Cogan

Exemple parfait d’une commande détournée en objet conceptuel, le nouveau film d’Andrew Dominik (réalisateur de "L’Assassinat de Jesse James") transforme le thriller mafieux en métaphore sur la crise financière américaine. Christophe Chabert

Brad Pitt en blouson de cuir avec un fusil à canon scié : c’est l’affiche de Cogan, et tout laisse à penser que ça va envoyer du bois. Générique : alors qu’on entend une déclaration de Barack Obama durant la campagne de 2008, une silhouette s’avance sous un hangar pour déboucher sur un terrain vague. Est-ce Brad ? Non, juste un petit voyou venu monter un coup avec un autre gars de son engeance. S’ensuit un dialogue coloré qui laisse à penser que ce Cogansera en définitive plutôt dans une lignée Tarantino – Guy Ritchie. Un braquage en temps réel, filmé avec une certaine tension même si l’enjeu paraît étrangement dérisoire, contribue à brouiller encore les pistes. Quant à la star, au bout de vingt minutes, on ne l’a toujours pas vue à l’écran. Lorsqu’elle débarque, c’est pour aller s’enfermer dans une voiture et discuter à n’en plus finir avec un type en costard cravate officiant pour les pontes de la mafia (génial Richard Jenkins, au passage). À cet instant, le spectateur doit se rendre à l’évidence : Cogan n’est pas plus un polar que le précédent film d’Andrew Dominik, L’Assassinat de Jesse James, n’était un western. En bon cinéaste arty, l’Australien a autre chose en tête que de s’appesantir sur une intrigue qu’il envisage avec une nonchalance rarement vue.

Fond Mafieux International

De fait, c’est bien la crise financière qui a fait trembler les États-Unis en 2008 que nous raconte Dominik, à travers une vaste métaphore qui ferait des gangsters tour à tour des agents perturbateurs du système et des garants venus en rétablir le bon fonctionnement. Au départ, une tricherie commise par un petit escroc malin – Ray Liotta, comme rescapé provisoirement des Affranchis – qui s’ébruite dans le milieu et pousse des gangsters encore plus minables à en profiter. Alerte rouge au sommet : il faut rétablir un ordre menacé par les agissements anarchiques de la base, plutôt que de chercher à réparer les failles du système. Cogan ressemble ainsi à ces agents du FMI venus restaurer la confiance de ceux qui ont contribué à la détruire en réclamant de l’austérité et la tête des coupables. Le personnage de tueur alcoolique et amateur de putes incarné par l’excellent James Gandolfini symbolise ainsi cette dérive globale où le fonctionnement d’une organisation économique reposant sur un libéralisme effréné ne crée plus que des individus égoïstes et incontrôlables. En filigrane, c’est le portrait d’un pays à la dérive que tire Dominik, où l’argent fait loi (« Fuck you, pay me ! » : dernière réplique) et où la politique a depuis longtemps baissé les bras. Ouch !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 16 janvier 2023 Dans "Babylon", Damien Chazelle se focalise à nouveau sur Hollywood, mais à l’opposé de l’idéalisation pastel et appliquée de son (trop) sage "La La Land". En découle une frénétique fresque de fric et de frasques sur l’usine à rêves prométhéenne et...
Jeudi 25 juillet 2019 Les coulisses de l’usine à rêves à la fin de l’ère des studios, entre petites histoires, faits divers authentique et projection fantasmée par Quentin Tarantino. Une fresque uchronique tenant de la friandise cinéphilique (avec, en prime, Leonardo...
Samedi 17 février 2018 Synthèse entre "La Belle et la Bête" et un mélo de Douglas Sirk, ce conte moderne marque le triomphe de Guillermo del Toro, Lion d’Or 2017 à la Mostra de Venise, qui signe son film le plus consensuel, sans renoncer à ses marottes arty-trashy....
Mardi 11 novembre 2014 Après l’électrochoc "Bullhead", Michael R. Roskam négocie habilement son virage hollywoodien avec ce polar à l’ancienne écrit par le grand Dennis Lehane, très noir et très complexe, servi par un casting parfait. Christophe Chabert
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Vendredi 28 juin 2013 De Marc Forster (ÉU, 1h56) avec Brad Pitt, Mireille Enos…
Jeudi 4 novembre 2010 De Jake Scott (ÉU, 1h50) avec James Gandolfini, Kristen Stewart…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X