Au Musée d'Art Contemporain de Lyon, trois nouvelles expositions autour du corps

Jesper Just

Musée d'Art Contemporain

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Art contemporain / Au Musée d’Art Contemporain, toute l’année 2023 sera consacrée à la thématique du corps. Un premier volet s’ouvre avec deux expositions, celles du Danois Jesper Just et des Suédois Djurberg & Berg, complétées d'un accrochage d’œuvres des collections du MAC.

Interfears, le film de l’artiste danois Jesper Just (né en 1974 à Copenhague), emprunte beaucoup de références à 2001, L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Mais il nous propose une trajectoire exactement inverse : non plus un voyage cinématographique contemplatif vers l’au-delà spatial et la transcendance, mais un voyage cinématographique vers l’en-deçà de notre enveloppe corporelle où gisent, circulent, s’entremêlent… nos émotions. Émotions qui sont peut-être, au fond, aussi mystérieuses que les abysses spatiaux. L’artiste, d’ailleurs, déclare (dans le dossier de presse) chercher pour chacun de ses films « à créer des histoires ambiguës et ouvertes — des sortes de "non-histoires", sans début ni milieu ni fin…/… Je n’ai aucune idée de la direction que je prends quand je commence ; et c’est ce qui me plaît, que tout à coup je me retrouve avec quelque chose que je ne pensais pas avoir. »

Le dispositif d’Interfears est assez simple : l’acteur Matt Dillon passe une IRM cérébrale en écoutant un extrait de la 5e Symphonie de Mahler et exprime les émotions et sensations qui le traversent (peur, soulèvement, joie, douceur…), sans que l’on sache vraiment si elles sont réelles ou récitées… Sur l’écran, les plans alternent lentement entre des images de l’acteur et des images de son cerveau, plongeant le spectateur dans une sorte d’état hypnotique.

Mille-feuilles

Mais au-delà de la simplicité de son dispositif et de la qualité de sa réalisation, Interfears nous intéresse à un autre niveau encore : il fait se frotter dans un même espace-temps (un huis clos de 16 minutes) toutes sortes de modes d’expression (ou de mesure) des passions humaines comme les appelait Descartes. Les émotions peuvent être filmiques, musicales, vocales, scientifiques. Elles peuvent être aussi objectives, subjectives, fictives… Le plan cinématographique, l’imagerie scientifique, la musique romantique, le jeu d’acteur sont autant d’éclats expressifs de nos émotions, autant de modalités de leur saisie ou de leur expression. Ces différentes strates enroulées en spirale dans le film de Jesper Just se doublent aussi de strates temporelles (l’ancestralité de la voix, la musique du XIXe siècle, le cinématographe du XXe siècle, l’imagerie du XXIe siècle), avec en sourdine une confrontation et une jonction entre l'humain et la machine, l’expression artisanale-artistique et la très haute technologie…

Délires d’argile

Au deuxième étage du musée, on bascule complétement d’univers esthétique avec les films d’animation du duo suédois Nathalie Djurberg et Hans Berg. Il y est là aussi question d’émotions, mais plus encore de désirs, de fantasmes, de délires… Tout un univers follement libre où le réalisme étant mort, tout est permis. Les personnages et les animaux en argile évoluent dans des décors et des ambiances dignes de contes de fées, pour nous livrer des historiettes visuelles tour à tour drôles, cruelles, perverses, voire franchement transgressives. Ainsi, d’une mère et ses trois enfants qui s’amusent sur un lit, avant que la scène ne bascule dans un érotisme incestueux, un fantasme de retour dans la matrice maternelle, et un final littéralement monstrueux !

Au premier étage, une sélection d’œuvres des collections du MAC autour du thème du corps, permet de découvrir ou de redécouvrir un grand nombre de vidéos et de photos de performances jouant avec les extrêmes (de la douleur, du bon goût...), signées Vito Acconci, Denis Oppenheim, Marina Abramović & Ullay… Et, dans un genre plus apaisé, un très beau triptyque de scène de plage de Marc Desgrandchamps, des photographies de Delphine Balley, ou trois grands portraits à la neutralité saisissante de Thomas Ruff.

Jesper Just, Interfears
Nathalie Djurberg & Hans Berg, La peau est une fine enveloppe
Incarnations, Le Corps dans la collection du MAC
Au Musée d’Art Contemporain jusqu’au 9 juillet

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Mercredi 13 septembre 2023 Pour sa 5e édition, le festival de street-art Peinture fraîche quitte la halle Debourg pour investir sa voisine aux anciennes usines Fagor-Brandt. Du 11 octobre au 5 novembre, 75 artistes s'exposent sur 15 000m2.
Lundi 12 juin 2023 Le musée à l’architecture déconstructiviste accueille, jusqu’au 18 février, "Afrique, mille vies d’objets". Ces 230 objets africains, principalement datés du XXe siècle, collectés par le couple d’amateurs et marchands d’arts Ewa et Yves Develon,...
Mercredi 5 octobre 2022 Kashink détonne dans le paysage du street art depuis une quinzaine d’années. Sa pratique engagée se met au service d’un discours sur l’identité. À travers ses peintures de masques, elle nous raconte notre complexité, nous invite à l’embrasser avec...
Mardi 30 août 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Mardi 15 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 23 février 2022 Très loin d’être un musée de cire façon Tussaud, la nouvelle expo de La Sucrière revêt une réelle démarche artistique et permet de naviguer dans le courant de la sculpture hyperréaliste, jamais réellement structuré mais créé par des artistes...
Mardi 15 février 2022 Deux expositions personnelles, une exposition collective… Tania Mouraud connaît une forte actualité à Lyon. L’occasion de revenir sur cette figure importante de l’art contemporain.
Vendredi 4 février 2022 Du street-art australien au travail rigoureux du photographe Philippe Bazin, en passant par les espaces réinventés de Georges Rousse, on mélange tout dans notre shaker, ce mois-ci, pour vous inviter à découvrir plusieurs belles expositions à Lyon.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X