Les soirées de juin

MUSIQUES | Zoom sur cinq temps forts des nuits grenobloises.

Damien Grimbert | Mardi 2 juin 2015

Adana Twins

Pour fêter ses 18 années d'existence, le Vertigo a eu la bonne idée d'inviter le duo de Hamburg Adana Twins, qui nous avait déjà rendu visite au Bar MC2 il y a un peu plus de deux ans. Signés sur le très bon label berlinois Exploited Records, Take It Easy & Friso sont les auteurs d'une house volontiers deep et néanmoins redoutable d'efficacité, qui englobe toutes les caractéristiques du son berlinois (propre, léché, minimaliste), mais sait également s'ouvrir à des influences plus souples à l'occasion, le duo cultivant en parallèle un amour de longue date pour les sonorités groove, funk, hip-hop et tropical.

Les 10 ans du Vertigo avec Adana Twins, vendredi 12 juin au Vertigo


Les 18 ans du Vertigo

Adana Twins + Thomas Villard
Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


The Driver aka Manu le malin - Part II

The Driver aka Manu Le Malin + KIKO + Dilling3r + Java Deep + Optamystik
Drak-Art 163 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Jimmy Edgar + The Black Madonna + Maxile F.


ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Trois soirées pour bien commencer février

Soirées | Bloquez votre vendredi 1er et samedi 2 février. Et le dimanche 3 pour vous en remettre.

Damien Grimbert | Mardi 29 janvier 2019

Trois soirées pour bien commencer février

01.02.19 > Ampérage Subversion #4 avec Phase Fatale Nouvelle année et nouveau line-up pour les soirées techno, indus et EBM du collectif grenoblois The Dare Night, qui accueillent en tête d’affiche pour leur quatrième édition une nouvelle pointure de la scène actuelle. En l’occurrence Hayden Payne alias Phase Fatale, jeune New-Yorkais installé à Berlin qui n’a, depuis quatre ans, cessé d’enchaîner les sorties sur les labels les plus influents du genre, d’Avant! et aufnahme + wiedergabe à Jealous God en passant par Hospital Productions, BITE et Ostgut Ton. 02.02.19 > Belle électrique AZF & Manu Le Malin Pour sa nouvelle soirée à la Belle électrique, l’association Icône a décidé de frapper fort, en rassemblant sur scène deux figures françaises iconiques de la techno sans concession : le vétéran Manu Le Malin, véritable légende de la scène hardcore française depuis le début des années 1990 qui n’a rien perdu de sa puissance d’impact, et la charismatique

Continuer à lire

Voici les 12 soirées qui, à Grenoble, marqueront les premiers mois de 2019

Soirées | Et, bien sûr, guettez chaque semaine le PB pour être au courant de celles qui n'ont pas encore été annoncées.

La rédaction | Mercredi 9 janvier 2019

Voici les 12 soirées qui, à Grenoble, marqueront les premiers mois de 2019

Marc Rebillet C’est un peu la sensation virale du moment : un jeune gringalet extraverti originaire de Dallas qui compose, à l’aide de quelques machines et d’un micro, d’irrésistibles tubes house minimalistes et bruts de décoffrage, aussi énergiques que délirants. Et qui ramène un peu de fraîcheur et de second degré bienvenus à une scène électronique qui a parfois tendance à se prendre un brin trop au sérieux. Invité par le crew The Dare Night pour délivrer un des lives délurés dont il a le secret, Marc Rebillet se produira à guichets fermés : si vous n’avez pas déjà votre place, il faudra donc se contenter de ses (innombrables) vidéos sur internet. À l'Ampérage jeudi 17 janvier Paul Nazca + Scan X Pour sa première soirée Deep Inside de l’année, l’équipe de Carton-Pâte Records a vu les choses en grand, en invitant pour l’occasion deux piliers de la scène techno française : en DJ-set, la valeur sûre du label Skryptom Paul Nazca ; et au format live, le vétéran chevronné Scan X, découvert dès le dé

Continuer à lire

Danser la fin du monde avec Broken English Club

MUSIQUES | « Voyage au bout de la nuit au travers les sonorités techno, industrial et electronic body music, telle est la visée des soirées "Subversion" » annonce l'asso The Dare Night qui les organise. Et qui propose une deuxième édition, samedi 10 novembre à l'Ampérage, prometteuse.

