La Mensch

MUSIQUES | Portrait / Vale Poher. Exilée à Paris depuis peu, la riot girl lyonnaise est pourtant de retour avec Mensch son nouveau projet musical. Un duo électro-rock dansant mais empreint de la rage sonique qui a toujours animé la chanteuse. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 28 octobre 2010

Pour beaucoup, il y a le rock et puis il y a le rock de filles, qui se voudrait forcément militant et féministe, cherchant même dans les décibels une forme de virilité dont la rockeuse aurait par essence été privée à la naissance. En réalité, il n'y a qu'un homme pour penser ainsi. En dépit d'un certain attachement à la scène riot girl, Vale Poher, elle, est à peine effleurée par la question : «Le côté être une fille et faire de la musique je n'y ai jamais pensé. C'est quand j'ai commencé à jouer avec des groupes que j'ai vu que c'était plus compliqué, je me retrouvais dans le rôle de la potiche. En fait, c'est le regard de l'autre qui te présente comme différent. Moi, quand je me lève le matin, je ne me dis pas que je suis une fille». Plutôt Dylan que PJ
Disant cela, Vale Poher est pourtant souvent présentée comme une figure de ce rock de filles, ce qui la flatte autant que cela l'agace. Parce qu'il faut toujours, comme ici, en passer par se sujet quand ce qui importe vraiment est la musique. Et aussi parce que les femmes, on a parfois tendance à l'oublier, représentent la moitié de l'humanité. Et donc, potentiellement, la moitié des guitares. Paradoxale, encore, mais logique dans son raisonnement, celle qui a été révélée par les Femmes s'en mêlent, un festival dont la raison sociale est de mettre des filles sur scène, applaudit l'initiative, mais souhaiterait qu'elle ne soit plus utile autrement que pour la blague : «je suis proche de S'étant chaussée (autre association programmant des filles), ou de la scène riot, mais j'aimerais qu'on n'ait plus besoin de ça pour se défendre». En réalité, Vale Poher n'a besoin de personne pour se défendre. Consciente vers 12 ou 13 ans que, dans ses mains, la guitare familiale ne reproduisait qu'approximativement les accords des chansons des autres, l'adolescente s'est mise à écrire les siennes, avec les moyens du bord et une farouche envie d'en découdre : «j'ai toujours voulu faire ça», dit-elle. Au petit jeu des comparaison, féminines (obligé), évoquez PJ Harvey, elle répondra : «je préfère qu'on me compare à PJ qu'à Olivia Ruiz mais dans le genre seule avec une guitare je me sens bien plus proche de Bob Dylan ou de Neil Young». Ne pas se méprendre en effet : cette rage qui affleure (et parfois explose) dans la musique spasmophile de Vale Poher est la même que celle qui anime les deux totems du folk-rock depuis toujours. Une langue vindicative, une sécheresse folk et une certaine forme de furia électrique. Tout cela, Vale Poher l'a d'abord mis, au début des années 2000, au service du duo Elka Asa, vite réputé puis séparé car arrivé «au bout de quelque chose, comme dans la vie, parfois». Le début d'une longue période solo, moins par choix que par obligation : «Quand j'ai commencé la musique, je n'imaginais même pas jouer seule un jour. Mais à ce moment là, je ne connaissais personne. C'est difficile de trouver des gens avec qui jouer. Il faut avoir la même motivation, les mêmes aspirations». Genre Humain
Seule, la musicienne apprend et s'épanouit, et surtout épanouit ses auditeurs avec "Mute", son premier disque en forme de coup de poing dans la rate, puis "Tauten", plus bruitiste, tourné vers le chaos. Tout en évoluant musicalement, Vale Poher fait aussi le choix, courageux, de la professionnalisation. «Pendant longtemps, j'ai bossé à côté. Mais à un moment ce n'était plus possible. Quand tu consacres tous tes jours de congés à la musique, c'est épuisant et ça n'aide pas à créer. La difficulté c'est la logique du succès : tu es obligé de réussir pour pouvoir manger, ce qui était moins le cas avant. Mais j'ai eu la chance de bosser sur d'autres choses qui m'ont permis de continuer professionnellement». Comme la composition de musiques de film en vue de ciné-concerts ou ses collaborations avec Doctor Flake ou Saâdane Afif pour l'installation "Blue Time vs Suspense". Mais rien ne remplace le frisson du groupe, retrouvé avec le Vale Poher Group, trio formé en vue de rendre à son dernier album "Tauten", la puissance sonique qu'il mérite sur scène. C'est d'ailleurs de là, et du départ de la batteuse, qu'est née l'idée de Mensch, partagée avec sa bassiste d'alors, Carine Di Vita : «Mensch c'est le projet dont je suis la plus fière, pourtant c'est allé très vite, avec beaucoup d'envie et d'évidence. Quand on s'est retrouvées toutes les deux avec Carine, on est parties sur ce projet, qui nous a amené vers ce côté un plus pop, alors qu'avec Vale Poher on est dans quelque chose de plus rugueux, moins dans la séduction». Quand à ce nom, en allemand, il signifie humain. Et, comme le précise Vale, c'est un mot qui n'a pas de genre. Mensch, ni masculin, ni féminin. Et pourtant pas vraiment neutre. Mensch
Au Sonic, jeudi 4 novembre
"Dance & Die". Disponible en téléchargement gratuit sur http://www.menschband.com ou en vinyle.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Belle de journées

Festival | Peut-être est-ce parce que la période sent bon la rentrée, les cahiers neufs et le retour des ennuis domestiques, mais il semble qu'une fois de plus les (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 8 septembre 2016

