article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Daniel Kawka, le contemporain qui "Ose"

Portrait / Éclectique et passionné, le célèbre chef d'orchestre aux modestes origines, moissonne aujourd'hui ses blés. Graal du sage ou désarmant truisme, ses rêves aujourd'hui reviennent à lui, tout naturellement ! Un labeur acharné et de belles cartes postales plein son viatique : Oural ou Toscane, Tibre ou Néva sont pour lui, autant de sensations à revisiter... en musique !

Toujours ponctuel, un physique imposant emplit l'entrebâillement de la porte. Les retrouvailles avec Daniel Kawka sont toujours précédées du petit pincement au cœur qui sied aux grands rendez-vous. Après les civilités d'usage, la tonalité passe très vite en ré majeur, avec une infinie simplicité. Ayant quitté deux postes de Premier Chef Invité, et pas des moindres, voici l'enfant du pays de retour dans l'Hexagone, où ses projets se concrétisent les uns après les autres. De son long séjour en Italie, à la tête de l'Orchestre de la Toscane, il a le sentiment d'avoir effectué ce qu'il nomme très justement ses « humanités », ce qui en langage " chef d'orchestre " signifie : jouer le grand répertoire du XIXe siècle : les Schumann, Mendelssohn, Beethoven... Un passage obligé pour ne pas être catalogué jusqu'à la fin de ses jours " Monsieur musique d'aujourd'hui " ! Daniel Kawka est un homme libre, et revendique ses choix musicaux sur une échelle de Richter, graduée de Wagner à Jimmy Hendrix. « À l'origine, j'ai fait ce métier parce que j'avais entendu Parsifal de Wagner à Orange. Je suis un amoureux fondamental de la musique ! » Dans une corporation, où l'on se délecte un peu trop du son de sa propre voix, son approche est pour le moins inhabituelle, mais pas totalement unique, puisqu'elle emboîte le pas à son père spirituel, un certain Pierre B., natif de Montbrison... « Boulez : un génie ! » Voilà, c'est dit ! On n'en doutait pas, Daniel.

Mère Russie et Tibre latin

Des bords de sa Néva gelée, il a gardé la mémoire sensorielle, osons le mot " sensuelle ", voire symbiotique de la musique. Premier chef invité de l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg - excusez du peu -, il sillonne également, à la tête d'orchestres « régionaux », la grande Russie de Krasnoïarsk (si, si) à l'Oural. Des orchestres à faire pâlir les plus grandes phalanges occidentales ! « Pour eux, la musique est existentielle, sans aucune demi-mesure. La relation est totalement fusionnelle, d'une organicité très profonde, mais surtout dans une seule et même vibration. Je m'y retrouve totalement, car c'est cette unité que l'on recherche derrière chaque note. » Pour cet infatigable globe-trotteur, Chronos semble avoir fait germer le semis dans un parfait mûrissement, aux quatre coins du globe. L'Italie, la patrie du cœur. On le croyait rentré bien sûr, mais le Requiem de Verdi qu'il dirigera cet été à la Chaise-Dieu le placera à la tête de l'Orchestre et des Chœurs Verdi de Milan. Italie-Russie, ses deux pays de prédilection et tous ces chemins qui le ramènent à Rome ! Encore. C'est d'ailleurs au cours de ces voyages, " initiatiques " pour un chef d'orchestre, qu'il pense avoir trouvé des éléments de réponse à la quête qui anime toute sa vie. La patience est une grande vertu, et dans son cas, elle paie cash. Ne récolte-t-il pas en effet aujourd'hui, les fruits d'un travail acharné, par le biais de son " bébé " devenu adulte : l'EOC ?

« Hendrix, Ravel, Wagner, même combat !