Damien Grimbert | Mardi 6 novembre 2018

Danser la fin du monde avec Broken English Club

Cela n’aura pas échappé aux adeptes : ces cinq dernières années ont été marquées, au sein de la sphère techno, par un regain d’intérêt conséquent pour les sonorités rêches et froides des musiques industrielles. Une tendance lourde à laquelle l’asso grenobloise The Dare Night a logiquement décidé de dédier une soirée thématique, Subversion, qui, après un premier volet marqué par les prestations de Codex Empire et J-Zbel, fait son retour ce samedi avec deux nouveaux lives a priori tout aussi incandescents. Notamment celui de Broken English Club, side-project industriel volontiers expérimental du vétéran techno Oliver Ho, qui enchaine les sorties à un rythme prononcé depuis 2014. On l’avait ainsi repéré en 2015 avec son EP Scars pour le label Cititrax, d’où surnageait le formidable Channel 83, porté par des rythmiques downtempo oppressantes et… des hurlements de loups. Trois EPs et deux albums plus tard (The English Beach et White Rats, tous deux sortis sur l’excellent label L.I.E.S. de Ron Morelli), le Britannique n’a visiblement rien perdu de sa capacité à créer des ambiances apocalyptiques qui semblent figée

Continuer à lire

Les 5 soirées de la fin février

MUSIQUES | Allons danser à l'Ampérage, à la Belle électrique, à la Bobine ou encore à Eve et au Jules Verne.

Damien Grimbert | Mardi 20 février 2018

Les 5 soirées de la fin février

Vendredi 23 février > l'Ampérage Le Camion Bazar Auteurs de DJs sets groovy, pointus et ultra-éclectiques, Romain Play et Benedetta Bertella alias Le Camion Bazar défendent une conception de la fête conviviale, décontractée et à échelle humaine, qui ne rechigne pas sur les confettis, les couleurs fluo et les boules à facettes pour mettre tout le monde dans l’ambiance. Après un premier passage remarqué à la Bobine au printemps dernier, leur retour à l’Ampérage aux côtés des Rouennais du Collectif Lucien et des locaux de Carton-Pâte Records s’annonce donc haut en couleur. Samedi 24 février > la Belle électrique Michael Mayer + Fort Romeau + Uppah Vétéran de la scène minimale de Cologne et co-fondateur du prestigieux label Kompakt, Michael Mayer est de retour à la Belle électrique pour délivrer l’un des DJ-sets épurés, élégants et mélodiques dont il a fait sa marque de fabrique. À ses côtés, Michael Greene alias Fort Romeau

Continuer à lire

Betty et Teki Latex : « Liberté, spontanéité et énergie »

MUSIQUES | Auteurs de DJ-sets épiques et passionnants, Betty et Teki Latex défendent une vision panoramique de la club-culture, largement ouverte aux micro-scènes musicales des quatre coins du monde. De passage à Grenoble à quelques jours d’intervalle, ils reviennent avec nous sur leur conception un peu à part des musiques dansantes.

Damien Grimbert | Vendredi 13 mai 2016

Betty et Teki Latex : « Liberté, spontanéité et énergie »

Vous défendez dans vos DJ-sets des scènes musicales peu connues du grand-public, souvent issues d’un environnement géographique et socio-culturel très spécifique. Ça ne doit pas être pas le plus facile à promouvoir… Betty : Oui, je pense qu’il y a parfois beaucoup d’informations dans mes sets ! Écouter du UK funky, de la ballroom, du grime, du baile funk, de l’afro trap et Drexciya dans un même set de deux heures, c’est probablement plus déroutant que de danser sur un set 100% techno. Je ne dis pas que c’est mieux ou moins bien, c’est juste ma vision du club. Je trouve davantage de liberté, de spontanéité et d’énergie dans ces mouvements. Teki Latex : Déjà tu mets le doigt sur un truc qui est certain : je n'arrive pas à décrire ce que je joue aux gens qui ne font pas partie de ma scène. Si je dis "grime" ça n'est pas exactement vrai, si je dis "expérimental" je passe pour un DJ qui n'est pas là pour faire danser les gens, alors que ça reste ma motivation première. Depuis peu j'ai accepté le fait de me situer entre les scènes, ça me rend moins "lisible" pour les gens mais à force d'insister sur ce

