Les Chiche Capon : « On est des clowns modernes déjantés »

Spectacle / Interview | Les Chiche Capon, c’est un quatuor clownesque complètement fou qui, depuis quinze ans, remplit les salles grâce à des fidèles qui en redemandent quand on leur tape dessus avec des frites de piscine en mousse. À l’occasion de la venue de la compagnie au Théâtre de Grenoble avec son spectacle musical (au sens large) LA 432, et comme on avait quelques questions à leur poser, on a rencontré trois des quatre Chiche Capon. Voici la retranscription la plus claire possible de cet entretien un poil décousu !

Aurélien Martinez | Mardi 15 novembre 2016

Photo : Esther Marek


Au Petit Bulletin, on a eu du mal à classer le spectacle dans notre agenda – on l'a finalement rangé dans la rubrique "spectacles divers". Comment, vous, le définiriez-vous ?

Les Chiche Capon, tous ensemble : On ne sait pas vraiment… On peut dire absurde, déjanté, burlesque, clownesque… Oui, clownesque, c'est ce qui nous correspond le mieux. On est des sortes de clowns modernes déjantés.

Ce qui a du sens, comme vous venez pour trois d'entre vous du monde du clown. Comment est née la compagnie ?

Patrick de Valette : Avec Matthieu et Fred, on s'est rencontrés au Samovar, une école de clown à Bagnolet. On était tous les trois dans la même promo. Personnellement, j'avais vraiment un humour en commun avec Mathieu. À un moment donné, j'ai proposé qu'on aille à Avignon faire la manche. Matthieu est venu, puis Fred aussi : on allait pas lui dire de repartir ! Ça a tout de suite marché, et ça ne s'est jamais vraiment arrêté depuis 2001, date de la création de la compagnie.

Quatre ans plus tard, votre trio de clowns est devenu un quatuor, avec l'arrivée d'un membre issu d'un autre univers…

Ricardo Lo Giudice : Je les avais souvent vus sur scène, j'étais un vrai fan. On sortant la première fois de leur spectacle, je me suis dit : je veux faire ça moi aussi. Et j'ai eu la grande chance que, pour leur deuxième spectacle, ils cherchent un musicien. Enfin, un musicien-comédien…

Patrick : Oui, on voulait faire un cabaret avec un musicien qui puisse aussi jouer avec nous. Une sorte de Monsieur Loyal.

Ricardo : C'est sûr que si vous aviez cherché un vrai musicien, vous ne m'auriez pas pris !

Patrick : (rires) C'est clair, on en aurait pris un bon !

Ricardo : Depuis 2005, je suis donc avec eux et c'est un régal, je suis très très heureux !

Patrick : On n'a jamais réussi à s'en débarrasser !

LA 432, que vous venez présenter à Grenoble, est le quatrième spectacle de la compagnie. Et il parle de musique jusque dans son titre assez énigmatique pour les profanes…

Ricardo : Pour ce spectacle, oui, on voulait parler de musique. On est donc partis du "la 432 hertz", la note de résonnance de l'univers. Car on essaie toujours de s'attaquer à des sujets plus grands que nous. Dans le précédent spectacle, on parlait de l'évolution de l'homme. Du coup, qu'est-ce qu'il y a avant ? Le big bang. Et pour le prochain spectacle, on essaiera de savoir ce qu'il y a eu encore avant, en partant du vide, du néant, du rien…

Le spectacle est très fou, avec plusieurs saynètes qui s'enchaînent sans forcément de lien… Pourtant, on imagine qu'il est très écrit. Comment l'avez-vous construit ?

Matthieu Pillard : Il y avait des numéros qu'on avait déjà testés en cabaret. On est aussi beaucoup partis d'impro, de ce qui nous arrive en vrai dans la vie… Le début où l'on veut annuler la représentation, ça nous est vraiment arrivé avant une première où l'on était très stressés !

Depuis quinze ans, vous avez réussi à réunir un public autour de vous, qui vous suit dans toutes vos aventures. Ça doit être très agréable cette fidélité !

Matthieu : Ça fait quinze ans qu'on existe donc ouais, à force, on a créé une petite communauté. Les gens nous suivent beaucoup sur les réseaux sociaux par exemple…

Ricardo : En tournée, on a un public qui sait ce qu'il vient voir, et qui, à chaque fois, ramène des potes, ce qui fait grossir la communauté. C'est impressionnant.

C'est d'ailleurs comme ça qu'on vous a découverts un été à Avignon, sans forcément savoir ce que l'on allait voir. Les spectateurs néophytes sont-ils d'ailleurs toujours contents ? Car, parfois, vous en malmenez certains en leur criant dessus ou en les frappant avec des frites en mousse !

Matthieu : Oui, ça se passe toujours bien !

Ricardo : Certains pensent parfois qu'on va un peu loin mais c'est maîtrisé. On sait choisir nos cibles, on va aller vers ceux qui sont déjà morts de rire. Et puis si jamais il y a une mauvaise réaction, avec par exemple quelqu'un qui n'est pas content, on désamorce tout de suite, et on passe à autre chose.

Votre univers clownesque fonctionne parfaitement sur scène. Avez-vous envie de l'emmener ailleurs, au cinéma par exemple ?

Ricardo : On en parle, on est sur des idées, mais il n'y a rien de concret… On discute avec des réalisateurs… Après, notre humour est quand même difficile à mettre en image ; notre force c'est vraiment le live.

LA 432
Au Théâtre municipal de Grenoble mardi 22 novembre à 20h30


Les Chiche Capon - LA 432

De et avec Fred Blin, Patrick De Valette, Ricardo Lo Giudice et Matthieu Pillard
Théâtre municipal de Grenoble 4 rue Hector Berlioz Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En septembre, c'est arts de rue avec l'excellent festival "Merci, Bonsoir !"

Arts de rue | Annulé l'an dernier du fait de la crise sanitaire, Merci, Bonsoir !, excellent festival dédié aux arts de rue, revient mi-septembre à Grenoble, au Parc Bachelard, pour une sixième édition. Avec notamment un spectacle clownesque complètement barré signé par l'un des cultissimes Chiche Capon.

Aurélien Martinez | Mardi 7 septembre 2021

En septembre, c'est arts de rue avec l'excellent festival

Au Petit Bulletin, on a quelques marottes. En spectacle vivant, les Chiche Capon, qui se définissent comme des « clowns sous acide imbattables dans la crétinerie flamboyantes », en font partie. Avec eux, sur scène, c'est un déferlement a priori anarchique (ça glousse, ça crie, ça chante, ça tape ses congénères – voire même le public) pourtant savamment construit par le quatuor : on adore ! Ensemble, tout devient possible comme disait un président de droite. Mais un par un également. Car depuis quelques années, les Chiche Capon évoluent parallèlement en solo, en conservant l'âme punk qui les habite collectivement. Quand on a épluché la programmation de la prochaine édition du festival Merci, Bonsoir !, on a donc été ravis de voir le nom de Patrick de Valette et de son fameux spectacle Hobobo (photo).

Continuer à lire

All I want for Christmas is... une place de concert ou de spectacle

Sélection de Noël | Et voici notre traditionnelle sélection de cadeaux de Noël immatériels faite de places de spectacles et de concerts pour lesquels, bien sûr, il reste de la place. Histoire de faire sensation sous le sapin (et, surtout, tomber juste), on vous a classé ça selon les goûts de celles et ceux qui recevront votre présent.

La rédaction | Mardi 4 décembre 2018

All I want for Christmas is... une place de concert ou de spectacle

Pour les fans de chanson classieuse en VF Angèle (photo), c’est le phénomène pop de ces derniers mois grâce à une poignée de petits tubes entêtants (La Loi de Murphy, Je veux tes yeux, La Thune…) savamment mis en musique et qui, avant même la sortie de l’album début octobre, lui ont fait remplir des salles. Comme la Belle électrique, dans laquelle la Belge jouera à guichets fermés mercredi 12 décembre. Au vu du succès dingue, une autre date grenobloise a donc été rajoutée, en mai et dans une salle encore plus grande : le Summum. Classe. Angèle Au Summum jeudi 23 mai. 33€ Pour celles et ceux qui, au théâtre, adorent qu’on leur raconte de grandes histoires Littoral, Incendies, Forêts… Avec les pièces-fleuves qu’il propose depuis presque 20 ans, le

Continuer à lire

"LA 432" : du clown réglé comme du papier à musique

Spectacle | Zoom (enflammé) sur le spectacle que les fameux Chiche Capon viendront présenter mardi 22 novembre au Théâtre municipal de Grenoble.

Aurélien Martinez | Mardi 15 novembre 2016

« Au début de ce projet, on avait beaucoup d’ambition. On est partis d’un principe très simple : l’homme n’est pas voué à se donner la main. Sauf en musique où il est capable de bien plus. » C’est l’un des quatre Chiche Capon qui l’annonce, avec sa voix si particulière, après un début de représentation chaotique où l’annulation a semble-t-il fortement été envisagée – du moins c’est ce qu’on a cru comprendre des discussions qui émanaient des coulisses. Nous voilà donc embarqués pour 1h30 de spectacle sur la musique. Mais un spectacle clownesque déjanté où cette histoire de fréquence "la 432 Hz" faisant office de base d’accord à tous les musiciens sert surtout de prétexte à une succession de tableaux hilarants dans lesquels chacun des trois interprètes pousse son personnage à l’extrême (à un moment, l’un d’eux demandera même à son camarade trop investi de « lâcher le personnage ») face à un quatrième membre tentant tant bien que mal de canaliser tout ça. Et d’emmener cette drôle

Continuer à lire

Étudiants, au spectacle !

Numéro étudiant | « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut plus subjective de spectacles à voir selon le cursus suivi par vous autres étudiants. Sachant que tout le monde est libre de sortir des cases !

Aurélien Martinez | Jeudi 6 octobre 2016

Étudiants, au spectacle !

Pour les étudiants en sciences Max Bird On en a déjà parlé précédemment, on en remet une couche : l’humoriste Max Bird, qui « pense être, dans l’âme, plus un scientifique qu’un humoriste », est excellent dans son Encyclo-spectacle. Excellent et également passionnant quand il parle des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur le corps humain. De l’humour intelligent donc, avec en plus la possibilité pour les chercheurs en herbe de causer avec l’artiste après la représentation – enfin, on s’engage peut-être un peu trop, mais c’est souvent ce qui se fait à la Basse cour. À la Basse cour du jeudi 6 au samedi 8 octobre _______ Pour les étudiants en économie Celui qui tombe Adam Smith et consorts, c’est sympa mais bon, l’histoire de la manufacture d’

Continuer à lire

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

Panorama 2016/2016 | Pour cette saison 2016/2017, on vous a concocté un programme varié entre spectacles coups de poing, aventures atypiques et classiques rassurants. Suivez-nous, que ce soit à la MC2, à l'Hexagone, au Théâtre de Grenoble, à la Rampe, à la Faïencerie, au Théâtre en rond...

Aurélien Martinez | Jeudi 13 octobre 2016

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

LA 432 « Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires Chiche Capon présentent leur LA 432, que l’on a classé en théâtre parce qu’il faut bien le mettre quelque part. Sauf que c’est beaucoup plus que ça : un déferlement burlesque et musical (leur ritournelle Planète Aluminium reste très longtemps en tête) porté par des comédiens clownesques survoltés qui n’hésitent pas à secouer le public (ou à lui taper dessus). Joyeusement régressif ! Au Théâtre municipal de Grenoble mardi 22 novembre ________ Fables Un spectacle où certaines fables de Jean de La Fontaine (1621 – 1695) sont mises en scène par deux joyeux comédiens qui s’amusent véritablement à camper les différents animaux

Continuer à lire