Présumés Innocents

MUSIQUES | Loin du tapage d'une reformation hystérique, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain ont ravivé avec l'impeccable "Mandarine" la flamme mélomane des Innocents. Réhabilitant au passage le souvenir parfois faussé d'un groupe qui compte finalement beaucoup plus que l'enfilade de tubes livrés deux décennies durant au cœur d'une véritable encyclopédie pop. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 13 octobre 2015

Photo : Richard Dumas


Chienne de vie. Vraiment. Quand on voit la vitesse à laquelle s'est rempli le Transbordeur lyonnais à l'annonce d'un concert surprise des Insus (soit Téléphone reformé en mode clando pour faire genre) et qu'on constate avec quelle discrétion est accueilli le retour des Innocents, eh bien messieurs dames on vous le dit comme on le pense, quelque chose branle dans le manche, il y a du mou de veau dans l'Hygiaphone et le monde est décidément « aussi parfait qu'il est plat » – c'est-à-dire surtout plat.

Parce que, si on peut se permettre de parler un peu musique, les Innocents, c'est quand même un Autre Finistère que Téléphone. Ironique, quand on songe que les deux groupes ont été portés par une ribambelle de tubes dopés par les radios. Sauf que, concernant Téléphone, il y a les tubes, taillés pour les stades ou les soirées quadras qui dégénèrent après minuit et c'est tout. Du côté des Innocents, il y a les tubes aussi mais ceux-ci cachent un énorme malentendu.

Geste frère, frères de geste

Car, lorsqu'on écoutait dans les années 80-90's tous leurs hits (on vous fait grâce de la liste, disponible ici), on écoutait mais on n'écoutait pas vraiment. On se laissait porter par la vitrine alléchante des mélodies ou par la surface de paroles parfois absconses, mais on n'allait voir ni l'arrière-boutique, ni la machinerie, ni, en profondeur, les richesses d'arrangements furieusement pop.

On n'entendait donc pas, ou on l'a fait bien plus tard, à quel point les Innocents étaient lettrés, mélomanes, référencés, et surtout avec quelle magie ils parvenaient à marier ces références avec un art de la citation (Beatles, XTC, dB's, n'en jetez plus) et de l'appropriation d'une rare subtilité.

Or c'est bien cela que met en lumière la reformation du couple de compositeur JP Nataf/JC Urbain : une inventivité certes jamais tarie (même en solo) mais réenchantée par le retour de ce « geste frère » de ces frères de geste musicale, qui a accouché de Mandarine, certificat d'authenticité d'une réconciliation (dont ils font le récit et le bilan) pour l'amour de l'art et pas celui du buzz ou du flouze.

Quand on chante qu'on a « les souvenirs devant nous », c'est qu'il n'est pas question de reluquer le rétro ou de refaire le vieux coup tordu de la nostalgie qui ne dit pas son nom, de la reformation qui – trop vu, trop connu je t'embrouille – déforme les souvenirs.

Les Innocents, jeudi 22 octobre à 20h30 à la Belle électrique

+ à lire : l'interview que JP Nataf nous avait accordée il y a un an


Les Innocents

1ère partie : Bastien Lallemant
La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Awards 2014 musique

MUSIQUES | L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 musique

L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la seizième édition du Cabaret frappé – non, ce n’était pas celui de Tricky ! Octobre 2014 : les Innocents, groupe culte des années 90 à la musique intemporelle, se reforment en mode duo et passent par la Source de Fontaine. Novembre 2014 : le "pop father" Étienne Daho enflamme littéralement la MC2. Trois exemples qui ont une fois de plus confirmé (ou démontré à ceux qui l’ignoraient) que

Continuer à lire

Les Innocents : strip-tease pop

MUSIQUES | Après une séparation brutale en 2000, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain, les deux leaders des Innocents, reviennent sur le devant de la scène. Une reformation dans les tuyaux depuis quelques années qui prend enfin forme avec une tournée et un album attendu pour l’année prochaine – pour compléter sur scène la somme de tubes déjà en magasin. Enthousiastes et impatients, on est partis à la rencontre de JP Nataf pour en savoir plus. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 23 septembre 2014

Les Innocents : strip-tease pop

Le retour des Innocents est un vieux serpent de mer qui est aujourd’hui totalement d’actualité. Quand cette reformation a véritablement été décidée ? JP Nataf : Ça a pris du temps, progressivement. À la fin du groupe, il y a eu seulement deux années de prise de distance avec Jean-Chri : on ne s’est pas perdu de vue très longtemps, il n’y a donc pas eu vraiment à renouer. On s’est vite retrouvés comme on est voisins, on a des amis en commun... D’autant plus qu’il y avait tous les ans une occasion de chanter une chanson ensemble. Il ne s’est jamais passé trop de temps sans qu’on se retrouve autour de guitares ! Quel a été le déclic qui vous a décidés à franchir le pas ? Ça s’est concrétisé il y a cinq ans quand il a fallu que je trouve un sparring-partner pour terminer Clair, mon deuxième album solo que j’avais enregistré seul. Un soir, en parlant avec Jean-Chri, j’ai compris que

Continuer à lire

Innocents retrouvés

MUSIQUES | À la rubrique reformation de groupes cultes, celle des Innocents est depuis quelques années un serpent de mer. Un serpent dont on voit désormais la queue puisque après avoir quelque peu séjourné en studio, ses deux maîtres d'œuvre JP Nataf et Jean-Christophe Urbain remontent sur scène. Comme dans "un monde parfait" où la vie serait soudain moins ordinaire. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 9 septembre 2014

Innocents retrouvés

Mais au fait, groupe culte Les Innocents ? Oui, mais pas que, la notion s'attachant généralement aux formations qui n'ont connu qu'un succès posthume – voire pas de succès du tout – mais dont on reconnaît l'apport séminal (au sens premier du terme) à leur discipline. Car oui, après les syndicales années de formation et de galère, Les Innocents ont bien connu un succès fulgurant à la charnière des années 80 et des années 90. Et même opéré un squattage en règle du Top 50, intercalés entre variété de seconde main et boys band essorés d'avance.   Cela aurait pu leur coûter leur réputation – on sait les ravages du succès sur la crédibilité artistique en matière de pop music. Mais Les Innocents furent – et mieux : demeurèrent – l'un de ces rares groupes pop français à trouver, sans doute un peu malgré eux (la chose étant si volatile), l'alliage philosophal entre exigence mélodique, références pointues et succès commercial, cumulant comme à la parade Bus d'acier (le Grand Prix du rock français, aujourd'hui disparu, initié en son temps par le Bus Palladium) et Victoires de la Musique.

Continuer à lire

Plus clair

MUSIQUES | Il y a sur Clair, le dernier album de JP Nataf, son deuxième en solo, ce que le jargon énonce généralement comme un morceau de bravoure : une interminable (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 21 janvier 2011

Plus clair

Il y a sur Clair, le dernier album de JP Nataf, son deuxième en solo, ce que le jargon énonce généralement comme un morceau de bravoure : une interminable boucle qui dès lors qu’elle a pénétré votre cerveau ne s’en déloge plus et vous accompagne. 10 minutes durant d’abord (9’57’’ pour être plus précis), puis les jours qui suivent, jusqu’à la supérette, au boulot, sous la douche. Un de ces petits torrents folk dévalant en douceur, comme Bob Dylan en écrivait au kilomètre au fil d’une poétique logorrhée en prose. Ça s’appelle Seul Alone, pierre angulaire aux contours adoucis d’un album une fois de plus remarquable. Seul Alone, JP Nataf ne l’a pas été beaucoup ces dernières années. L’ancien chanteur des Innocents a en effet multiplié les projets à deux (Red Legs avec Jeanne Cheral) ou à plusieurs (Imbécile, The Wantones). Revenu à la solitude, Nataf touche au sublime et confirme ce qu’on savait déjà : derrière ce gars discret se cache un des plus grands mélodistes de la pop française. Et un auteur bien plus subtil qu’il ne l’é

Continuer à lire