Peau de peinture

ARTS | Le Musée de Grenoble confirme l’acuité de son regard en ouvrant ses portes à Philippe Cognée, peintre français audacieux et joueur, artiste dont l’œuvre apparaît aussi mélancolique que rieuse. Célébration de la peinture et plongée dans un monde contemporain transfiguré, l’exposition en place se doit d’être vue. Laetitia Giry

Laetitia Giry | Jeudi 8 novembre 2012

L'acte de peindre recèle quelque chose de magique, la naissance d'un tableau garde toujours et avec bonheur sa part de mystère… Cependant, certaines techniques méritent d'être découvertes. Comme celle qu'utilise inlassablement Philippe Cognée depuis qu'il l'a mise au point il y a vingt ans : à partir d'agrandissements d'arrêts sur images vidéo ou de photographies (prises par ses soins), le peintre s'agite en peinture. Il violente l'image en la noyant, la déformant ; la rend trouble et la recouvre de cire d'abeille, pour enfin la repasser. Oui, il la repasse au fer à repasser, dernière outrance avant l'achèvement de la toile et ce qu'il nomme « sa révélation ». « C'est cette révélation qui m'excite terriblement, comme un enfant. Une émotion qui m'oblige à rester dans cette technique, car je suis toujours un peu fou de ce dernier instant. » (Em)porté par la passion du faire, de la création, l'artiste butine, travaille un sujet de manière obsessionnelle, fonctionne par séries. Des paysages aux portraits, des vues citadines aux supermarchés, des foules aux vanités, son œuvre se construit autour d'un équilibre délicat entre l'affirmation de la vie et la fragilité macabre qui en est le pendant. Une contradiction que l'on retrouve dans le réel, réel qui motive en premier lieu chacune de ses toiles. « Ce qui m'intéresse, c'est la figuration, il faut que je voie le réel, que je le vive et le digère pour le transcender. »

Fantômes de chair

Au centre de chaque toile donc, un sujet, un motif, gommé par le flou, mais « présent », insiste-t-il. Plus présent que les êtres humains qui, s'ils avaient une place privilégiée au début des années 90 (avec ses portraits de famille), sont peu à peu sortis du cadre. Quand ils se manifestent, c'est par leur petitesse ou leur absence. Sous les doigts de Philippe Cognée, les foules prennent ainsi la forme d'une fourmilière étrange, elles constituent un ensemble de petites choses aussi floues qu'impossibles à saisir une par une, perçues dans un ensemble pour le moins angoissant. Les êtres existent par leur déliquescence et leur anonymat, ils déambulent dans un tout, le quittent, l'habitent d'une ombre fugace. Une salle de l'exposition s'avère éloquente à ce propos : des chambres d'hôtel aux lits défaits côtoient de longues tables de fins de repas qui, par l'entremise d'une perspective écrasante, relèguent les mangeurs au fin fond du tableau. Les fantômes hantent les lits vides, « il faut que ce lit soit encore chaud, ce peut être excitant ou tragique », ils s'arrachent de tables « désordonnées », sur lesquelles « les verres sont encore un peu remplis. On sent qu'il y a eu du bruit, de l'agitation. Tout ce qui était bien disposé est désormais en désordre et exprime un temps passé. » Saisir la nostalgie immédiate, anticiper la fin de l'instant : là réside la motivation de l'effacement. L'être s'évapore pour laisser place à son souvenir, créant une redondance avec l'acte de peindre, qui lui-même s'apparente à la retenue d'un temps présent.

La tentation de la ruine

Cette saisie du présent, l'artiste la reproduit dans les séries d'immeubles. Symboles de nos sociétés construisant des villes entières avec l'orgueil et la prétention de se croire insubmersibles, ces immeubles s'étalent ici tout en tremblements, submergés par la matière. Se glisse un tragique relevant de la ruine perpétuelle, celle de l'inéluctable chute des choses bâties, mort des choses vivantes. Le froid et la solitude enserrent des visions déroutantes et pré-apocalyptiques sur lesquelles plane une menace indiscernable. La même qui étreint ses rayons de supermarché vomissant leurs centaines de produits, réunissant ce que le capitalisme a produit de plus banal : la sacro-sainte consommation de masse, la rationalisation de l'achat et l'harmonisation des désirs. Le spectateur assiste ainsi à un engloutissement prophétique, produit par le geste artistique, qui parvient à représenter son sujet au prix d'une lutte fondamentale. « J'ai toujours été intéressé par l'acte de construire et détruire. Il y a  dans l'acte de destruction un acte de création, car on change l'état des choses. » À l'image des châteaux de sable, friables, fragiles, voués à l'éphémère ; un motif qu'il a peint en séries sereines et lumineuses (exemple au début de l'expo), et repris récemment avec une noirceur toute belliqueuse (exemple à la fin du parcours). Boucle lucide, achèvement dans la tension.

Ô vanité !

Au-delà de la déchéance assurée, on trouve chez Philippe Cognée une affirmation de vie, de légèreté, de beauté, d'humour et de liberté. Ses vanités sont des champs de crânes aux couleurs pop et festives, où le rose Malabar et le vert fluo des objets précités s'installent sur un fond jaune criant. On rit jaune avec la mort, mais on rit ! On rit aussi avec le grotesque assumé de ses autoportraits. Car, dit-il, « si l'on veut créer de la force, il faut une grande amplitude entre la comédie et la tragédie. On a vraiment gagné quand le spectre est le plus large possible ». « Cette peau déposée » qu'est sa peinture se pare de ses plus beaux atours dans des paysages flamboyants, sublimes, insolents de beauté. Lui qui invoque « l'idée de l'éblouissement, le rayonnement qui vient de l'intérieur vers le spectateur » offre au regard de ce dernier le jaune éclatant des champs de colza dans un diptyque (Paysage vu du train n°2) qui s'empare à la fois des idées de vitesse et de contemplation. Dans son œuvre, partout de l'énergie et du mouvement, des giclures et des creux, de la matière qui vit, indépendante, se rebiffe et se rétracte, s'étale et se raplatit… Partout des chairs fantomatiques, du plein et du vide. Le peintre crée des vibrations et distend le néant. Sous les tremblements de l'image, l'assurance du geste et la suprématie de l'émotion viennent combler ce qu'il manque trop souvent à la réalité au quotidien : la conviction que l'être n'est pas une donnée fixe, mais un état en changement – un devenir. Qu'il existe grâce aux remuements de la pensée, des émotions et des sensations, et trouve son salut dans ce qui l'encourage à se sentir vivant. « La beauté, c'est tendre vers la liberté, celle qui nous permet de vivre plus. » Une œuvre qui se fait donc célébration de la vie et de son « prolongement » : la peinture.

Philippe Cognée, jusqu'au 3 février au Musée de Grenoble


Philippe Cognée

Peinture. Apparu sur la scène artistique au milieu des années 1980, avec une peinture figurative aux accents primitivistes, Philippe Cognée a su au début des années 1990 se remettre profondément en question et élargir son propos. En s'appuyant sur une technique picturale originale, il a développé une recherche plus complexe sur la peinture et son rapport à l'image photographique. Soulignant l'ambiguïté du visible, il oppose à l'objectivité affirmée de la photographie le tremblé d'une matière liquéfiée qui met en question le sujet même qu'elle est censée représenter
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Archives départementales : le passé recomposé

Histoire | Flambant neuf, le nouveau bâtiment des Archives départementales a été inauguré le 27 mai. On a hâte de le voir ouvrir au public – début juillet – pour voir comment les Iséroises et Isérois se l’approprient !

Martin de Kerimel | Vendredi 28 mai 2021

Archives départementales : le passé recomposé

Pousser les murs ? On peut toujours essayer. Trouver de la place ailleurs quand on est dans un espace saturé ? C’est un peu plus simple, a priori. L’équipe des Archives départementales de l’Isère, elle, était venue à manquer de place pour accueillir de nouveaux documents dans ses locaux grenoblois, rue Auguste Prudhomme, occupés depuis 1958. Autre souci pour sa mission : l’absence du moindre lieu dédié à la logistique et au traitement des documents (tri, classement et restauration). Deux raisons pour lesquelles fut décidé un déménagement dans un tout nouveau bâtiment, spécialement construit à Saint-Martin-d’Hères, au 12, rue Georges-Pérec, et que d’aucuns présentent comme un trait d’union entre la ville et le domaine universitaire. Les 39 km d’archives du fonds actuel y trouveront leur place. 31 km supplémentaires seront également disponibles pour héberger les futurs versements : bien assez pour voir venir ! Après l’inauguration officielle du 27 mai, l’édifice devrait ouvrir vers le 5 juillet. Date approximative, encore à confirmer… Un droit… révolutionnaire ! Seuls 30% du nouveau bâti sera en fait accessible au public, les réserves restant réserv

Continuer à lire

Awards 2012 expo

ARTS | L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 expo

L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui sait concevoir des expositions intelligentes sur des figures passionnantes de l’histoire récente de l’art. La dernière en date, visible jusqu’au 3 février, met en avant l’œuvre singulière de Philippe Cognée, peintre français qui s’inscrit dans la lignée d’artistes comme Gerhard Richter, exposé quant à lui en 2009. Un travail précieux très habilement mis en espace. Étaient également en lice pour obtenir ce (prestigieux) prix : Marc Desgrandchamps au Vog, Kimura au Musée Hébert (jusqu’au 6 janvier 2013), et

Continuer à lire

Chairs carnassières

ARTS | En 2001, en pleine crise de la vache folle, Philippe Cognée insiste tellement qu’il parvient à pousser les portes d’un abattoir. En 2003, (...)

Laetitia Giry | Jeudi 8 novembre 2012

Chairs carnassières

En 2001, en pleine crise de la vache folle, Philippe Cognée insiste tellement qu’il parvient à pousser les portes d’un abattoir. En 2003, l’impressionnante série Carcasses voit le jour : 36 tableaux, 36 plans issus d’un film réalisé dans l’antre de la mort (qui, soit dit en passant, appartiennent désormais au Musée de Grenoble). Disposés en frise, ces derniers embrassent le spectateur dans un tourbillon de chairs violentées, l’accablent jusqu’au vertige. Avec cette œuvre plus encore qu’avec d’autres, le peintre s’inscrit dans l’histoire de l’art, comme Rembrandt et Soutine, il se penche sur la bête morte, élève son égoïste sacrifice au rang d’événement à glacer sur la toile. « C’est magnifique et terrible en même temps de voir un bœuf coupé en deux. Cette architecture, la forme du bœuf écarté est à la fois effrayante et fascinante. » Sa fascination, il la mue en une formule obsessionnelle de plans qui se suivent et se ressemblent plus ou moins. Tuée, éviscérée, la bête pend sous nos yeux, baigne dans un rouge sanguinolent, au milieu d’arrachements de peinture noire, verte ou grise, qui soulignent le mouvement mécanique régissant la mise à mort quotidienne et sy

Continuer à lire

Une pensée sans mots

ARTS | Philippe Cognée peint depuis le milieu des années 1980. Pourtant, seules ses œuvres créées depuis 1991 auront droit de cité dans la grande rétrospective organisée (...)

Laetitia Giry | Mardi 25 septembre 2012

Une pensée sans mots

Philippe Cognée peint depuis le milieu des années 1980. Pourtant, seules ses œuvres créées depuis 1991 auront droit de cité dans la grande rétrospective organisée ici. 1991, date de son pensionnat à la Villa Médicis, date de sa métamorphose en tant qu’artiste : son entrée dans le présent et une profonde réflexion sur la peinture. « Je pars de photographies, d'images parfaites, lisses et froides pour m'en saisir, les déplacer, les mettre en danger », confiait Philippe Cognée au Petit Bulletin lyonnais il y a cinq ans… Exposées à l’époque dans une galerie et une bibliothèque, ses œuvres brilleront cet automne entre les murs du musée de Grenoble. Et ce n’est pas pour nous déplaire ! Si elle est réflexion sur le monde contemporain, la peinture de Philippe Cognée est d'abord et avant tout une confrontation, un affrontement toujours recommencé avec la matière, l'opacité informe et angoissante des choses... Il peint simultanément l'architecture moderne et ses propres ruines, l'ordre et l'entropie, la vie contemporaine et ses fantômes instantanés. On vous en reparle bientôt… Philippe Cognée Du 10 novembre au 3 février au musée de Grenoble

Continuer à lire