Projection privée

Annie Hall
De Woody Allen (EU, 1977, 1h33)

Chouette idée que ce cycle "Égérie" organisé durant tout le mois de février par le Centre Culturel Cinématographique… L’idée est simple : le job de réalisateur s’étant majoritairement décliné au masculin singulier, il n’est pas rare que son pluriel soit une comédienne, à la ville comme à l’écran. Certains sont des cinéastes d’une seule femme (Cassavetes et Gena Rowlands), d’autres changent de conquête en cours de carrière (Woody Allen, passant de Diane Keaton à Mia Farrow).

Cette semaine, c’est d’ailleurs le cas Woody qui est à l’honneur avec Annie Hall – période Keaton, donc. Inusable, cette comédie marque un tournant dans sa filmographie : le gagman s’y fait plus discret, laissant apparaître un immense cinéaste qui n’hésite pas à expérimenter de nouveaux modes de narration et à faire de sa vie la matière première de ses fictions. D’entrée, Woody s’adresse au spectateur pour lui expliquer qu’il ne se remet pas de sa rupture avec Annie ; puis retour en arrière, loin dans l’existence du personnage, sur les bancs de l’école, dans sa famille et finalement au long de ses pérégrinations sentimentales, jusqu’à sa rencontre avec Annie Hall. Ils n’ont pas grand chose en commun, elle, la bourgeoise WASP expansive et lui, l’intello juif névrosé.

L’échec de leur relation est donc annoncé à tous les niveaux et pourtant, Woody Allen met en scène leur bonheur précaire, cette complicité fragile qui réunit deux êtres. Tout est dit dans la séquence mythique du homard, et dans sa reprise finale sous forme de fragment mélancolique arraché aux souvenirs du héros. Tempus fugit, certes, mais l’amour aussi…

Christophe Chabert

Annie Hall
Salle Juliet Berto, mercredi 6 février à 20h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 1 décembre 2015 La Cinémathèque de Grenoble propose de (re)voir "Manhattan", l'un des chefs-d'œuvre de Woody Allen. Une programmation en lien avec l'expo du Musée de Grenoble consacrée à Georgia O’Keeffe.
Mercredi 18 septembre 2013 Aussi surprenant que "Match point" en son temps dans l’œuvre du cinéaste, "Blue Jasmine" de Woody Allen est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et...
Mardi 27 ao?t 2013 Alors que la rentrée cinéma est dominée par des cinéastes entre 40 et 60 ans, deux octogénaires vont surprendre par la vigueur de leurs derniers opus, aussi inattendus que flamboyants de maîtrise : Woody Allen avec "Blue Jasmine" et Roman Polanski...
Vendredi 6 juillet 2012 Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa...
Mercredi 29 septembre 2010 Crise matrimoniale, peur de la vieillesse, stérilité créative, folie douce et raison forcenée : Woody Allen retrouve le plaisir des récits gigognes dans cette excellente comédie hantée par la gravité. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter