On vous décrypte le programme de la Fête des Lumières

Fête des Lumières 2019 / La Fête des Lumières se tiendra du jeudi 5 au dimanche 8 décembre. Détail des points forts de ce parcours, identique à celui des dernières années hormis le retour de la place des Terreaux au menu des festivités : Presqu’île, Fourvière, Vieux Lyon et Tête d’Or.

De plus en plus d’étrangers (parmi les presque deux millions de visiteurs) sont présents à la Fête, s’est félicité Gérard Collomb — qui pourrait en profiter pour légiférer un jour sur Airbnb afin que Lyon ne devienne pas cette ville musée, fut-elle parée de lumière durant quatre soirs chaque mois de décembre. Un jour, peut-être… Ceci est une autre histoire. Pour l’heure, le maire a présenté avec joie cette dernière édition de sa mandature. C’est aussi l’ultime pilotée par Jean-François Zurawik, directeur artistique de talent qui a fait de cette Fête un événement qui s’exporte dans le monde entier.

De nombreux artistes habitués sont de retour parmi les plus précieux comme le vannier Erik Barray qui, sur un kilomètre de berges du Rhône, va installer des cocons géants d’où s’échappent des papillons puis des lucioles étincelantes à hauteur du Parc de la Tête d’or qui accueille le Groupe F, spécialiste de pyrotechnie avec Regarde.

Christophe Martine est aussi un des fidèles de la Fête qui installe ses luminéoles dans le ciel depuis sa première apparition sur une passerelle du 9e arrondissement à l’époque où la Fête n’avait pas un périmètre de sécurité restreint. Dans l’installation Prairie éphémère, ces immenses cerfs-volants de quinze mètres voleront quarante mètres au-dessus de la place Bellecour et surplomberont les 500 "pampas" plantées au sol par le TILT qui nous avait habitué à distiller toutes sortes de lampes géantes dans la ville (lampes de poche, lampe d’architectes…)

Trois des plus marquantes œuvres de l’an dernier voient leur créateurs revenir, pour ce qui parait être le plus prometteur encore cette année : Place des Célestins, la direction de l’éclairage urbain et le génial Jérôme Donna donneront naissance à Lighting cloud, un nuage numérique qui, sous la densité des données, finira par exploser en mille morceaux sur les quatre façades de la place.

À l’Hôtel Dieu, c’est un éclairage digne des concerts de Nuits sonores qui prendra place avec Coda : un ballet de robots signé Tetro (aux manettes du formidable Deep Web à l’Hôtel de Région en 2016), mis en musque par Lucie Antunes.

Et place des Jacobins, l’Allemand qui avaient hypnotisé la cour de l’Hôtel de ville en 2018 propose une Wasserleuchten en lieu et place de la fontaine pour faire ressentir la puissance de vie et de destruction de l’eau.

Dans les lieux incontournables, la colline de Fourvière s’agrandira sous l’effet de la lumière de CozTen qui, avec Les Cueilleurs de nuages, prend en charge en plus des façades, le jardin de la roseraie pour faire éclore des fleurs ; aux Terreaux rénovés, avec Une toute petite histoire de lumière, il s’agira de raconter l’histoire de ceux qui font la lumière (les verriers, les allumeurs de réverbères…) et surtout, l’événement sera une fois de plus du côté de la cathédrale Saint-Jean confiée à ceux que la Fête des Lumières a, en partie, enfanté : les Theoriz, déjà présents en 2011 pour un Pacman interactif derrière la Part-Dieu. Sur la prestigieuse primatiale ils vont, avec Genesis, développer leur spectaculaire capacité d’invention tout en rendant grâce à l’architecture de ce site.

Enfin l’eau sera un élément majeur de cette édition. La place de la République accueille les lumignons du cœur (au profit de APF France handicap) en son bassin, dans de mini-barques mais surtout, sur la Saône, ce ne sont pas moins de 20 000 loupiotes qui vont déambuler au fil de l’eau entre les passerelles Saint-Georges et Abbé-Couturier le dimanche 8 à 19h (si la météo le permet).

À noter que la déambulation, absente l’an dernier, est de retour, confiée au marionnettiste allemand Tobias Husemann et ses Dundu (Du und du, toi et toi) qui les avait déjà baladées lors de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de foot outre-Rhin en 2006.

Le Pavillon de Sébastien Lefèvre, prévu l’an dernier sur une place des Terreaux trop en travaux avec la fontaine Bartholdi, sera bien présent cette année place Antonin Poncet afin de poursuivre sa marche dans cette ville illuminée.

Fête des Lumières
À Lyon du jeudi 5 au dimanche 8 décembre
Jeudi et dimanche de 19h à 23h, vendredi et samedi de 20h à minuit

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 5 décembre 2019 La dernière édition de la Fête des Lumières sous l'ère Collomb (sauf magie des élections) s'avère décevante dans ce que nous avons pu en voir en pré-ouverture dans les grands lieux. Et c'est Jérôme Donna sur la place des Célestins qui tire le mieux...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !