Experimenta : ouvrir de nouveaux chemins

Événement | Douze spectacles, dix tables rondes, une trentaine d’installations artistiques, déambulations théâtralisées, performances et ateliers… onze jours durant et dans plusieurs salles de l’agglomération, la Biennale Arts Sciences voit (et fait) les choses en grand. Présentation avec Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone, la cheville ouvrière de la manifestation.

Martin de Kerimel | Mardi 4 février 2020

Photo : (c) CollOrNor (c) Robin Baumgartner (c) Guillaume Kerremans (c) Budhaditya Chattopadhyay


C'est l'aboutissement de deux années de travail : Experimenta, la Biennale Arts Sciences de l'agglomération grenobloise, ouvre ses portes mardi 11 février. Au programme : Dolor, une exposition photos à la MC2, et la première représentation de G5 à l'Hexagone (Meylan). Cette dixième édition respecte les fondamentaux : pour les organisateurs, il s'agit de favoriser une rencontre féconde entre artistes, scientifiques et technologues, tout en mobilisant un large public. Jusqu'au bal de clôture du vendredi 21 au soir, douze spectacles sont à découvrir, y compris dans d'autres salles : Espace 600 (Grenoble), La Rampe – La Ponatière (Échirolles), Le Déclic (Claix), La Source (Fontaine), L'Odyssée – L'Autre Rive (Eybens), l'Amphithéâtre (Pont-de-Claix) et l'EST (Saint-Martin-d'Hères).

En complément, du 13 au 15 février, la Maison Minatec Grenoble et l'Auditorium Grenoble INP accueillent un salon et un forum : propositions artistiques et tables rondes, il y aura beaucoup à découvrir ! Ces rendez-vous, ouverts à tous et gratuits, invitent les curieux à plonger dans l'imaginaire croisé des participants, liés à l'intelligence artificielle, au numérique, à la science-fiction, à l'environnement, à la réalité virtuelle, etc. Une démarche utile : « Face aux multiples enjeux sociétaux et terrestres, il est urgent de nourrir nos actes individuels et collectifs », comme le souligne le très épais dossier de presse d'Experimenta.

Création et humanisme

Bonne nouvelle : une grosse partie des œuvres présentées seront des créations, dont neuf issues de résidences à l'Atelier Arts Sciences de Grenoble – une structure qui associe l'Hexagone aux équipes du CEA. Toutes ont fait l'objet d'une sélection en amont, selon des critères rigoureux. « La qualité artistique est une notion difficile à objectiver, mais des éléments existent pour dire qu'un projet n'est pas à la hauteur de nos souhaits, indique Antoine Conjard, directeur de l'Hexagone. L'humanité est bien assez mise à mal aujourd'hui. Nous cherchons donc des propositions qui puissent témoigner d'une approche humaniste de notre rapport aux technologies. Une thématique porteuse : si, au départ, beaucoup nous demandaient en quoi consistait l'idée d'associer les arts et les sciences, le sujet prend aujourd'hui de l'importance dans l'éducation, les entreprises ou les services publics. »

Cela étant, ce même sujet reste parfois nébuleux pour une partie de la population et suscite quelques inquiétudes. Experimenta a dès lors vocation à effacer certaines craintes ou à dissiper des malentendus. Seule une petite partie du programme s'adresse aux seuls professionnels et étudiants. Le public profane est le plus souvent bienvenu : « Ce n'est pas parce que l'on ne sait pas comment fonctionne le moteur d'une voiture que l'on renonce à l'utiliser, compare Antoine Conjard. Nous avons tous intérêt à comprendre ce qui se passe avec l'informatique avancée et les nouvelles technologies pour en user de manière bénéfique. Un bénéfice pas seulement industriel ou commercial, mais aussi humain. »

Pédagogie et réflexion

Personne n'est laissé seul sur le chemin de la connaissance et de l'émerveillement. Pour faciliter l'immersion de chacun dans son vaste cabinet de curiosités, Experimenta a intégré la nécessité d'une pédagogie : des visites guidées seront par exemple offertes à un millier d'élèves, collégiens et lycéens de la région. En outre, une partie des œuvres exposées sont interactives. « Le numérique nous permet de travailler cette dimension, souligne Antoine Conjard. Attention : il faut que cela ait du sens. Beaucoup d'œuvres non-interactives restent tout à fait pertinentes. C'est d'ailleurs le propre des artistes de nous ouvrir des chemins que l'on n'aurait même pas imaginé exister ! » L'un de leurs points communs avec les scientifiques. L'Hexagone et ses partenaires misent sur l'intelligence collective pour aller de l'avant : l'avenir, ils y pensent avec optimisme. Face à l'urgence climatique, notamment, Experimenta se donne également l'ambition d'être un temps voué à la réflexion. Objectif : dégager des pistes pour la construction du monde de demain.


Une dimension internationale

Un atout supplémentaire pour Experimenta : l'événement rayonne au-delà des frontières de l'agglomération grenobloise. Cette année, les organisateurs de la manifestation se réjouissent d'accueillir des hôtes venus d'Allemagne, de Pologne et d'Espagne, notamment. L'un des artistes arrive même d'Inde pour prendre part au salon ! D'où la nécessité d'un important travail en amont, sur une durée que l'on imagine plus longue que celle de la diffusion des installations et spectacles.

Pas de limite pour autant : les œuvres qu'Experimenta présente pour la première fois ont bel et bien vocation à être vues ailleurs par la suite. « Notre objectif est bien qu'elles tournent dans d'autres théâtres, festivals et lieux, confirme Antoine Conjard. Rien qu'en France, comme l'Hexagone, une vingtaine de territoires travaillent pour mettre en relation artistes et scientifiques. » Pour aller plus loin, Experimenta accueillera aussi un événement d'envergure continentale : les Rencontres européennes du groupement Transversale des Réseaux Arts Sciences. L'événement n'a pas tant vocation à grossir qu'à aller toujours plus loin dans la rencontre avec le public local. C'est logiquement que le rythme biennal s'est imposé à l'organisation : en plus de sa saison artistique, l'Hexagone et ses partenaires, institutionnels comme industriels, ont besoin de temps pour préparer Experimenta. Cela ne s'arrête jamais complètement : ainsi, fin janvier, les équipes avaient-elles déjà reçu des propositions pour l'édition 2022.


Experimenta, le salon

Salon arts sciences
Maison Minatec Parvis Louis Néel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Expérimenta : quand la biennale arts-sciences tient salon

Salon | Organisée par l’Hexagone, scène nationale arts et sciences basée à Meylan, et l’Atelier arts sciences qu'il a créé, la biennale Expérimenta est en place dans l'agglomération grenobloise depuis le 1er février. Et avant de se terminer le samedi 10 février, elle propose pendant trois jours un salon à Minatec (sur la presqu’île scientifique grenobloise) afin d'explorer les rapports entre art, technologie et science. On l'a visité, et c'est passionnant.

Alice Colmart | Jeudi 8 février 2018

Expérimenta : quand la biennale arts-sciences tient salon

La biennale arts-sciences Expérimenta, c'est des spectacles, des conférences, des ateliers… Et aussi – surtout même – un salon, qui ravira les curieux prêts à s’essayer à de nouvelles expériences. Au programme : des installations artistiques, des prototypes, des performances ou encore des ateliers immersifs – comme Dans la peau d’un astronaute qui permet, en réalité virtuelle, d’aborder l'expérience unique vécue par l’astronaute Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale. Autre exemple immersif : l'installation Digital Vaudou RV, réalisée en écho au spectacle du même nom présenté en ouverture de la biennale. Dans cet atelier modélisé en 3D, le metteur en scène et artiste numérique Nicolas Ticot donne à voir et à comprendre les aspects traditionnels de la culture vaudou d’Afrique de l’Ouest. Avec l’aide d’un casque, on observe des formes dansant avec les éléments – les pierres, la mer, le ciel… Le tout sur 360 degrés. Attention

Continuer à lire

Culture en expérimentation avec la biennale arts-sciences Expérimenta

Festival | Changement de nom (Expérimenta à la place des Rencontres-i) et de dates (non plus en automne mais en hiver) pour la biennale arts-sciences pilotée par l’Hexagone de Meylan, qui conserve néanmoins l’originalité de son propos – favoriser la rencontre entre artistes, scientifiques, technologues et grand public via notamment des spectacles et un salon. Vu la densité du programme (il y en aura dans toute l’agglo pendant ces dix jours), on vous propose quelques repères pour ne pas vous perdre dans cette passionnante aventure.

La rédaction | Mardi 30 janvier 2018

Culture en expérimentation avec la biennale arts-sciences Expérimenta

Digital Vaudou Le spectacle d’ouverture de la biennale aura lieu à l’Hexagone de Meylan et sera une création, dont on a pu découvrir un extrait la semaine dernière. Soit une proposition de l’artiste numérique et électro Nicolas Ticot et du danseur originaire du Bénin Vincent Harisdo, centrée sur la tradition vaudou d’Afrique de l’Ouest. Au vu de ce qui nous a été montré, ce Digital Vaudou semble mixer l’art ancestral le plus pur (les deux hommes savent visiblement de quoi ils parlent) et la modernité la plus moderne via notamment un dispositif circulaire entourant le danseur et permettant la projection d’images numériques. Intriguant… À l’Hexagone jeudi 1er et vendredi 2 février Artefact Voilà un spectacle parenthèse que Joris Mathieu a créé l'an dernier. Toujours en questionnement sur l'objet du théâtre et ses composantes, le metteur en scène familier des croisements arts et sciences a poussé le "vice" jusqu’à se débarrasser des

Continuer à lire

Six festivals à ne pas louper les prochains mois à Grenoble et aux alentours

Panorama de rentrée culturelle | Zoom sur certaines des grosses manifestations du premier semestre 2018 dans l’agglomération grenobloise. Où il sera question de musique, de spectacles et de rencontres avec des artistes.

La rédaction | Mardi 9 janvier 2018

Six festivals à ne pas louper les prochains mois à Grenoble et aux alentours

Experimenta Du 1er au 10 février Nouveau nom pour la biennale arts-sciences pilotée par l’Hexagone de Meylan (elle s’appelait avant Les Rencontres-i) et nouvelles dates (on passe d’octobre à février), mais ligne directrice toujours la même : favoriser la rencontre entre artistes, scientifiques et spectateurs. Avec, pour cela, un (passionnant) salon de trois jours fait d’installations artistiques, de performances, de conférences… ; et bien sûr de nombreux spectacles (comme Digital Vaudou – photo) dans plusieurs salles de l’agglo qui vont matérialiser de différentes formes (de la plus abstraite à la plus poétique par exemple) ce noble dessein. Holocène Festival Du 27 février au 3 mars « Le maximum de styles musicaux possibles » : tel est le mantra, édicté dès sa première édition l'an dernier par le festival Holocène, organisé par le producteur grenoblois le Périscope. Une promesse respectée, c'est bien le moins qu'on puisse dire, tant Holocène compte, réparties

Continuer à lire

Biennale arts-sciences : les changements, c’est maintenant

Festival | On l’a appris au détour d’une conversation, l’Hexagone de Meylan n’ayant encore rien officialisé publiquement : la biennale arts-sciences Les Rencontres-i va changer de nom (ce sera Experimenta) et de dates (en février plutôt qu’en octobre). On a du coup essayé d’en savoir plus en allant directement à la source.

Aurélien Martinez | Mardi 28 mars 2017

Biennale arts-sciences : les changements, c’est maintenant

« On avait de nombreux noms pour nos différentes activités entre la biennale Arts-Sciences, les Rencontres-i, Experimenta… Il nous a paru important de nous recentrer en trouvant le format le plus immédiatement compréhensible à la fois pour le public de l’agglomération et pour nos partenaires extérieurs, notamment à l’étranger. » Voilà qui est clair comme nous l’a expliqué Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone de Meylan et de la biennale arts-sciences que ce même Hexagone organise : le nom du « salon arts, sciences et technologies » organisé chaque année à Minatec devient le nom de la biennale dans son ensemble, les Rencontres-imaginaires étant délaissées pour une appellation plus explicite. « Pour la petite histoire, quand on en a parlé avec des partenaires japonais, pour eux il n’y avait pas photo : Experimenta était le nom le plus évident. Ils comprennent tout de suite ce que ça veut dire. » « On est sur du marketing territorial » Et quitte à changer le nom

Continuer à lire

Gemmes musicales

MUSIQUES | Au Royaume-Uni plus encore peut-être qu’en France, le rôle joué par les radios indépendantes dans la diffusion des musiques alternatives est prépondérant, car (...)

Damien Grimbert | Mardi 2 septembre 2014

Gemmes musicales

Au Royaume-Uni plus encore peut-être qu’en France, le rôle joué par les radios indépendantes dans la diffusion des musiques alternatives est prépondérant, car profondément ancré dans la culture populaire. Et c’est justement ce statut de passeur qu’ont décidé de célébrer le collectif d’associations DesNuéesDeSens et Radio Campus, en invitant à Grenoble le temps d’une semaine quatre figures de proue de la radio de Glasgow Subcity. Respectivement en charge des émissions The Dissolving Dancefloor et 12th Isle Transmissions, Stewart Brown, Al White et Joss Allen d’un côté et Fergus Clark de l’autre sont de véritables défricheurs de nouvelles frontières musicales, mêlant sans préjugés dans leurs sets techno, house, ambient, noise, bass music, punk, weirdo rock, reggae dub, minimal wave, free jazz et autres étrangetés psychédéliques et/ou expérimentales. En charge de la soirée d’accueil des étudiants Watt dooyoodoo organisée ce jeudi à EVE par l’Université Stendhal et l’asso

Continuer à lire

C’est notre choix

SCENES | Une sélection subjective et arbitraire de quelques évènements incontournables du festival. AM

François Cau | Vendredi 16 septembre 2011

C’est notre choix

Un parcours inaugural Les Rencontres-i 2011 débuteront avec un parcours original, l’équipe de la biennale aimant beaucoup les parcours - elle en proposera de nombreux. À 16h30, rendez-vous à la gare téléphérique, pour monter à la Bastille assister au vernissage des expositions Degrés de lumière et T.O.E. La première se propose d’associer lumière et musique, les trois artistes italiens ayant étroitement collaboré avec deux chercheurs du CEA. La seconde, conçue pour le Centre d’art Bastille, est une exposition collective autour de la notion d’énergie (le thème de ces Rencontres-i). À 18h30, départ pour le CCSTI – La Casemate où sera présentée XYZT, les paysages abstraits, l’exposition d’Adrien Mondot et de Claire Bardainne dont on attend énormément (on vous en reparlera une fois vue). À 20h45, tout le monde sera confortablement installé sur les sièges de l’Hexagone de Meylan pour découvrir une ébauche de L’Écorce du vent, projet autour de la lumière qui a gagné le prix A.R.T.S 2010 (un prix créé par l’Atelier arts-sciences dans le but de récompenser les collaborations innovantes et fructueuses entre artistes et scientifiques). Et la soirée se terminera p

Continuer à lire