Les chansons pas comme les autres d'Eddy Crampes

Chanson | De passage ce mercredi au Bauhaus avec Chevalrex, Eddy Crampes affiche en chanson des influences souterraines qui toujours remontent à la surface avec une douceur qui n'appartient qu'à lui, doux-dingue de plus, plus doux que dingue. À moins que ce ne soit l'inverse.

Stéphane Duchêne | Lundi 6 juin 2016

Photo : Sébastien Barrier


Quand on navigue dans les eaux troubles de La Souterraine, cette drôle de maison underground aux fondations poreuses et aux portes toujours ouvertes aux courants d'air frais d'une french pop pas comme les autres (peut-être la nouvelle french touch, s'il était besoin d'en avoir une), on est forcément un ovni. C'est ce que sont les Aquaserge, Julien Gasc et autres Chevalrex dont les exploits funambules ont déjà été retranscrits ici (et dont on reparlera plus que prochainement). C'est avec ce dernier que va se produire un autre adepte du grand écart quasi vandammien : Eddy Crampes.

Eddy Crampes comme la contraction d'Eddy Mitchell et des Cramps, Eddy Crampes comme la décontraction et la décomplexion absolue de la chanson française, dont la base arrière abrite de concert le chanteur de l'amour défiscalisé Alain Barrière et la pop dématée de Daniel Johnston, de Burt Bacharach et d'Alain Souchon – on aurait jamais pensé accoler les deux noms dans le même référencement.

Et comme choisir lui donne des crampes, Eddy reprend, couvre, habite les chansons des autres, comme il hante les siennes, avec une sorte de distance polie doublée d'un investissement total. Eddy Crampes est un fantôme, dont le spectre va du piano solo au rockab' troué, et c'est pourquoi ses chansons, regroupées sur l'album Eddy Crampes (car elles sont finalement toutes à lui), semblent flotter comme des bulles pop somnambules que l'on n'oserait pas crever, de peur de se réveiller soi-même.

Chevaleresque

Eddy Crampes partagera donc la scène du Bauhaus avec Chevalrex, moitié la plus musicale (c'est lui qui le dit, mais ses textes sont loin d'être manchots) de feu Les Frères Nubuck, ces Grenoblois de Valence nantis d'un des plus beaux noms de l'histoire de la pop et depuis scindés en deux carrières solo (l'autre étant connu de nos lecteurs, et maintenant de beaucoup d'autres, sous le nom de Gontard!).

Chevalrex, au départ, c'étaient des miniatures pop comme autant d'ébauches bien plus achevées qu'il n'y paraît, bricolées mais terriblement ouvragées, superficielles par profondeur et drôles par politesse. Et cela faisait penser à Boogaerts, et au compatriote valentinois Cyrz, proche des Nubuck. À Julien Baer et à Florent Marchet aussi. Et concernant ces derniers, avec le grandiose Futurisme, album de chevalier blanc pop, c'est de plus en plus le cas. Chevalrex a de l'avenir.

Chevalrex + Eddy Crampes
Au Bauhaus mercredi 8 juin à 20h30


Fête Souterraine : Chevalrex - Eddy Crampes


Bauhaus 20 rue Chenoise Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

PB d'or 2016 : musique

C'était 2016... | Avec du changement côté Cabaret frappé, des images fortes ou encore une confirmation.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

PB d'or 2016 : musique

Le PB d’or de la bonne surprise : la nouvelle configuration du Cabaret frappé En janvier 2016, la Ville de Grenoble convoquait la presse pour annoncer un changement de taille : le Cabaret frappé, festival musical qu’elle organise chaque été au Jardin de Ville, passerait en gratuité totale – contre, auparavant, une première partie sous le kiosque en accès libre et, ensuite, une série de concerts payants sous chapiteau. Une décision politique motivée par un souci de faire évoluer le festival né en 1999, mais surtout par des considérations financières, cette gratuité permettant paradoxalement de réduire pas mal de coûts – plus de chapiteau par exemple. Pourquoi pas, même si, du coup, nous pouvions craindre une édition 2016 au rabais… Sauf que ça ne s’est pas produit, grâce justement à cette nouvelle organisation qui a redonné du souffle au dispositif. Le Jardin de Ville fut ainsi judicieusement repensé par l’équipe organisatrice autour d’une grande scène et d’un bar sous le kiosque, ce qui ne donnait

Continuer à lire

France et Taulard, talents musicaux made in France

MUSIQUES | Ce jeudi 2 juin, la Souterraine réunit à la Bobine deux groupes français qui, comme diraient les plus âgés d'entre nous, ganeraient à être connus. Mais qui sont-ils vraiment ?

