"Jerk" de Gisèle Vienne : mysterious skin

Théâtre | Représenter l’irreprésentable à l’aide de marionnettes : avec "Jerk", la metteuse en scène Gisèle Vienne propose un spectacle bluffant et glaçant construit autour d’une nouvelle de Dennis Cooper. Un choc.

Aurélien Martinez | Lundi 27 septembre 2010

Photo : Alain Monot


D'abord un comédien (Jonathan Capdevielle). Fascinant, il garde le public en haleine, le tenant par les tripes, les lui retournant avec une innocence naïve propre à ceux qui n'ont pas véritablement conscience de ce qu'ils ont fait. Il interprète ainsi David, adolescent emprisonné suite à une série de meurtres sauvages et sordides dont il était le complice avec un autre camarade de classe. Leur mentor, celui qui ramenait chez lui de jeunes garçons sexy pour les conduire vers une mort inéluctable mêlant barbarie et plaisirs sexuels, utilisait le corps de ses victimes comme la pâte à modeler naturelle de ses fantasmes érotiques et mortifères.

Jonathan Capdevielle est donc le David d'après l'horreur. Le David qui se retrouve devant une classe d'étudiants en psychologie venue l'étudier, et qui choisit la forme théâtrale et les marionnettes enfantines (quoique) pour représenter ce à quoi il a participé – il filmait et archivait le tout. Des marionnettes désincarnées – comme l'étaient les martyrs au moment de mourir – qui permettent de placer une distanciation visuelle entre le propos et la réalité sans pour autant éluder les aspects les plus barbares des meurtres, à l'image de cette longue scène de fist-fucking au réalisme cru – bruitages aidant.

Monologue gore

Figurer pour mieux représenter ce corps déshumanisé : tel est le pari de la marionnettiste et plasticienne grenobloise Gisèle Vienne, artiste reconnue (inter)nationalement mais bizarrement peu vue chez nous (elle présente son Jerk, création 2008, dans une toute petite salle, les programmateurs locaux ne la soutenant pas beaucoup aux dires de sa compagnie). Avec des marionnettes conçues par ses soins et une mise en scène d'une retenue bienvenue, les mots de l'auteur américain subversif Dennis Cooper (qui, pour élaborer son récit, s'est donc basé sur les crimes réellement perpétrés par un tueur en série dans les années 1970, aux États-Unis) n'en deviennent que plus glaçants. Même si le texte referme aussi un humour noir très fort – on rit beaucoup pendant la représentation.

Jerk devient alors un spectacle contemporain d'une grande puissance, qui dépasse la simple mise en évidence de la fascination de l'humain pour la mort et sa représentation, en allant chercher au plus profond de nous cette animalité enfouie que la société nous commande de retenir à juste titre.

JERK
Du jeudi 30 septembre au samedi 2 octobre à 20h30, au Halage (Grenoble) – en face du 4 rue Blanche Monier. Réservations au 01 46 33 37 68.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Voici 23 spectacles pour une saison théâtrale grenobloise variée

Panorama de rentrée culturelle 2020/2021 | Les théâtres de Grenoble et de l'agglomération ont de nouveau dégainé des programmations bourrées de propositions qu'on avait envie de défendre. Suivez-nous ! Par Aurélien Martinez et Nadja Pobel

La rédaction | Mercredi 14 octobre 2020

Voici 23 spectacles pour une saison théâtrale grenobloise variée

Western ! À Grenoble et aux alentours (ce que l’on appelle de par chez nous le Dauphiné), Serge Papagalli est une légende qui foule les scènes de la région depuis maintenant 50 ans. Pour célébrer cet anniversaire comme il se doit, et avant de le croiser fin novembre sur grand écran dans le film Kaamelott (le fameux Guethenoc le paysan, c’est lui) d’Alexandre Astier, notre homme se lance dans le western-spaghetti et théâtral, lui qui revendique fièrement ses origines italiennes. Avec une douzaine de comédiennes et comédiens à ses côtés (dont pas mal de fidèles de chez fidèles toutes générations confondues), son Western ! était forcément très attendu par un paquet de monde. Dont nous. AM À la MC2 du mardi 13 au jeudi 22 octobre Au Théâtre Jean-Vilar (Bourgoin-Jallieu) vendredi 6 et samedi 7 novembre Au

Continuer à lire

PB d'or 2018 : spectacle vivant

C'était 2018... | Où l'on sacre une comédienne et une metteuse en scène.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : spectacle vivant

Le PB d’or de la comédienne qu’on pourrait récompenser chaque année : Émilie Geymond Agnès Jaoui a bien reçu six César, alors pourquoi Émilie Geymond ne pourrait-elle pas avoir deux PB d’or ? Surtout que son premier remonte à 2012, soit l’année où nous avons créé ces récompenses très subjectives. On l’avait ainsi dinstiguée dans la catégorie « meilleur espoir ». Six ans plus tard, Émilie Geymond est une comédienne reconnue sur la scène théâtrale locale ; et qui illumine pas mal de spectacles avec son approche fine du registre comique. Voire même clownesque, comme dans son seule-en-scène Cléopâtrak qu’elle tourne depuis un an. On peut dire qu’on est fans, oui. Le PB d’or de la metteuse en scène

Continuer à lire

Gisèle Vienne : 50 nuances de sombre

Portrait | Mardi 27 et mercredi 28 février, la MC2 programme le spectacle "Crowd" de la metteuse en scène Gisèle Vienne. Soit quinze danseurs et danseuses, habillés comme à la ville et aux mouvements soigneusement "retravaillés" (ralentis, saccades …) qui, sur une bande-son techno pointue, se lancent dans une longue rave-party ; ou plutôt dans une longue fin de rave, la terre et les détritus parsemant le plateau matérialisant cet après impalpable. Un choc esthétique signé par l’une des artistes françaises les plus passionnantes, à l’univers sombre et protéiforme. Portrait.

Aurélien Martinez | Mardi 20 février 2018

Gisèle Vienne : 50 nuances de sombre

Septembre 2010. Nous nous rendons dans une maison au fin fond du quartier grenoblois de l’Île verte afin de découvrir Jerk, solo pour un marionnettiste (Jonathan Capdevielle) qui bénéficie d’un incroyable bouche-à-oreille depuis sa création en 2008. Et ce malgré la dureté du propos – « une reconstitution imaginaire des crimes perpétrés par le serial killer américain Dean Corll qui, avec l’aide de deux adolescents, a tué plus d’une vingtaine de garçons dans l'État du Texas au milieu des années 1970 » comme l’a écrit en note d’intention la metteuse en scène Gisèle Vienne, qui a imaginé cette pièce forte et dérangeante d’après une nouvelle de l’écrivain étasunien Dennis Cooper. Voilà qui plante le décor. Ce soir-là, nous étions donc chez un particulier et non, au pif, sur la scène de la MC2 ou de l’Hexagone de Meylan. Pourtant, Gisèle Vienne, qui a passé une grande partie de son enfance et le début de sa vie professionnelle à Grenoble, était déjà à cette période une artiste de renommée nationale voi

Continuer à lire