Belle de journées

Peut-être est-ce parce que la période sent bon la rentrée, les cahiers neufs et le retour des ennuis domestiques, mais il semble qu'une fois de plus les effectifs de la classe 2016 de ces Belles Journées sises en terre berjalienne, ont comme un goût de tête de classe, de best-of de la dernière année scolaire, de revue de bêtes à concours, de troupe d'élite pour classe prépa rock. Entre (nos) chouchous de longue date (Mensch, Harold Martinez) dont on ne sait plus très bien s'ils accompagnent notre évolution ou nous la leur, nos coups de foudre plus récents (Grand Blanc, Rover) annoncés mais convertis tout de même en grande claque, celle de la surprise de surpasser nos attentes (l'album de Grand Blanc, le second LP de Rover) et valeurs sûres indéboulonnables de la chanson française comme Arman Méliès (on repense avec émoi à son grand incendie), le culte Dominic Sonic ou La Grande Sophie encore, on compte quelques valeurs montantes comme Broken Back. Parmi elles, s'il faut se pencher sur un espoir à chérir, ce s

Continuer à lire

Wine & Noise : Bouche à oreille

MUSIQUES | Que boire en écoutant du rock ? Qu'écouter pour accompagner son ballon de rouge ? Voilà les questions auxquelles se proposent de répondre Wine & Noise avec son concept de concert-dégustation mariant le tanique et le sonique. Dégustons du Mensch, sans modération. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mercredi 27 janvier 2016

Wine & Noise : Bouche à oreille

« Le vin s'accorde à l'oreille » et « la musique peut expliquer ce que l'on boit » : tel est le concept à double détente de Wine & Noise (dont voici la 13e édition), concert-dégustation où œnologie et programmation musicale se partagent le tastevin pour réconcilier papilles et cellules ciliaires, leurs cousines d'oreille. Ce genre de rendez-vous mélangeant des univers très différents (mais le vin et la gastronomie ne sont-il pas des arts ? Vous avez quatre heures) a une furieuse tendance à fleurir ces derniers temps. Wine & Noise émane d'une bande d'amoureux du vin et de la musique de jeune aux goûts aussi pointus dans un domaine que dans l'autre – ils en parlent magnifiquement sur le site internet afférent. Nos a priori voudraient que ce soit inhabituel, boire un bon verre de vin est plus souvent associé à l'écoute d'un opéra capiteux en kimono de soie à la lueur de l'âtre et l'écoute de rock à l'ingestion compulsive de roteuse bas de gamme à 8, 6° – que se rassurent les puristes de la binouze, il existe également une variante Beer & Noise de ces soirées. Noblesse de bouche L'idée : un grou

Continuer à lire

This Charming Mensch

MUSIQUES | Sur "Dance & Die", l'Ep quatre titres de Mensch, il y a une fantastique reprise de "This Charming Man" des Smiths. Une manière, dit Vale Poher, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 28 octobre 2010

This Charming Mensch

Sur "Dance & Die", l'Ep quatre titres de Mensch, il y a une fantastique reprise de "This Charming Man" des Smiths. Une manière, dit Vale Poher, d'assumer son côté pop. Mais à la verve guillerette et bondissante de l'original, portée par la voix hululante de la diva Morrissey, Mensch répond par un désossage-éparpillement de ses différents ingrédients. Résultat : une mise à nue frontale du sous-texte sombre du morceau. "Island" et "Mystery Train (of Life)" les morceaux originaux qui complètent l'ensemble (avec un remix) sont eux plus dansants mais tout aussi diaboliques. Comme la rencontre de LCD Soundsystem et Blondie en terrain miné : une piste de danse mortelle. SD

Continuer à lire

Beast

MUSIQUES | C'est le coup de cœur répété des gens du Ninkasi, qui nous ramènent pour la seconde fois en moins d'un an cette bête en provenance du Canada. Coup de cœur (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 1 octobre 2010

Beast

C'est le coup de cœur répété des gens du Ninkasi, qui nous ramènent pour la seconde fois en moins d'un an cette bête en provenance du Canada. Coup de cœur justifié, puisqu'on a là entre les mains l'une des sensations de ces derniers mois. Un duo pour le moins inclassable qui émet un son difficile à ranger dans des cases : mélange de rock, de metal, de rap, de funk, de soul, de trip-hop, et même de musique orientale. On pense à Tricky, à Bran Van 3000 et parfois au Prince des grandes heures et puis le morceau suivant nous fait changer d'avis. Pour se faire une idée, ou plusieurs, c'est au Kafé (avec Mensch), mercredi 13 octobre 2010. Et c'est bête de gratuit. SD

Continuer à lire

Mensch

ECRANS | De Steve Suissa (Fr, 1h25) avec Nicolas Cazalé, Sara Martins…

Christophe Chabert | Mercredi 2 décembre 2009

Mensch

'Mensch' s’appuie sur un argument scénaristique qui rappelle les polars de James Gray : un homme est écartelé entre son désir de se ranger du gangstérisme et son envie de monter un dernier coup, le tout sur fond de communauté juive parisienne. Suissa ira chercher une explication quasi-psychanalytique à ce dilemme, ce qui, si le film n’avait été si pataud, aurait pu être une idée de tragédie contemporaine proche de The Yards. Mais Mensch est à des années-lumière de son modèle, tant la mise en scène est inexistante ! Quand un personnage parle, bing, gros plan ! Quand on filme une réunion familiale, hop, fond noir et grands travellings autour de la table ! Et quand il y a de l’action, vlan, caméra à l’épaule ! Si on y ajoute des acteurs pas formidablement dirigés (Maurice Bénichou ne peut pas sauver tous les mauvais films français !), on a le sentiment d’un pilote avorté pour une série télé dont on n’a pas forcément envie de connaître la suite. CC

Continuer à lire