Stéphane Duchêne | Mardi 31 mai 2016

France et Taulard, talents musicaux made in France

En 2016, la Souterraine est le dernier artisan découvreur de talents de France et se propose de partager avec nous, au coin d'une bonne bière, les produits pop de nos beaux terrooooirs, l'hymne de nos campagnes, de nos rivières, de nos montaaaaagnes. Ce sera prochainement le cas à Grenoble avec un certain Taulard (preuve que, comme nous le disions dans nos éditions précédentes, les délinquants récidivistes ont, quoi qu'on en dise, la part belle dans notre beau pays). Il faudra aussi sans doute prêter en ce 2 juin à la Bobine, jour de la Sainte-Blandine (n'oubliez pas de leur souhaiter bonne fête), une attention toute particulière à un drôle de trioooo venu d'Auvergne et baptisé France (photo) – un très beau nom qu'on apprécie beaucoup à la rédaction de ce journaaaal, dernier artisan de musique de jeunes à combiner batterie, basse et vielle à rooooouuuue. Vous allez le voir, le résultat est assez surprenant et ne sera pas sans rappeler aux amateurs d'Histoire et de psychédélisme l'affaire du pain maudit de Pont-Saint-Esprit à l'été 1951, cet étrange cas d'intoxication alimentaire à l'ergot de seigle, dont la CIA fut un temps tenue responsaaaaable. Aux commande

Continuer à lire

Mission rock au Maïly’s

MUSIQUES | Ouvert en mars dernier au 27 place Jean Prévost, en lieu et place du 69, le bar-restaurant le Maïly’s s’est transformé ces derniers mois en véritable plaque (...)

Damien Grimbert | Mardi 3 novembre 2015

Mission rock au Maïly’s

Ouvert en mars dernier au 27 place Jean Prévost, en lieu et place du 69, le bar-restaurant le Maïly’s s’est transformé ces derniers mois en véritable plaque tournante pour les amateurs de concerts rock et assimilés. Convivial et sans prétention, le lieu ne se cantonne pas pour autant à la seule scène locale, comme le prouvent les deux très bons concerts qui y sont organisés cette semaine. Première étape dès ce mercredi 4 novembre (oui, là, maintenant, tout de suite) avec la formation garage/psyché/fuzz suisse The Jackets (en photo), signée sur le label Voodoo Rhythm, accompagnée en première partie du duo orgue/batterie local Moonrite qui réunit Yann Cracker de Towerbrown et Julien de Qasar autour d’un univers dark/pop/psyché furieusement 60’s. Puis rebelote dès le lendemain (le jeudi 5 donc, si vous avez suivi) avec une Fête Souterraine organisée par Franche Touche et le label parisien La Souterraine qui accueillera le rock hardcore d’Et Après ?, le synth-punk de Taulard, et enfin la garage pop mélancolique du quatuor parisien Requin Chagrin qui commence à beaucoup, beaucoup fair

Continuer à lire

Awards 2014 musique

MUSIQUES | L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 musique

L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la seizième édition du Cabaret frappé – non, ce n’était pas celui de Tricky ! Octobre 2014 : les Innocents, groupe culte des années 90 à la musique intemporelle, se reforment en mode duo et passent par la Source de Fontaine. Novembre 2014 : le "pop father" Étienne Daho enflamme littéralement la MC2. Trois exemples qui ont une fois de plus confirmé (ou démontré à ceux qui l’ignoraient) que

Continuer à lire

Chevalrex – Catapulte

MUSIQUES | Critique de l'album de Chevalrex

Damien Grimbert | Mardi 8 avril 2014

Chevalrex – Catapulte

Après la sortie en début d’année du Bagarres Lovesongs de Gontard!, c’est au tour du deuxième des Frères Nubuck (duo grenoblois iconoclaste dont le Petit Bulletin a déjà souvent loué les mérites) de se lancer dans l’aventure de l’album solo. Avec ce Catapulte de très bonne facture, Chevalrex, compositeur/auteur/producteur/multi-intrumentiste/et-plus-si-affinités, prolonge certaines orientations déjà amorcées au sein de son précédent projet solo instrumental Rémy Chante, et livre en l‘espace de dix titres et 26 minutes un manifeste esthétique qui fait la part belle aux émotions douces-amères. Un pied dans la chanson lo-fi bricolée, l’expérimentation et le collage sonore, et l’autre dans un héritage pop européen vintage splendide et ambitieux (les ombres de François de Roubaix et de Jean-Claude Vannier planent sur plus d’un titre), ce Catapulte surprend par la richesse des climats qu’il réussit à

Continuer à lire

Chevalrex : « Beaucoup de bricolage »

MUSIQUES | Au Petit Bulletin, on a beaucoup aimé les frères Nubuck et leur chanson barrée. C’est tout naturellement que l’on suit avec intérêt les carrières en solo des deux membres fondateurs. Après nous être penchés l’an passé sur le cas Gontard, rencontre avec Chevalrex et sa pop de chambre aérienne, à découvrir samedi soir au Centre d’art Bastille.

Aurélien Martinez | Mardi 8 avril 2014

Chevalrex : « Beaucoup de bricolage »

Il y a un côté bricolé dans le musique de Chevalrex, qui séduit d’emblée. « C'est assumé, oui... Si ça ne l'était pas, ce serait problématique ! Ça vient vraiment d'une pratique assez ancienne, en autarcie dans ma chambre quand j'avais quinze ans – une guitare, un clavier. Faire avec les moyens du bord, comme les premiers Katerine, Dominique A aussi, la scène indie des années 90 aux États-Unis avec la lo-fi... Après, le temps passe, tu écoutes plus de disques, tu développes un peu plus de technique instrumentale, tu rencontres des musiciens : le son s'étoffe, mais au fond, il y a toujours ce goût de la recherche. » Car sa chanson française vintage, construite autour de mélodies amples, est bricolée mais pas avare, comme le démontre avec éclat Le Désert commence là, l’une des réussites de son premier album Catapulte : une ouverture de près de quatre minutes intenses avec des trompettes qui emmènent sa pop de chambre vers des sommets orchestraux. « La trompette, c’est moi aussi. J'ai appris à en

Continuer à lire