"Graphies du déplacement" : paysages de traverse par Mathias Poisson

Exposition | C’est parti pour la saison 2 de la manifestation iséroise Paysage > Paysages, consacrée cette année à l’hiver. Avec des rencontres, des conférences, des balades, des spectacles ou encore des expositions, comme celle de Mathias Poisson en ce moment au Vog. L’artiste investit ainsi le centre d’art de Fontaine trois mois durant (le temps d’une saison) avec des "Graphies du déplacement" offrant une promenade aux multiples sentiers et, surtout, un autre regard sur le paysage.

Charline Corubolo | Mardi 9 janvier 2018

Photo : Charline Corubolo


À travers la marche, l'artiste Mathias Poisson éprouve le territoire pour une expérience artistique polymorphe dans laquelle la représentation a posteriori de la promenade est intrinsèquement liée à la mémoire sensitive du corps dans l'espace parcouru. Une démarche du ressenti où se mêlent crayonnés, photographies et performances retraçant la déambulation réalisée par l'artiste, seul ou en groupe.

Le plasticien, performeur et dessinateur élabore ainsi des cartographies urbaines faites de rencontres, d'objets glanés et d'impressions corporelles retranscrits dans des cartes subjectives se dévoilant actuellement dans l'architecture déambulatoire du centre d'art le Vog. Des Graphies du déplacement présentées en deux temps afin d'offrir une réalité in situ de l'environnement : actuellement et jusqu'au 2 mars, l'exposition propose une sélection d'œuvres antérieures parcourant diverses villes du globe pour une mise en marche au cœur de la cartographie subjective de l'artiste. Le reste du mois de mars s'intéressera ensuite aux terres environnantes avec des cartes récemment réalisées en Isère sur invitation de la manifestation Paysage > Paysages, projet culturel porté par le Département et présenté comme « un événement culturel inédit, le temps d'une saison, incitant à renouveler notre regard sur le paysage, notre premier patrimoine commun ».

De Marseille à l'Isère

Pour cette première immersion au cœur de la marche, le choix d'œuvres de Mathias Poisson autour de la « cartographie subjective » dessine une nouvelle géographie, de Marseille à Istanbul en passant par Lurs (Alpes-de-Haute-Provence). Une exploration personnelle des lieux dont le découpage ne se fait plus par frontière urbaine mais par impressions mémorielles du corps lors du déplacement.

L'exposition élabore alors un parcours particulier aux diverses entrées : récoltes d'objets présentées en série telle une découverte archéologique, dessins déployés dans l'espace esquissant une balade chorégraphiée, croquis sensitifs d'une ville devenue organes, portraits photographiques de personnes croisées… Autant d'éléments qui rendent compte de la pluralité du paysage urbain, dans sa matérialité construite comme dans sa chair humaine, par le prisme d'un langage plastique propre à Mathias Poisson.

Mouvements anthropologiques

Des marches dessinées qui ébauchent au fil du temps des cartes subjectives pour un réseau déambulatoire imaginaire. Car les trajets des lieux visités font l'objet de retranscription de mémoire dans l'atelier de l'artiste, une fois la promenade terminée. Autant de variations qui font du travail de Mathias Poisson une forme d'anthropologie artistique des interactions humaines, l'artiste devenant archéologue urbain qui interprète des quartiers dans leur physionomie mais aussi les raconte à travers les personnes qui les habitent et traversent.

Le corps en mouvement devient GPS aléatoire d'un espace guidé par la sensation, d'où la subjectivité territoriale, mais demeure une forme d'investigation sociologique par l'expérience performée. Mathias Poisson questionne ainsi l'architecture de la ville, la place du corps mais aussi la nature même de l'art et sa représentation dans l'espace publique, pour une confrontation entre les différentes entités qui composent le mouvement et une étude des individualités qui habitent l'espace du mouvement.

Graphies du déplacement
Au Vog Fontaine jusqu'au samedi 31 mars. Jusqu'au 2 mars : choix d'œuvres de Mathias Poisson autour de la cartographie subjective ; du 7 au 31 mars : exposition de cartes récentes réalisées en Isère (vernissage le 7 mars à 18h30)

Paysage > Paysages
Dans toute l'Isère jusqu'au 20 mars
Programme complet sur www.paysage-paysages.fr


Graphies du déplacement

De Mathias Poisson. Dans le cadre de la saison 2 de Paysage > Paysages
Le VOG 10 avenue Aristide Briand Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 5 expositions qui vont marquer le début d'année 2018

Panorama de rentrée culturelle | Avec des chefs-d’œuvre dessinés au Musée de Grenoble, des archives olympiques au Musée dauphinois ou encore de drôles de sculptures à SpaceJunk.

Charline Corubolo | Mardi 9 janvier 2018

Les 5 expositions qui vont marquer le début d'année 2018

Graphies du déplacement À travers la marche, l’artiste Mathias Poisson éprouve le territoire pour une expérience artistique polymorphe dans laquelle la représentation a posteriori de la promenade est intrinsèquement liée à la mémoire sensitive du corps dans l’espace parcouru. Une démarche du ressenti où se mêlent crayonnés, photographies et performances retraçant la déambulation réalisée par l’artiste, seul ou en groupe. Plus d'informations sur ces Graphies du déplacement en deux temps dans cet article. Au Vog Fontaine jusqu’au samedi 31 mars Group Show En guise de bonnes résolutions artistiques, la

Continuer à lire

Les 8 expositions à (re)voir pendant les vacances de Noël

ARTS | Comme il ne se passe pas grand-chose de culturel à Grenoble et dans l’agglo pendant les fêtes, voici une sélection d’expositions phares des derniers mois encore à l’affiche pendant ces vacances. Suivez-nous, et surtout prenez le temps de flâner.

Charline Corubolo | Mardi 19 décembre 2017

Les 8 expositions à (re)voir pendant les vacances de Noël

Daniel Dezeuze, une rétrospective Au Musée de Grenoble L’art de la rétrospective est délicat, mais lorsque Daniel Dezeuze et le Musée de Grenoble s’en emparent, il est magnifié. Dévoilant 50 ans de création, des premières sculptures aux œuvres les plus récentes avec le mystère des Tableaux-Valises, le parcours met en exergue la poésie dans l’œuvre de l’artiste français. Cherchant à saisir l’insaisissable, Daniel Dezeuze offre une visite sur le fil de la légèreté, de ses expérimentations au sein du mouvement Supports/Surfaces à la finesse graphique de la Vie amoureuse des plantes. Un ensemble éclectique et pourtant cohérent, permettant à la chronologie de se réinventer à chaque fois, entre figuration et abstraction. Une exposition de premier plan pour un artiste qui a fait (et fait toujours) la scène artistique contemporaine. Tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h30 Fermeture les 25 décembre et 1er janvier

Continuer à lire

Les dix expositions à ne pas manquer cette saison à Grenoble et aux alentours

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | Une sélection à base de légendes de l'art (Delacroix, Gauguin, et même les Beatles – pourquoi pas !) mais aussi de jeunes artistes ou encore d'expositions plus patrimoniales – il paraît que l'on va bientôt célébrer l'anniversaire des Jeux olympiques grenoblois.

La rédaction | Mardi 26 septembre 2017

Les dix expositions à ne pas manquer cette saison à Grenoble et aux alentours

Matt Coco En résonance avec la Biennale d'art contemporain de Lyon, qui imagine des Mondes flottants, l'artiste installé à Lyon Matt Coco investira la Halle de Pont-en-Royans début octobre pour une déambulation à la lisière du brouillard. Intitulée In caso di nebbia (traduire : en cas de brouillard), la proposition entend créer un imaginaire flirtant avec l’onirique où le naturel se mêle à l’industriel. Un paysage de volumes aboutis induisant une transformation par l’activation du spectateur, par la danse, le regard, la parole… L’artiste déploiera ainsi une déambulation immersive, en devenir. À la Halle (Pont-en-Royans) du 10 octobre au 30 décembre Alice Assouline

Continuer à lire