"Romances inciertos" : si l'Espagne de François Chaignaud nous était contée

Danse | Enfin ! Quatre ans après sa création, et trois ans après un passage remarqué au Festival d'Avignon, le spectacle "Romances inciertos, un autre Orlando" du chorégraphe, danseur et chanteur François Chaignaud sera à Échirolles (la tournée avait été interrompue par la crise sanitaire). Un sublime mélange entre danse, chant et musique baroque espagnole, pour un moment magnétique presque hors du temps.

Aurélien Martinez | Mardi 4 janvier 2022

C'est un corps chantant et dansant qui se présente au public. Un corps androgyne, celui de l'artiste polymorphe François Chaignaud, pieds nus, en talons ou perché sur des échasses, dans de flamboyants costumes baroques. En trois actes, lui qui travaille depuis des années sur l'art du travestissement interprète trois personnages : la Doncella Guerrera, jeune fille partie à la guerre sous les traits d'un homme ; l'archange San Miguel, objet de dévotion ; et la Tarara, gitane andalouse passionnée.

Des « personnages qui n'ont d'autre choix que de transformer le réel à la mesure de leur désir » (extrait de la note d'intention) auxquels il donne donc corps par la danse, mais également voix par le chant, accompagné de quatre musiciens hors pair – et d'instruments comme le bandonéon, la viole de gambe, le théorbe... Tout est prouesse sur scène ; la danse bien sûr, le chant également, parfaitement maîtrisé. Et tout est fluide, envoûtant, dans ce voyage au cœur de l'Espagne baroque et de ses traditions qui nourrissent encore aujourd'hui le pays.

Le grand frisson

Pour imaginer ce spectacle avec le musicologue touche-à-tout Nino Laisné, François Chaignaud s'est inspiré d'un personnage de la romancière britannique Virginia Woolf : Orlando, jeune courtisan du XVIe siècle à la cour royale d'Angleterre, qui se réveille un jour femme et traverse les époques (jusqu'aux années 1920) en changeant d'identité. L'Orlando de François Chaignaud est également pluriel, et traverse plusieurs siècles de musiques (créées aux XVIe et XVIIe siècles, reprises sans cesse depuis) et de danses.

Cette sorte de mini opéra-ballet, sur le papier exigeant, presque intimidant, est pourtant une pure merveille. Qu'importe si l'on ne parle pas espagnol (pour les paroles, non surtitrées), qu'importe si certaines références nous sont inconnues : tout est fait ici pour convoquer le public au cœur d'un univers, et qu'il s'abandonne au maître de cérémonie François Chaignaud afin d'en garder des images, des sensations... Deux ans et demi après avoir découvert ce Romances inciertos, nous avons encore en mémoire la voix de tête de François Chaignaud, qui nous file toujours autant de frissons.

Romances inciertos, un autre Orlando
À la Rampe mardi 11 janvier à 20h, de 5€ à 31€


Romances inciertos

Plongeon dans une véritable épopée aux confluents de la danse et de la musique espagnoles.
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Exclusives Masterclasses : partage de bonnes grâces

Atelier | Tam tam tam, tam tam tam ! Les pieds nus claquent sur le sol du studio de danse du Pacifique. Ce mercredi matin, neuf danseurs pro ou semi-pro de (...)

Valentine Autruffe | Mardi 18 janvier 2022

Exclusives Masterclasses : partage de bonnes grâces

Tam tam tam, tam tam tam ! Les pieds nus claquent sur le sol du studio de danse du Pacifique. Ce mercredi matin, neuf danseurs pro ou semi-pro de la région (certains arrivent de Lyon ou de Chambéry) profitent d’un cours de danse de 3 heures dispensé par François Chaignaud. Ce virtuose a ensorcelé, la veille, le public de la Rampe venu assister à Romances Inciertos, un autre Orlando. Il officie le lendemain matin pour la première des Exclusives Masterclasses organisées par le Pacifique, le CCN2 et la MC2, en partenariat avec la Rampe. L’idée est simple : profiter de la venue dans l’agglo d’artistes de renom pour offrir aux danseurs locaux ces ateliers à bas prix, associés à des tarifs réduits pour assister à leurs spectacles. Au Pacifique mercredi, des danseurs visiblement de tous styles et de niveaux variés. L’entrée en matière est timide. « C’est cool, ces workshops, mais c’est toujours un peu intimidant… On a peur de ne pas avoir la bonne valise pédagogique », commente François Chaignaud, qui s’est délesté des fards du spectacle de la veille, mais pas de ses longs ongles de diva. Place à l’échauffement/étirement/assouplissement, qui dure près d’une

Continuer à lire

Danse : nos huit coups de cœur de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Un programme entre solo, chorégraphie de groupe, reprise bienvenue ou encore concours tourné vers l'avenir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Danse : nos huit coups de cœur de la saison

Vertikal À chaque spectacle, Mourad Merzouki confronte la danse hip-hop à une difficulté qui lui donne matière à création. Ce furent la musique baroque (Boxe, boxe), les arts numériques (Pixels) ; voici qu'il titille la verticalité du plateau avec des murs mouchetés de prises d'escalade et des déplacements latéraux. Si, au début, ses danseurs sont trop la démonstration de tous les mouvements possiblement réalisables avec cette contrainte et que le chorégraphe multiplie les séquences de danse qu'il superpose (on ne sait plus où et qui regarder), peu à peu, il oublie l'épate et se dégage alors une sensation d'apesanteur : les interprètes s'emparent des accroches du mur avec une facilité feinte. Et sa troupe respire avant d'embrayer sur un bouquet final saisissant. À la MC2 du mercred

Continuer à lire

Les sept merveilles de la saison prochaine

Saison 2019/2020 | Chaque année en septembre, nous sortons notre panorama de rentrée culturelle nourri en conseils culturels de tous ordres. Mais comme nous n’avons pas envie de vous laisser dépourvu l’été venu, voici un avant-goût centré sur les spectacles à d’ores et déjà réserver dans les salles de l’agglo pour ne pas se trouver bête lorsque la billetterie affichera complet.

La rédaction | Mardi 2 juillet 2019

Les sept merveilles de la saison prochaine

Ash Le chorégraphe Aurélien Bory réalise souvent des portraits dansés de femme. Après Stéphanie Fuster et Kaori Ito, il a travaillé avec l’interprète indienne Shantala Shivalingappa. Le résultat est un solo envoûtant construit avec de nombreuses images évocatrices, notamment grâce à de la cendre au sol ou encore à une immense feuille de papier en fond de scène qui sert de percussions. Et à la présence magnétique de la danseuse, entre tradition et modernité. À l’Hexagone (Meylan) mardi 26 et mercredi 27 novembre L’Homme à tête de chou Créée en 2009 d’après l’album de Serge Gainsbourg repris par Alain Bashung (que l’on entend sur la bande-son mais que l’on n’a jamais vu sur scène, son état de santé à l’époque puis, factuellement, sa mort ne lui ayant pas permis d’être face au public), cette chorégraphie de Jean-Claude Gallotta est une pure merveille chargée en émotions qui n’est pas écrasée par ce double hommage (ce que l’on aurait pu craindre), mais au contraire aérée par la grammaire "gallottienne" ici à

Continuer à lire