La valse des étiquettes

Défendant le credo que la vibration profonde ressentie est la même, que l'on écoute Hear my train a comin' de Jimmy Hendrix ou les plus grandes pages du Ring de Wagner, Daniel Kawka est convaincu qu'elle s'adresse « à l'esprit, au cœur, au corps, à l'âme. Hendrix, Ravel, Wagner, même combat !» assume-t-il pleinement, dans un sourire que ne renierait pas un fabricant de dentifrice au fluor. Refusant de se laisser enfermer dans un style, quel qu'il soit, il n'a jamais hésité à créer ce qu'il nomme, non sans malice, « les outils de ses rêves ». Longtemps estampillé " interprète de la musique d'aujourd'hui ", Daniel récolte désormais, avec l'EOC, de grandes brassées de trophées : biennale de Venise, création de l'opéra Maria Repubblica à Nantes, retransmissions radio, invitation au festival de Witten, label national pour l'orchestre l'an dernier... Il sent pourtant que les pages de son livre personnel se tournent, sous l'effet d'un zéphyr bienveillant qui semble accéder à ses requêtes. Est-ce l'ombre du grand Pierre B. qui sommeille en lui ? Rêve-t-il, comme lui, d'un empan couvrant les grands répertoires germaniques, celui du XIXe siècle-début du XXe, mais aussi la musique contemporaine ? Oui, bien sûr ! Voici donc un nouveau fiston. Nom de baptême : Ose. Après avoir reconnu la difficulté structurelle, voire l'impossibilité de construire une « fusée à deux têtes » avec son outil précédent, voici une formation numérique qui permet de jouer " du répertoire ", d'enregistrer les Concertos de Ravel (main gauche et en sol) avec Vincent Larderet, de jouer celui de Schumann avec Adam Laloum, la 6e Symphonie de Dvorák, mais aussi d'inaugurer à Genève la première académie de création symphonique.

La tapisserie de Bayreuth ?

Si pour Wagner, il a les yeux de Chimène, c'est bien sûr, vers le Saint des saints que toutes ses énergies se polarisent. La Bavière n'est qu'à un " jet " de Pierre (désolé pour le calembour), et Bayreuth n'est-il pas en Bavière ? « Je sais que c'est ambitieux, mais j'ai posé ce jalon inouï. C'est pour cela que je parcours les œuvres wagnériennes. Peut-être que Lohengrin, le fils, m'emmènera à Parsifal, le père ? D'ailleurs, on a un vrai désir avec Olivier Py de partir en tandem ». Un scoop, quoi ! Interrogé sur sa vision de Lohengrin, qu'il dirigera à l'opéra de Saint-Étienne au mois de juin, le maestro est intarissable, et la frustration est " totale " de ne pouvoir rapporter l'intégralité des échanges, concernant la mythologie très personnelle, la symbolique, sa traduction dans la musique et les lignes vocales, dans les tonalités, les climax, les carrures de chacun des personnages de Wagner et de son " théâtre total ". Quant à la transmission de l'infinie subtilité du message aux interprètes, il confie : « chaque fois, tu le remets en perspective, par petites touches, sans aller dans l'explication des caractères. Et quand tu sens que l'intelligence collective commence à être homogène, alors, là, tu peux décrire la situation dramaturgique. J'aime cette idée d'amener progressivement le collectif à se saisir de l'intérieur». Une petite pierre pour la paix dans le monde...


Repères

1959 : Naissance à Firminy
1998 : Premier enregistrement discographique
1999 : Rencontre avec Pierre Boulez et création de l'Ensemble Orchestral Contemporain (E.O.C.)
2005 : Premier concert avec l'Ensemble Inter-contemporain fondé par Pierre Boulez
2008 : Tournée en Russie. Jusqu'en 2014, Premier Chef Invité de la Philharmonie de Saint-Pétersbourg
2009 : Premier Tristan et Isolde de Wagner
2011 : Premier chef invité de l'Orchestre de la Toscane
2013 : Création de l'OSE - Direction du Ring
2017 : Lohengrin de Wagner à Saint-Étienne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Avant d’entamer sa carrière solo, le musicien sénégalais Lass a pris le temps de faire ses armes dans le giron de David (...)
Mercredi 30 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mardi 29 mars 2022 Par Léonard Chantepy. Ne vous est-il jamais arrivé de vous retrouver démuni devant une toile ou une photographie ? Quelque (...)
Mardi 1 mars 2022 Mettre en mouvement pour interroger les engrenages, systèmes, et forces puissantes de notre société. Danser, pour questionner notre possibilité à nous en (...)
Jeudi 17 février 2022 Ain | 250 habitants hors saison, 2 500 à son pic : Lélex n’a rien d’une station boursouflée et reste incroyablement abordable financièrement. De quoi aller skier, marcher ou s’embarquer en télécabine pour voir la découpe du Mont-Blanc et des Alpes....
Mardi 30 novembre 1999  L'année "Capitale française de la culture" a été lancée à Villeurbanne, en présence de Roselyne Bachelot. Au-delà de quelques marqueurs événementiels, c'est surtout du côté des dispositifs pérennes qu'il faut regarder, à l'instar des minimix,...
Mardi 1 février 2022 Magicien du mouvement, Angelin Preljocaj incarne le nouvel « Art Total » du 21e siècle. Dans « Le Lac des Cygnes », l’immense chorégraphe fait décoller des corps-instruments, dégagés de la « gravité » terrestre.
Mercredi 12 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Mardi 30 novembre 2021 Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole présente actuellement une nouvelle expo dédiée à la donation récente du couple de galeristes Durand-Dessert, qui entre en dialogue avec la collection du musée.
Mardi 30 novembre 2021 Un argument presque truffaldien dans un contexte de péril environnemental… Louis Garrel confirme la grâce et la force de son cinéma dans un conte moderne méritant d’être celui de Noël. Bravo !
Mardi 30 novembre 2021 Pour être capitaine du navire Petit-Bulletin, il faut : de la réactivité, du sérieux, un brin de culot, un téléphone qui marche bien parce qu’il sonne tout (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Le peintre Jacques Barry, à qui l’on doit le célèbre rhino du festival de jazz éponyme, présente un ensemble d'œuvres originales et inédites, en résonnance avec (...)
Vendredi 29 octobre 2021 « Silences épanouis », thématique de Festyvocal 2021, biennale de chant choral contemporain, a de quoi surprendre. Geneviève Dumas, grande (...)
Mardi 5 octobre 2021 Marquée par la féminisation des palmarès internationaux (qu’on espère plus structurelle que conjoncturelle), cette année cinéma 2021 donne à voir une vaste galaxie de personnages féminins dans des œuvres d’autrices comme d’auteurs. C’est cela aussi,...
Mardi 7 septembre 2021 Les photographes Maxime Pronchery et Bernard Toselli (membres du collectif Parallax) exposent ensemble une série d’images empreinte d’une profonde poésie (...)
Lundi 16 ao?t 2021 Faut-il mettre du piment ou du sel sur sa vie de couple ? Et comment faire son conjoint ne partage pas les mêmes goûts ? Les frères Foenkinos s’attaquent à la drôle de cuisine des fantasmes amoureux dans un film à sketches où les uns mitonnent, les...
Jeudi 1 juillet 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Jeudi 24 juin 2021 Ils partirent quatre, mais par un prompt renfort, ils se virent quatre de plus. Le collectif de photographes stéphanois Parallax au format complet (...)
Mercredi 9 juin 2021 Après plus de six mois de fermeture, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole a réouvert ses portes à la mi-mai, proposant pas moins de quatre nouvelles expos à découvrir d’ici à la fin de l’été… Et gratuitement, s’il...
Mercredi 9 juin 2021 Le MAMC possède une des plus importantes collections de design en France. L’exposition Déjà vu présente une sélection de 300 pièces, explorant leur (...)
Mercredi 9 juin 2021 Quel bonheur de voir l’un de nos plus grands festivals célébrer « le retour à la vie » ! Et qu’importent les contraintes post-pandémiques. (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter