World War Z

World War Z
De Marc Forster (ÉU, 2h) avec Brad Pitt, Matthew Fox…

De Marc Forster (ÉU, 1h56) avec Brad Pitt, Mireille Enos…

Adapté d’un livre culte de Max Brooks (fils de Mel), World War Z est un peu le ground zero du blockbuster estival, une sorte de champ de ruines où tout se serait effondré, les fondations même du projet ayant été mal pensées. À aucun moment Marc Forster n’arrive à conserver un cap clair, et le film louvoie entre ennui et stupidité, scènes d’actions mal filmées et effroi aseptisé, aucune goutte de sang n’étant versée dans cette apocalypse zombie garantie tout public.

Pas de point de vue donc, à commencer par les zombies eux-mêmes, qui ne représentent plus rien sinon LA menace. Ni métaphore, ni cauchemar mondialisé, il s’agit juste d’une masse informe qui escalade des murs israéliens et s’incruste jusque dans un avion, tourisme ordinaire du film catastrophe. Le scénario est bourré d’incohérences et l’idée de départ – raconter la catastrophe du point de vue d’une famille américaine lambda – est vite abandonnée pour se concentrer sur les exploits d’un Brad Pitt héroïque et invincible, incapable de susciter l’inquiétude chez le spectateur.

Le dernier tiers achève de sombrer dans le ridicule, le film se piquant soudain d’humour noir et de terreur en huis clos avec des zombies désormais individualisés, claquant des dents et avançant au ralenti comme des malades de la grippe. Quant à l’épilogue, il laisse la voie libre à une suite potentielle ; espérons que les producteurs y proposeront autre chose que ce 28 jours plus tard dopé au gigantisme creux d’un Roland Emmerich.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 16 janvier 2023 Dans "Babylon", Damien Chazelle se focalise à nouveau sur Hollywood, mais à l’opposé de l’idéalisation pastel et appliquée de son (trop) sage "La La Land". En découle une frénétique fresque de fric et de frasques sur l’usine à rêves prométhéenne et...
Jeudi 25 juillet 2019 Les coulisses de l’usine à rêves à la fin de l’ère des studios, entre petites histoires, faits divers authentique et projection fantasmée par Quentin Tarantino. Une fresque uchronique tenant de la friandise cinéphilique (avec, en prime, Leonardo...
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 1/ Django unchained de Quentin Tarantino2/ Gravity d’Alfonso Cuarón3/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche4/ Mud de Jeff (...)
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Jeudi 29 novembre 2012 Exemple parfait d’une commande détournée en objet conceptuel, le nouveau film d’Andrew Dominik (réalisateur de "L’Assassinat de Jesse James") transforme le thriller mafieux en métaphore sur la crise financière américaine. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X