Les punchlines de Waly Dia à la Bourse du Travail

Waly Dia

Bourse du Travail

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Humour / Le roi de la punchline et chroniqueur sur France Inter Waly Dia sera à l'affiche de la Bourse du Travail le vendredi 26 novembre avec son dernier spectacle, Ensemble ou Rien : 1h20 de one-man-show bien rodé, dynamique et incisif.

Après ses prouesses inaugurales en 2011 dans On n’demande qu’à en rire, l'émission de Laurent Ruquier puis au Jamel Comedy Club l'année suivante, Waly Dia a sillonné la France avec un premier spectacle, produit par Jamel et baptisé Garde la pêche ! : un succès. Pour son deuxième one-man, Ensemble ou rien, l'humoriste n'hésite pas à appuyer là où ça fait mal. Résultat ? Un spectacle juste, rythmé et brûlant d’actualité, qui se penche sur le vivre-ensemble et la diversité de la France.

à lire aussi : Haroun : « c'est l'humour noir qui m'a choisi »

Celui qui était défini comme « l'étoile montante » du stand-up il y a quelques années impose désormais sa plume parmi les grands de l’humour. Premier constat : un public très hétéroclite. Entre les quadras fan de ses billets hebdo sur France Inter, les nerds amateurs d’Osmosis — série futuriste sur Netflix dans laquelle Waly tint un rôle récurrent, lui qui fait l'acteur par ailleurs —, quelques jeunes (ou moins jeunes) en date, le natif de Grenoble fait salle comble. Et fédère.

Réfléchir

À en juger par son entrée sur scène au Toboggan de Décines le 21 octobre dernier, il a toujours la pêche. S’il commence par de courts sketches pour chauffer et tester son public (unanime sur celui de la femme juive handicapée, #FacileMaisÇaMarche), il nous balade ensuite de sujets d’actus en polémiques dans un stand-up finement écrit, aux enchaînements si fluides qu'on ne s'étonne même plus de la transition permettant de passer de Nordahl Lelandais aux Gilets jaunes...

1h20 durant, il s’attaque à ses propres contradictions comme aux nôtres, histoire d'offrir une mise au point nécessaire. Ses thèmes de prédilection ? Les grands défis de notre époque, les préoccupations sociales, religieuses, identitaires, sexuelles ou ethniques, le féminisme — il délivre aux femmes sa technique infaillible contre les hommes qui les suivent dans la rue — avant de s'attarder sur sa récente paternité, sans oublier de placer un ou deux tacles sur les rappeurs d’aujourd’hui avec de belles imitations à la clé. PNL vs Bigflo et Oli, fight.

Dédramatiser

Avec sa belle gueule, son énergie, son aisance et sa présence sur scène, cet ancien danseur se permet même quelques pas, l’air de rien, histoire de nous rappeler combien la scène est un espace de liberté. Et même quand un sujet parait glissant — une vanne un peu casse gueule sur les 72 vierges offertes aux kamikazes — Waly Dia, solide sur ses appuis, retombe sur ses pattes. L’écologie, la misogynie, le racisme… Son but, c’est surtout de dédramatiser. Chaque sujet est (presque toujours) finement analysé pour en souligner l’absurdité et mettre le rire au service d’une réflexion plus profonde. Ensemble ou Rien nous souffle à l’oreille un peu de tolérance, et combien il peut être utile de sortir d’un entre-soi permanent pour rire ensemble des choses qui fâchent.

Waly Dia
À la Bourse de Travail le 26 novembre à 20h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 19 mai 2021 Réservez votre fin août, la programmation de Woodstower est tombée : beaucoup de musique (rock, pop, rap, soul, musiques urbaines, électro, découvertes...) et pas mal de stand-up. Revue d'effectifs.
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Dimanche 8 septembre 2013 Une nouvelle salle l'an passé, un nouveau festival cette saison : bien que tous ses acteurs ne s'y retrouvent pas, le secteur du rire confirme sa vitalité. Benjamin Mialot
Vendredi 5 juillet 2013 Au Petit Bulletin comme ailleurs, il nous arrive de casser un peu de la distance critique qui nous sépare des artistes peuplant nos pages. Généralement (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter