"Lendemains de fête" : jouir et mourir

Lendemains de fête

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Retour sur la dernière pièce de Julie Bérès créée à la MC2.

Avec sa nouvelle création Lendemains de fête, Julie Bérès se détourne quelque peu des préoccupations plus politiques de ses précédentes pièces (Sous les visages, Notre besoin de consolation) pour s’intéresser à un univers intime fait d’inquiétudes existentielles, d’envie d’amour et de vitalité.

L’ensemble s’appréhende comme une tentative de réponse à la question écrite sur un élément du décor à la fin : « Et toi mon cœur, pourquoi bats-tu ? ». Le propos est simple, il interroge sur la valeur de la vie, la peur de la mort, le vécu de la vieillesse comme un empêchement progressif… Ici, un couple de personnes âgées vit le drame de la perte de mémoire (sénilité ou Alzheimer ? peu importe), l’homme traversant crises d’angoisse rageuses ou désespérées. Autour des deux comédiens (Christian Bouillette et Evelyne Didi, tous deux admirables), une équipée d’acrobates vient incarner leurs peurs, leurs potentiels déchus ou ceux qu’ils étaient jeunes ; comme autant de fantômes, réminiscences ou autres souvenirs, ils s’agitent et mettent en action un principe de vie allant jusqu’à l’essoufflement.

Ce qui nous attend tous

Se côtoient donc sur l’espace du plateau différentes époques avec une fluidité impressionnante. Une virtuosité qui n’a d’égale que celle des acrobates, jamais prétexte et servant toujours le propos de la pièce avec intelligence, la force et l’agilité des corps suggérant cette vitalité essentielle et regrettée. Quant aux corps amoindris mais mis à nus (à proprement parler) des deux comédiens principaux, ils s’imposent avec audace et sans provocation, mettent une claque aux habitudes très occidentales consistant à cacher la vieillesse – conséquence du fameux culte de la jeunesse, comme elle nous l'expliquait en interview… Sur scène, leurs corps vieillis déambulent et jouissent encore, souffrent mais profitent des mêmes joies qu’avant.

Parsemés de références philosophiques, les dialogues conservent pourtant un humour, une légèreté et une simplicité appréciables. Ainsi du principe fataliste volens nolens – ne le voulant ou ne le voulant pas, des choses se passent –, ou de l’idée très spinoziste de la joie comme « effectuation d’une puissance » comme le dit la comédienne, assurance d’un devenir qui se réduit et dont elle voit poindre la fin… Comme à son habitude, Julie Bérès fait évoluer son équipe sur un plateau mouvant, dans un décor aux trappes mystérieuses, aux trampolines cachés… Entre les bonds et les chutes, le spectateur en vient à ressentir ce qui hante les personnages : l’inéluctable précipice qui nous attend tous. Et ce sans rancune, avec le sourire même...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 21 janvier 2013 Regarder la vieillesse non comme une étape ingrate mais comme « un âge à part entière » : c’est ce que fait la metteuse en scène Julie Bérès avec sa nouvelle création Lendemains de fête, dévoilée ce mois-ci à Grenoble. En assistant à un filage, on a...
Mercredi 5 septembre 2012 Au Petit Bulletin, on a des lubies fixes, notamment sur le théâtre. Ainsi, on soutient mordicus plusieurs metteurs en scène qui, selon nous, ont une (...)
Vendredi 27 janvier 2012 La science est-elle ce nouveau Graal tant attendu ? La metteuse en scène Julie Bérès questionne le public en utilisant le théâtre. Le résultat, visuellement épatant, confirme que, comme le cinéma ou la littérature, le spectacle vivant peut aussi se...
Vendredi 6 janvier 2012 Reprise à la MC2 de Notre besoin de consolation, l’une des propositions théâtrales les plus fortes vues la saison passée (en octobre 2010 à l’Hexagone de (...)
Jeudi 7 octobre 2010 Après "Sous les visages", la metteuse en scène Julie Bérès présente "Notre besoin de consolation", sa nouvelle pièce créée il y a tout juste une semaine à Brest. Pour en savoir plus, on a rencontré cette artiste en plein dans son époque.
Lundi 16 février 2009 Au cours de ces quelques courtes lignes, il s’agira de s’intéresser de près à la question de la scénographie renversante du spectacle de Julie Bérès. Une (...)
Jeudi 12 février 2009 "Sous les visages", de Julie Bérès, est à l’affiche de l’Hexagone cette semaine. Une bombe théâtrale intense basée sur la dichotomie entre la réalité et l’univers télévisuel. À ne surtout pas louper.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X