L'insolente jeunesse des vieux cinéastes

Alors que la rentrée cinéma est dominée par des cinéastes entre 40 et 60 ans, deux octogénaires vont surprendre par la vigueur de leurs derniers opus, aussi inattendus que flamboyants de maîtrise : Woody Allen avec "Blue Jasmine" et Roman Polanski avec "La Vénus à la fourrure". Christophe Chabert

Une expression bien aimée de la critique française parle des "films tardifs" des grands cinéastes pour évoquer leurs derniers opus. Manière élégante de dire qu’ils sont comme les combats de trop d’anciens puncheurs n’ayant plus les jambes pour suivre le rythme imprimé par la génération montante et réclamé par un public avide de nouveautés. Si les exceptions ne sont pas rares – de John Huston à Kinji Fukasaku – on a pris cette habitude de regarder vieillir les metteurs en scène que l’on aime avec un mélange d’affection et d’affliction.

Or, en cette rentrée 2013 riche en événements, ce sont deux cinéastes ayant dépassé les 80 printemps qui vont frapper très fort, et montrer que le talent, mieux que les cellules, se régénèrent au contact de défis inédits dans leur carrière.

Deux cinéastes nomades

En même temps, quoi de plus différent que Blue Jasmine de Woody Allen et La Vénus à la fourrure de Roman Polanski ? Et quoi de commun entre les deux cinéastes – à part, diront les mauvais esprits, les scandales de mœurs auxquels ils ont été mêlés ? Allen enchaîne tel un métronome un film par an, au risque pas toujours évité de la routine lassante, qui a même fini par toucher sa période "touristique" dans les grandes capitales européennes – Londres, Barcelone, Paris, Rome ; Polanski, lui, a mené une carrière nomade et accidentée, de la Pologne à l’Angleterre, avant d’arriver à Hollywood et d’en repartir dans les circonstances que l’on sait, direction la France.

Autant Allen a inventé son propre style, imité par une infinité de cinéastes américains, même s’ils n’en retiennent souvent que la part la plus évidente et la moins aventureuse formellement, autant Polanski s’assume en héritier hitchcockien, retrouvant l’efficacité du maître en y adjoignant ses propres obsessions – enfermement, perversité, paranoïa. Le nom de Polanski est associé à des films cultes – Le Bal des vampires, Rosemary’s baby, Chinatown, Le Locataire, Le Pianiste – qui éclipsent des pans pourtant passionnants de son œuvre – les sous-estimés Pirates, Lunes de Fiel ou son adaptation audacieuse de Macbeth ; on trouve des films emblématiques chez Allen – Annie Hall, Manhattan, Hannah et ses sœurs, Crimes et délits, Maris et femmes, Match point – mais ses admirateurs savent que c’est dans les marges de ce parcours obligé qu’on trouve aussi les expériences les plus passionnantes du metteur en scène – de Zelig à Harry dans tous ses états ou Whatever works.

Troubles jeux

Leurs nouveaux films dégagent pourtant un même parfum de remise à zéro, chacun à leur manière. Blue Jasmine ramène Woody Allen sur le sol américain, mais dans une ville qu’il n’avait encore jamais filmée, San Francisco ; c’est aussi son premier portrait de femme depuis Alice, c’est-à-dire depuis l’époque Mia Farrow ; c’est enfin un objet insituable dans le balancier qu’il aime effectuer entre la comédie et la tragédie. Le ton du film est à l’image de l’humeur, fantasque mais aussi profondément névrotique, de son héroïne, une géniale Cate Blanchett à qui l’oscar tend les bras : à la fois léger et extrêmement cruel. S’y opèrent des glissements de temporalité qui viennent rectifier les soliloques incessants du personnage sur lui-même, et la faire passer de victime à bourreau, le tout dans un ballet social qui rappelle le propos de Match point.

Une femme est aussi au cœur de La Vénus à la fourrure, une actrice ingénue, un peu idiote, qui vient passer une audition pour une pièce inspirée du roman éponyme de Sacher-Masoch. Elle se retrouve face à un auteur-metteur en scène pétri de certitudes, qui finit par se prendre au jeu et lui donner la réplique, fasciné par la transformation de l’écervelée en comédienne talentueuse. Le huis clos strict du film, réduit à deux acteurs – Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner, tous deux incroyables – sonne non pas comme une contrainte, mais comme un challenge pour Polanski. Pourtant habitué à ce genre de défis (son précédent Carnage reposait sur un principe similaire), il trouve dans la pièce de David Ives un matériau infiniment malléable dans lequel il peut faire entrer tout son cinéma : de Cul-de-Sac à Lunes de Fiel en passant par Le Locataire et même La Neuvième porte, dont il refait de manière flamboyante le final raté, Polanski semble jouer de son espace réduit pour ouvrir des abîmes de spectacle, de sens, de plaisir et de sidération.

C’est en définitive le point commun de ces deux grands films, qui pour le coup arrivent à point nommé pour rappeler l’importance d’Allen et Polanski dans le cinéma mondial : ils ont une confiance absolue dans l’intelligence du spectateur, l’invitant sans arrêt à participer aux dispositifs ludiques qu’ils inventent. La jeunesse de Blue Jasmine et de La Vénus à la fourrure tient à cela : ils croient qu’il n’y a pas d’âge pour jouer, mais que la maturité autorise à s’adonner à des jeux cruels et pervers.

Blue Jasmine, de Woody Allen : sortie le 25 septembre
La Vénus à la fourrure, de Roman Polanski : sortie le 13 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 1 décembre 2015 La Cinémathèque de Grenoble propose de (re)voir "Manhattan", l'un des chefs-d'œuvre de Woody Allen. Une programmation en lien avec l'expo du Musée de Grenoble consacrée à Georgia O’Keeffe.
Mercredi 6 novembre 2013 Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
Mercredi 18 septembre 2013 Aussi surprenant que "Match point" en son temps dans l’œuvre du cinéaste, "Blue Jasmine" de Woody Allen est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et...
Samedi 25 mai 2013 "The Immigrant" de James Gray. "Only lovers left alive" de Jim Jarmusch. "La Vénus à la fourrure" de Roman Polanski.
Mercredi 30 janvier 2013 Chouette idée que ce cycle "Égérie" organisé durant tout le mois de février par le Centre Culturel Cinématographique… L’idée est simple : le job de réalisateur s’étant (...)
Vendredi 6 juillet 2012 Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa...
Vendredi 2 décembre 2011 Huis clos à quatre personnages tiré de la pièce «Le Dieu du carnage» de Yasmina Reza, le nouveau film de Roman Polanski est une mécanique diabolique et très mordante, sur la violence masquée derrière les apparences sociales, avec un quatuor de...
Vendredi 2 décembre 2011 Polanski et le théâtre, c’est une longue histoire faite d’adaptations à l’écran, de créations pour la scène, mais surtout d’influence créative et de réminiscences autobiographiques. CC
Mercredi 29 septembre 2010 Crise matrimoniale, peur de la vieillesse, stérilité créative, folie douce et raison forcenée : Woody Allen retrouve le plaisir des récits gigognes dans cette excellente comédie hantée par la gravité. Christophe Chabert
Lundi 1 mars 2010 Retour au présent pour Roman Polanski avec un thriller politique classique et hitchcockien, où s’épanouissent sans tapage un plaisant savoir-faire et une ironie très actuelle. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X