Continuer à lire

Techno sous influence avec Randomer et Kowton

MUSIQUES | Auteurs d’hymnes souterrains hypnotiques mêlant sonorités rugueuses, rythmes tribaux et influences dub, les Anglais Kowton et Randomer représentent l’une des facettes les plus excitantes de la scène techno actuelle. Ils seront de passage ce samedi à la Belle électrique à l'invitation du crew Micropop.

Damien Grimbert | Mardi 26 janvier 2016

Techno sous influence avec Randomer et Kowton

Nées aux Etats-Unis au milieu des années 1980, puis importées en Europe quelques années plus tard, la house et la techno se sont globalement adaptées à ce nouvel environnement sans connaître de mutation majeure. Un pays, cependant, fait figure d’exception : le Royaume-Uni. Peu après leur arrivée au royaume de la reine Elizabeth, ces styles musicaux se sont en effet hybridés, par le biais des raves parties, à la culture des sound-systems préalablement établie par les immigrants caribéens. Et ont ainsi produit une nouvelle mouvance musicale à l’identité unique en son genre (le "hardcore continuum", plus communément résumé en "bass music"), qui n’allait avoir de cesse d’évoluer et d’enfanter de nouveaux genres année après année. Si l’on se permet cette longue digression historique pour évoquer le cas d’artistes comme Kowton ou Randomer (photo), c’est qu’elle est tout simplement indispensable pour comprendre ce qui fait la sève de leur musique. L’un comme l’autre font bel et bien de la techno, mais pour peu qu’on y jette une oreille attentive, on y discerne en effet, à dose homéopathique, une multitude d’influences typiquement britanniques : drum’n’bass, jungle, grime, dub

Continuer à lire

Ron Morelli et DJ TLR : la techno à contre-courant

MUSIQUES | Fondateurs respectifs de deux des labels électroniques les plus passionnants des années 2000 et 2010 (L.I.E.S. et Crème Organization), Ron Morelli et DJ TLR sont les figures de proue d’une nouvelle scène techno qui refuse toute afféterie pour mieux rendre au genre sa puissance d’évocation originelle. Ils seront de passage cette semaine à la Belle électrique à l'invitation de l'association grenobloise Micropop.

Damien Grimbert | Mardi 23 juin 2015

Ron Morelli et DJ TLR : la techno à contre-courant

Les plus observateurs d’entre vous l’auront probablement déjà remarqué : la techno et la house n’ont sans doute jamais été aussi populaires qu’aujourd’hui. À Paris et dans toutes les grandes villes de France, un public grandissant, avide de nouveauté et de plus en plus pointu, se rue en masse dans les nouveaux clubs et festivals dédiés au genre pour se trémousser en rythme et partager des moments de fête mémorables entre amis. Le revers de la médaille, malheureusement, est que pour en arriver là, le genre a dû gommer au passage une bonne partie de ce qui faisait sa singularité et de sa force subversive. Propre et policée au point de sentir parfois la javel, la techno d’aujourd’hui est de plus en plus fonctionnelle mais de moins en moins personnelle, et a gagné en fréquentabilité ce qu’elle a perdu en puissance d’évocation. De musique futuriste, rugueuse, anticonformiste, mal aimée et mal élevée, elle s’est transformée avec les années en sorte de gendre musical idéal : branchée, élégante, cultivée, complètement dans l’air du temps, mais souvent désespérément ennuyeuse. Comme souvent dans ce genre de cas, heureusement, une nouvelle vague d’artistes s’est constr

Continuer à lire

Et pour quelques soirées de plus…

MUSIQUES | Délai de bouclage oblige, la sélection de soirées à venir de notre supplément Insomniak n’est jamais aussi exhaustive qu’on le souhaiterait. Voici donc une (...)

