Insaisissables

Insaisissables
De Louis Leterrier (Fr-EU, 1h56) avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo...

Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occupé à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert

De son apprentissage chez EuropaCorp comme yes man pour les scénarios torchés à l’arrache par Luc Besson, Louis Leterrier a visiblement retenu plusieurs leçons, toutes mauvaises : d’abord, confondre montage et rythme, mouvements incessants de caméra et retranscription de l’action. Il faut voir l’introduction d’Insaisissables, sorte de bouillie filmique d’une laideur visuelle à pleurer de dépit, pour saisir l’étendue du désastre. Aucun élément ne semble attirer le regard de Leterrier : ses plans n’enregistrent rien, s’annulent les uns les autres et chaque présentation d’un des magiciens se fait dans une hystérie de vulgarité putassière là encore bien bessonienne : les filles se foutent à poil — un peu — mais le sexe n’a jamais lieu, et lorsque le mentaliste de la bande hypnotise un couple, c’est avant tout pour fustiger l’infidélité du mari.

Là où Insaisissables devient franchement insupportable, c’est quand ce grand barnum que l’on peine à qualifier de mise en scène finit par atteindre le casting lui-même, pourtant prestigieux. Leterrier ne s’intéresse absolument jamais à ces acteurs, ne leur donnant aucun espace pour jouer, les filmant à moitié dans l’obscurité ou carrément de dos, puis passant l’ensemble au hachoir d’un montage épileptique. Ainsi, lorsqu’il s’autorise un plan-séquence, ce n’est pas pour le plaisir de réunir dans le même cadre Jesse Eisenberg, Morgan Freeman, Woody Harrelson et Mark Ruffalo, mais pour envoyer sa caméra faire des loopings dans un gigantesque théâtre de Las Vegas.

L’illusion d’un discours

Dès lors, ne reste plus que le concept du film, à savoir des manipulations en série se déclinant en trois shows spectaculaires que les «quatre cavaliers» exécutent pour un mystérieux cinquième magicien, sous les yeux de deux agents, l’un officiant pour le FBI, l’autre pour Interpol. Soit l’alliance entre un programme annoncé dès les premières minutes et un scénario à twists, certains largement devinables à l’avance, d’autres sortant tel le lapin du chapeau — mais derrière l’illusion ne se cache qu’un médiocre brainstorming d’auteurs en surchauffe.

Le script tente de faire de cette bande de magiciens braqueurs des robins des bois modernes, qui prennent l’argent des riches pour les redistribuer aux pauvres. Le modèle français contre le libéralisme sauvage américain ? Trop facile… Pas la moindre conscience sociale dans la démarche de Leterrier : ici, l’argent tombe du ciel, fait gonfler les comptes en banque, comme si tout — Katrina, la dérégulation des marchés — pouvait se régler d’un simple trait comptable. Surtout, le film baigne dans sa propre rutilance, exhibant son budget — énorme pour ce qui n’est dans le fond qu’une série B — et sa fascination pour le pognon, tuant dans l’œuf toute portée politique.

Dernier relent de sa période bessonienne, Leterrier semble mixer sans complexe deux opus de Christopher Nolan pour les transformer en divertissement inconséquent : Le Prestige et Inception. Mais là où Nolan s’approchait au plus près de ce qui constitue sans doute sa seule obsession d’auteur — la place de la manipulation dans le processus de fabrication d’un film, et la tristesse qui va avec le dévoilement de cette illusion — Leterrier ne fait que du fun pour le fun. C’est l’inverse qui se produit : l’indifférence l’emporte devant ce produit cynique et opportuniste.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 16 mai 2023 En pariant sur un équipementier français à deux tours de la fin de la course, les producteurs de la série Fast & Furious X cherchaient-ils à relancer la machine sur une voie plus cartésienne ? Objectivement plus “réaliste” que le précédent (ce...
Mardi 18 février 2020 Quand des lanceurs d’alerte et la loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la 3e phase de l’univers cinématographique Marvel.
Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 26 janvier 2016 De Tom McCarthy (É.-U., 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Lundi 30 novembre 2015 En salle alors que se tient la COP21, ce documentaire fait le tour d’initiatives, aujourd’hui couronnées de succès, permettant d’engager le monde dans une voie alternative. Hélas, la forme torpille le fond…
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Mercredi 20 août 2014 Tournée dans la foulée de "Prisoners" avec le même Jake Gyllenhaal, cette adaptation de José Saramago par Denis Villeneuve fascine et intrigue, même si sa mise en scène atmosphérique se confond avec une lenteur appuyée. Christophe Chabert
Vendredi 25 juillet 2014 De Richard Aoyade (Ang, 1h33) avec Jesse Eisenberg, Mia Wasikowska…
Mardi 22 avril 2014 Kelly Reichardt suit patiemment trois terroristes écolos qui décident de faire sauter un barrage dans un thriller au ralenti où la dilatation du temps, la beauté de la mise en espace et les soubresauts des désirs qui animent le trio confinent à...
Vendredi 6 juillet 2012 Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa...
Vendredi 10 juin 2011 De Mike Mills (ÉU, 1h44) avec Ewan MacGregor, Christopher Plummer, Mélanie Laurent…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X