, il réfléchit à une harmonie d’ensemble et livre une œuvre d’une jol

Continuer à lire

"L'Outsider" : Jérôme Kerviel sur grand écran

ECRANS | Christophe Barratier, réalisateur notamment des "Choristes", remise patine et chansonnette pour prendre le parti de Jérôme Kerviel face à la loi des marchés. Il réalise une jolie plus-value au passage : grâce à ce film maîtrisé, la séance se clôt par une forte hausse de la valeur de son cinéma.

Vincent Raymond | Lundi 20 juin 2016

Qu’il semble loin le temps des Choristes, de Faubourg 36 ou de La Nouvelle Guerre des boutons ; cette époque laissant croire que Christophe Barratier préférait idéaliser un passé de carton-pâte, baigné d’insouciance nostalgique, comme s’il fuyait toute représentation du présent. Pour son premier film réellement contemporain, le cinéaste se paie le luxe de traiter frontalement un sujet en or que beaucoup de ses confrères français auraient sans doute évacué comme le mistigri : "l’affaire Kerviel". Frontalement, c’est-à-dire sans recourir à ce faux-nez habituel qu’est "l’évocation de faits réels" – une touchante pudeur visant à se prémunir d’éventuelles poursuites. Ici, tout étant avéré, Barratier cite nommément et sans barguigner les protagonistes et les raisons sociales impliquées dans la crise de la Société générale en 2008 – on se croirait dans un film américain ! Défi d’initier L’Outsider raconte la bourse, la mécanique

Continuer à lire

Good Luck Algeria

ECRANS | de Farid Bentoumi (Fr., 1h30) avec Sami Bouajila, Franck Gastambide, Chiara Mastroianni…

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Good Luck Algeria

Aux origines, une belle histoire… qui donne naissance à un film joliment ourlé. Pas si fréquent sous nos latitudes, alors que Hollywood est coutumier de ces contes exaltant le dépassement de soi, forgés à partir d’un exploit individuel accompli dans un cadre absurde. Comparable au mémorable Rasta Rocket (1994) et voisin de Eddie the Eagle (narrant le parcours du premier sauteur à ski olympique britannique, en avril sur les écrans), Good Luck Algeria s’inspire donc des rocambolesques péripéties du frère du réalisateur, un Rhônalpin désireux de concourir pour les JO et "promené" par les responsables de la fédération algérienne de ski, moins intéressés par l’athlète que par l’aubaine d’une subvention à détourner – des notables ici moqués avec causticité. À partir de l’anecdote familiale, Farid Bentoumi tisse un scénario plus complexe où le résultat devient annexe, le défi seul étant prétexte à une redécouverte par le héros, Sam, de ses origines doubles ainsi qu’à une mise à plat des rapports entre lui, son père et ses oncles restés au bled. Si, pour la course, Sam affiche son attachement au drapeau paternel (ses racines retrouvé

Continuer à lire

Qu’Allah bénisse la France

ECRANS | D’Abd Al Malik (Fr, 1h35) avec Marc Zinga, Sabrina Ouazani…

Christophe Chabert | Mardi 9 décembre 2014

Qu’Allah bénisse la France

C’est peut-être un peu cruel, vu que le film n’est pas forcément détestable, mais c’est bien ce Qu’Allah bénisse la France qui donne envie de tirer la sonnette d’alarme concernant l’état du cinéma français. Depuis plusieurs mois, la course à l’histoire vraie – autofiction, bio filmée ou faits divers – connaît une spectaculaire accélération, d’autant plus inquiétante quand elle est mise entre les mains de cinéastes dont ce n’est pas encore tout à fait le métier. Ainsi d’Abd Al Malik, qui adapte ici son roman autobiographique avec une maladresse d’abord touchante, car elle lui permet d’empoigner la forme cinématographique sans forcément chercher à livrer un produit bien fait, mais graduellement gênante quand le film s’engage dans une escalade narrativo-politique pas franchement maîtrisée – c’est un euphémisme. Qu’Allah bénisse la France n’a aucune échine dramatique et relève d’un empilement de situations qui accompagnent les diverses vicissitudes de son protagoniste – petit voleur à la tire dans les rues de Strasbourg, lycéen doué en lettres, vendeur de shit, repenti islamiste prêchant en banlieue, chanteur de rap repéré par les majors… Pensant que sa vie

Continuer à lire

Les Kaïra

ECRANS | De et avec Franck Gastambide (Fr, 1h35) avec Medi Sadoun, Jib Pocthier…

Aurélien Martinez | Vendredi 6 juillet 2012

Les Kaïra

Presque une bonne surprise que ces Kaïra, délocalisées d’Internet au grand écran avec une vraie idée : faire le point, en version comique et parodique, sur le banlieue-film plus de quinze ans après La Haine, que Gastambide (acteur et réalisateur) utilise comme étalon revendiqué. Le trio de jeunes black-blanc-beur devient une improbable bande de gars sans âge, aux origines indéfinies et dont les différences sont plus physiques que sociales (l’un d’entre eux est un nain !) ; leur ambition est toujours la même (sortir de leur quartier), mais elle n’est plus mue que par une pure pulsion sexuelle (baiser, faire un porno) ; et le temps, rigoureux chez Kassovitz, se transforme ici en une éternelle répétition disloquée où la journée commence au milieu de l’après-midi. Pendant une heure, c’est assez drôle et gonflé, grâce à la qualité de l’écriture et à l’énergie des dialogues, mais aussi à des séquences vraiment fortes (la rencontre avec Elie Semoun, grinçante, l’entretien avec François Damiens, tordant). Dommage que le film succombe ensuite à la mode du scénario à l’Américaine, où tous les conflits doivent être résolus, tous les personnages doivent avoir un destin… Ni drôle, n

Continuer à lire