Damien Grimbert | Dimanche 12 mai 2013

Et pour quelques soirées de plus…

Délai de bouclage oblige, la sélection de soirées à venir de notre supplément Insomniak n’est jamais aussi exhaustive qu’on le souhaiterait. Voici donc une deuxième salve inédite, à inscrire (ou pas) dans votre agenda nocturne de la semaine. Jeudi 16 mai, il va falloir choisir entre la première édition des Hold Up Ladies au DiFéReNt (avec le collectif de DJs rock/ska/mod/soul Up Tight et l’artiste-vidéaste Petite Poissone), et le Triple Apéromix au Saint Vincent Gare, « voyage vino-temporel » piloté par les crews Narco Polo, Das Auto et Blasterama. Vendredi 17, il va aussi falloir choisir, cette fois entre la soirée Italo-Disco Part II (au Mark XIII et ensuite au Bal Ptit Club) et l’Unit 2 Lesson 8 de The Dare Night au Bar MC2, avec en invité le duo hambourgeois Adana Twins (en photo) signé sur Exploited Records. Samedi 18, c’est plus facile, tous au Bar MC2 pour la Discotexas Picnic Night du crew Avalanche, afin

Continuer à lire

Les soirées du mois de décembre

MUSIQUES | Myd, Panteros666 et Crackboy Alléchant plateau que celui composé par l’association Roots’n’Culture pour sa prochaine Nuit électro. Au programme, deux des (...)

Damien Grimbert | Lundi 3 décembre 2012

Les soirées du mois de décembre

Myd, Panteros666 et Crackboy Alléchant plateau que celui composé par l’association Roots’n’Culture pour sa prochaine Nuit électro. Au programme, deux des quatre membres du collectif Club Cheval (Myd (photo) & Panteros666), dont on avait déjà célébré à plusieurs reprises dans ces colonnes l’éclectisme des sélections, l’efficacité redoutable des productions, et surtout l’absence totale d’œillères musicales qui rend chacun de leur set si excitant. Et pour les accompagner, rien de moins que le mystérieux Crackboy (dont on gardera l’anonymat), talentueux producteur parisien auteur de plusieurs EPs irréprochables pour Get The Curse, Tigersushi, I’m a Cliché ou encore Zone Records, mais également de DJ-sets de très haute volée. On a déjà hâte d’y être ! La Nuit électro, samedi 8 décembre au Bar MC2 Aeroplane Oscillant à la croisée de la cosmic disco, de la pop synthétique et de la balearic house, l’ital

Continuer à lire

Joyeuse apocalypse

MUSIQUES | Troisième édition ce samedi pour la gigantesque soirée Lost In Bass Hill, organisée au Fort de la Bastille par l’association Mus’Act. Ses particularités ? Une (...)

Aurélien Martinez | Lundi 23 avril 2012

Joyeuse apocalypse

Troisième édition ce samedi pour la gigantesque soirée Lost In Bass Hill, organisée au Fort de la Bastille par l’association Mus’Act. Ses particularités ? Une ampleur impressionnante (quatre scènes différentes, plus de cinquante artistes invités…), un travail de décoration à couper le souffle, d’innombrables performeurs et artistes de rue, et une orientation musicale essentiellement axée autour des styles musicaux qui firent les heures de gloire des raves, fêtes, teufs, et autres free parties dans les années 90 : hardtek, hardcore et tribe. Mais pourquoi y participer se demanderont les plus dubitatifs ? Les raisons sont multiples. Déjà parce que l’ouverture musicale de la soirée est plus large qu’il n’y paraît (drum’n’bass, dubstep, trance, électro, mais aussi concerts rock et reggae), et que l’ambiance des précédentes ambitions était à ce qu’on nous a rapporté extrêmement conviviale. Ensuite parce qu’il est toujours intéressant de voir comment les musiques qui nous faisaient vibrer quinze ans auparavant ont évolué avec le temps, et ce que sont devenues des idoles de l’époque comme Manu Le Malin ou The Speed Freak, présents en tête d’affiche. Enfin parce qu’on ne suppor

Continuer à lire