"Les Clowns" : Shakespeare avec nez rouge

Théâtre | "Les Clowns", c’est un spectacle sur le théâtre porté par trois clowns rocambolesques : un véritable coup de cœur.

Aurélien Martinez | Vendredi 18 novembre 2011

Quand des clowns s'ennuient, que font-ils ? Ils s'essaient au théâtre, tout simplement. Et, quitte à y aller franco, autant se confronter au mythique Shakespeare, à ses intrigues à rallonge et ses personnages en veux-tu en voilà. Le Roi Lear, c'est bien, non ? Bon, certes, quand on est trois, le challenge ressemble plutôt à une gageure. Mais qu'importe, il n'y a qu'à s'adapter. On réduit la distribution au maximum, quitte à fusionner plusieurs rôles en un. Et niveau scénographie, quelques cartons ramassés ici et là serviront bien à faire un château, non ?

Les Clowns, c'est ça ; une subtile mise en abyme orchestrée par trois clowns apprentis comédiens : Boudu (Bonaventure Gacon, croisé l'an passé à l'Hexagone de Meylan), Arletti (Catherine Germain, qui a notamment collaboré avec les Musiciens du Louvre Grenoble) et Zig (Dominique Chevallier). Tous trois réunis par l'homme de théâtre François Cervantes, passionné par le monde des clowns.

Moi aussi je veux un cheval

Les deux premières scènes servent de présentation. On découvre les trois interprètes, leurs différents caractères : Boudu est bougon, Arletti ingénue, et Zig lunaire. Une mise en bouche pour plonger ensuite dans le cœur du spectacle. C'est Arletti qui propose l'aventure aux deux autres. Elle se fait metteuse en scène, et incarne aussi le rôle principal de la pièce : celui de Lear, qui partage ici son royaume entre ses deux filles, leur demandant en échange de leur prouver leur amour. L'aînée Goneril, interprétée par un Zig tout en beauté, s'exécute, et hérite d'un splendide château. La plus jeune, Cordélia, campée par Boudu, refuse de se plier à cette mascarade, et sera envoyée en France… Enfin, en coulisses !

Car chaque situation est prétexte au détournement et au rire fin, ces clowns refermant en eux une humanité à peine masquée. Ainsi, derrière ses airs de mangeur de jeunes filles, Boudu a tout de l'être sensible préférant se terrer au fond de sa grotte plutôt que d'affronter le monde. Un monde que lui offrira la fée Arletti via le théâtre, métaphore sur le rôle fédérateur de cet art vieux comme le monde. Une création touchante, emplie de poésie et de tendresse, même dans ces moments les plus cavaliers, quand la tension se fait de plus en plus pressante entre les personnages, et où les « salope » fussent à tout va.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Voici 23 spectacles pour une saison théâtrale grenobloise variée

Panorama de rentrée culturelle 2020/2021 | Les théâtres de Grenoble et de l'agglomération ont de nouveau dégainé des programmations bourrées de propositions qu'on avait envie de défendre. Suivez-nous ! Par Aurélien Martinez et Nadja Pobel

La rédaction | Mercredi 14 octobre 2020

Voici 23 spectacles pour une saison théâtrale grenobloise variée

Western ! À Grenoble et aux alentours (ce que l’on appelle de par chez nous le Dauphiné), Serge Papagalli est une légende qui foule les scènes de la région depuis maintenant 50 ans. Pour célébrer cet anniversaire comme il se doit, et avant de le croiser fin novembre sur grand écran dans le film Kaamelott (le fameux Guethenoc le paysan, c’est lui) d’Alexandre Astier, notre homme se lance dans le western-spaghetti et théâtral, lui qui revendique fièrement ses origines italiennes. Avec une douzaine de comédiennes et comédiens à ses côtés (dont pas mal de fidèles de chez fidèles toutes générations confondues), son Western ! était forcément très attendu par un paquet de monde. Dont nous. AM À la MC2 du mardi 13 au jeudi 22 octobre Au Théâtre Jean-Vilar (Bourgoin-Jallieu) vendredi 6 et samedi 7 novembre Au

Continuer à lire

"Cornélius, le meunier hurlant" : futur classique intelligent du cinéma jeune public ?

ECRANS | de Yann Le Quellec (Fr., 1h47) avec Bonaventure Gacon, Anaïs Demoustier, Gustave Kervern…

Vincent Raymond | Lundi 30 avril 2018

Cornélius Bloom choisit d’installer son futur moulin dans un village du bout du monde, où il tape dans l’œil de Carmen, la fille du maire – belle comme un coquelicot. Mais le meunier souffre d’une étrange affection : il hurle la nuit comme un loup. La population finit par le chasser… Avec son titre à moudre debout, cette fable chamarrée donne déjà de sérieux gages d’excentricité. Elle les assume dès son introduction, escortée par une ballade infra-gutturale chewing-gumisée par Iggy Pop dans son français rocailleux si… personnel. Auteur de Je sens le beat qui monte en moi (2012), Yann Le Quellec sait s’y prendre pour créer une ambiance décalée à base d’absurdités légères. Il a de quoi la maintenir tout au long des (més)aventures de Cornélius, dans un style entre Jacques Tati et James Thierrée, où il conjugue la virtuosité acrobatique de ces poètes du déséquilibre et une fantaisie de jongleur de mots. Histoire d’exclusion et de différence avec un prince charmant un peu crapaud (à barbe), un loup (ou du moins son cri), une fille du roi (enfin, du maire), un rival jaloux et une sorcière (bon, d’accord, c’est un toubib i

Continuer à lire

"Carnages" : la nuit des clowns-vivants

Théâtre | Après l’excellente surprise "Les Clowns" la saison passée, François Cervantes présente cette semaine sa nouvelle création baptisée "Carnages", avec de nombreux interprètes sur scène. Dont notamment la toujours impressionnante et touchante Arletti, campée par la comédienne Catherine Germain, que l’on a décidé de rencontrer.

Aurélien Martinez | Vendredi 3 mai 2013

Au cinéma, la figure du zombie sert en premier lieu à figurer l’horreur, mais aussi à donner une clé de lecture supplémentaire. Ainsi, les films du réalisateur culte George A Romero sont on ne peut plus politiques, les zombies représentant l’abrutissement de la civilisation, ou encore le consumérisme stérile lorsqu’ils errent dans des supermarchés déserts. Au théâtre, la figure du clown est elle aussi plus chargée qu’elle n’y paraît, avec évidemment une symbolique différente. Car derrière la posture comique, le clown permet de dépeindre les rapports humains en s’éloignant du texte didactique pour se centrer sur le corps. Comme dans Carnages, la nouvelle création de François Cervantes, qui s’intéresse à des clowns contraints de vivre ensemble. Catherine Germain, qui incarne Arletti (au premier plan sur la photo), nous explique les intentions du metteur en scène avec qui elle collabore depuis vingt-cinq ans : « Pour Carnages, François était intéressé par l’idée du nombre : comment faisons-nous lorsque l’on est plusieurs pour habiter un endroit – ici la scène. Comment chacun continue à s’habiter lui-même, à

Continuer à lire