Les Alizés toujours dans la tourmente

Bron / Une semaine après nos révélations sur la situation compliquée affectant le cinéma municipal brondillant, l’incertitude est plus que jamais à l’affiche des Alizés. Et l’inquiétude de plus en plus grande du côté des salariés, des spectateurs et des professionnels du cinéma locaux…

D’habitude, c’est sur l'écran que l’on voit des rebondissements rapides. Pas autour. Pourtant, aux Alizés, les coups de théâtre affectent bien les murs de la salle. Pas le bâti, non — enfin, pas pour le moment —, mais bien ceux qui font tourner ce cinéma quadragénaire. La semaine dernière, on apprenait que la Ville de Bron par la bouche de son maire Jérémy Bréaud (LR) avait annoncé qu’elle envisageait de retirer à l’association Les Amis du cinéma la gestion des Alizés (dont elle possède les murs) pour mettre l’établissement en DSP (délégation de service public). Une décision très politique qui inquiétait les salariés, sans étonner la présidente de l’association, Manon Vialle, qui évoquait même la possibilité de participer au cahier des charges permettant de lister les critères pour désigner le candidat à la fameuse DSP… sans exclure de présenter la candidature de l’association, sous réserve de possibilité juridique.

à lire aussi : Bron : un drôle de vent souffle sur Les Alizés

Deux jours plus tard, lors de l’assemblée générale des Amis du cinéma, la même présidente renonce pourtant à se représenter au bureau — et par voie de conséquence à un nouveau mandat de présidente. En demeurant toutefois au conseil d’administration de l’association et en désirant s’impliquer dans la vie de la salle : « je continue d'être bénévole et d'animer des séances spéciales comme celle de mercredi », nous précise-t-elle. Elle n’est pas la seule à opérer cet étonnant “retrait stratégique“ au moment où s’engage pourtant une période décisive pour la pérennité de l’esprit des Alizés : en tout, cinq administrateurs font défaut. L’association (dont les statuts prévoient que son bureau doit comporter au minimum sept membres) ne peut alors élire son nouvel exécutif, faute de candidats. Une crise de gouvernance s’ajoute donc à la crise de fond.

Que s’est-il passé durant cette réunion du mercredi 16 juin ? Selon nos informations, un membre de l’association aurait saisi l’occasion de l’assemblée générale pour demander aux salariés leur ressenti sur la période “Covid“ durant laquelle le cinéma a été fermé — une initiative mal perçue par l’adjoint à la Culture Pascal Miralles-Fomine et les membres du CA, semble-t-il. Les réponses auraient encore moins bien été appréciées puisque les salariés, après avoir exprimé leur bonheur de revoir le public et de reprendre leur travail, auraient déploré une perte de salaire : bien que le cinéma Les Alizés ait bénéficié des dispositifs d’État alloués aux entreprises touchées par les effets du coronavirus, le choix de ne pas compenser les salaires à 100% aurait été pris par le CA.

Sollicitée pour donner un éclairage sur cette décision, Manon Vialle botte en touche : « comme vous le savez, dans une association, toutes les décisions sont prises par un vote démocratique à main levée et à la majorité. Il semble que le point de vue majoritaire ait été celui-ci. La règle n'impose pas de donner une justification à une réponse, je ne peux donc pas vous répondre plus précisément. »

Quid de l’avenir ?

Face à cette situation inédite d’une association sans tête (et surtout divisée), la Ville va-t-elle avancer ses pions plus aisément ? Décider de nommer un administrateur pour un an ? Demander la convocation d’une assemblée générale extraordinaire pour procéder à un nouveau vote ? D’après nos sources, Pascal Miralles-Fomines n’a pas manqué de souligner ces frictions lors de l’assemblée générale. Il aurait en tout cas livré une information essentielle : si d’aventure des travaux (pour une extension à trois salles) ou le transfert du cinéma sur le site de La Clairière devaient avoir lieu, ce ne serait pas avant le prochain mandat municipal. Dont acte. Là encore, nous avons tenté d’obtenir de la Mairie une déclaration quant à l’ensemble de ce dossier et à cette réunion. Réponse laconique : « la ville de Bron ne fera aucun commentaire concernant ce sujet ».

Des réactions de soutien

Le spectre de la fermeture hante aujourd’hui l’esprit des salariés, employés rappelons-le de l’association. Mais aussi des spectateurs. Ainsi mardi dernier, une pétition a vu le jour en ligne, émaillée d’un bref texte : « je demande à la Mairie de Bron de renoncer à son projet de transformation du cinéma au moyen d'une Délégation de Service Public. Je souhaite le maintien de la subvention municipale à l'association Les Amis du Cinéma afin de poursuivre l'action culturelle menée pour tous les Brondillant.e.s et les habitants de la Métropole. »

À cette initiative, l’ancienne présidente Manon Vialle réagit favorablement : « tout ce qui va en faveur de ce lieu culturel qui m'est cher est une bonne chose. Cela prouve également que le travail que nous avons fait jusqu'ici est apprécié par les spectateurs car ils souhaitent, comme moi, que ce cinéma continue de vivre. » Sans préciser toutefois si elle est signataire…

Ce lundi 21 juin, c’est au tour du GRAC (groupement d’action cinématographique), réseau fédérant 71 salles art et essai en Auvergne-Rhône-Alpes « d'exprimer son inquiétude concernant la gestion à venir du Cinéma Les Alizés à Bron », rappelant à la fois son implication dans la médiation ou « la mise en place du festival Drôle d’Endroit pour des Rencontres dont on célèbrera la 30e édition en janvier prochain. » Soulignant l’importance de « l'investissement humain, financier et de temps, capital pour qu’un cinéma garde son rôle d’acteur culturel, politique et social d'un territoire », le GRAC rappelle son « rôle de veille et d’attention à ce sujet [et qu'il] se tient à disposition des exploitants, mais aussi des élus. » Cette chance de dialogue sera-t-elle saisie ?

EDIT du mardi 22 juin : nous avons ajouté les réponses de Manon Vialle transmises tardivement après publication.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 14 juin 2021 L’un des plus anciens cinémas associatifs municipaux de la Métropole risque de changer de tête et de cœur : les Alizés de Bron sont jugés pas assez rentables par le nouvel exécutif, qui souhaite transformer sa gestion en les passant en DSP....
Vendredi 25 septembre 2020 La rentrée des salles se poursuit sur tous les écrans de la Métropole. Au tour des Alizés de Bron de proposer une soirée spéciale à destination de ses adhérents, avec (...)
Mercredi 25 janvier 2017 Si l’année 2016 fut meurtrière parmi les musiciens, elle n’a pas non plus épargné les gens de cinéma : emportant le réalisateur François Dupeyron, elle laisse un (...)
Mardi 26 janvier 2016 Cinq jours d’une extrême densité, pour célébrer le cinéma français dans la convivialité. Bien que dépourvu de compétition — ou justement parce qu’il (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !