"La Chute de l'Empire américain" : Denys Arcand, troisième claque

ECRANS | de Denys Arcand (Qué, 2h09) avec Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard…

Vincent Raymond | Lundi 18 février 2019

Photo : Jour2Fête


Docteur en philosophie, Pierre-Paul est accablé par la conscience de son savoir comme par l'état du monde. Bénévole auprès de nécessiteux, il livre des colis pour subsister. Son existence va changer quand, témoin d'un hold-up, il récupère une énorme somme appartenant à un gang…

Annoncé comme le troisième opus complétant Le Déclin de l'Empire américain (1987) et Les Invasions barbares (2003), ce film boucle une manière de trilogie où la continuité s'effectuerait non dans la poursuite des aventures des personnages des épisodes précédents, mais à travers une analyse de l'air du temps. Comme si le réalisateur Denys Arcand carottait tous les quinze ans l'atmosphère québécoise et l'interprétait en une pièce cinématographique. Seule constante : des héros déboussolés, déphasés par rapport au cours de l'époque.

Cette Chute… pourrait bien être l'apogée de la trilogie. Car elle combine une intrigue de polar solidement ficelée à des paradoxes d'éthique à tiroirs (un bien illégal mal acquis peut-il profiter si les intentions sont louables ? des voleurs de voleurs méritent-ils d'échapper à la police ? la prostitution peut-elle permettre à une femme d'acquérir sa liberté ?) tout en rendant compte d'une réalité canadienne misérable : les rues dégueulent d'Amérindiens clochardisés et les citoyens aisés rivalisent de combines cyniques pour optimiser fiscalement.

Si jadis Arcand pouvait nous montrer une classe moyenne (à peine supérieure), celle-ci s'est ici volatilisée : seuls demeurent les extrêmes. Même les intellectuels sont voués à disparaître : ils sont condamnés au tapin ou à devenir des messagers non plus d'idées, mais de colis exprès. Alors, dans ce monde funeste, toute proposition d'utopie a quelque chose de rassurant…


La Chute de l’Empire américain

De Denys Arcand (Québ, 2h09) avec Alexandre Landry, Maripier Morin...

De Denys Arcand (Québ, 2h09) avec Alexandre Landry, Maripier Morin...

voir la fiche du film


À 36 ans, malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une compagnie de livraison. Un jour, il est témoin d'un hold-up qui tourne mal, faisant deux morts parmi les gangsters. Il se retrouve seul avec deux énormes sacs de sport bourrés de billets. Des millions de dollars. Le pouvoir irrésistible de l’argent va bousculer ses valeurs altruistes et mettre sur sa route une escort girl envoûtante, un ex-taulard perspicace et un avocat d’affaires roublard.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter