Maudit soit qui mal y filme !

Change pas de main
De Paul Vecchiali (Fr, 1975, 1h26) avec Serge Casado, Hélène Surgère, Jean-Christophe Bouvet...

Séries B, Z, ou X, la septième édition du festival des Maudits films s’intéresse au cinéma d’exploitation en lettres capitales, des « cous rouges » américains aux culs rougis du porno français. Petit panorama des réjouissances… Christophe Chabert

La marge tient la page, dit (approximativement) l’adage godardien… Les pages de l’histoire du cinéma, elles, s’écrivent chaque semaine partout, du web aux derniers journaux papiers, de l’édition aux universités, selon le flux des sorties et des ressorties officielles, des hommages aux grands cinéastes disparus jusqu’aux études sur les nouveaux cinéastes contemporains. Mais la marge, elle, ne s’écrit pas. Elle reste vierge, à l’exception de quelques mordus en voie de disparition – au début du mois, le site 1Kult fermait ses portes, laissant derrière lui cette utopie d’une histoire du cinéma différent, sinon d’une différente histoire du cinéma.

Restent alors les festivals, précieux agitateurs d’images interdites car recalées par la distribution parce que ne parlant qu’à une "niche" (alors qu’elles finissent toujours par en sortir pour nous mordre les mollets) ou oubliées des cinéphiles. Cachez ces maudits films que l’on ne saurait voir, disent les prudes. Montrons une semaine de maudits films, leur répondent, bravaches, les membres du Centre culturel cinématographique de Grenoble, à l’origine du festival

À fond dans le X

Alors que, les années précédentes, la série B faisait majoritairement la loi sur la programmation, tandis que sa compétition, inaugurée en 2013, tentait d’exhumer quelques précieuses pépites n’ayant pu se frayer un chemin jusqu’aux salles obscures, les choses semblent se mélanger sauvagement en cet an de grâce 2015. Ainsi, sans le revendiquer explicitement, ce septième festival fait une large place au cinéma pornographique, d’hier ou d’aujourd’hui, comme si les temps particulièrement puritains que nous traversons nécessitaient plus d’amour, fut-il en gros plans.

Après un double hommage mardi soir à Bruce La Bruce, formidable cinéaste porno gay ayant récemment rendu son ouvrage le plus fréquentable avec le beau mais soft Gerontophilia, c’est l’exhumation d’une œuvre devenue rare de Paul Vecchiali qui fera l’événement ce mercredi : Change pas de main (1975, photo). Vecchiali, proche de la mouvance Biette-Daney des Cahiers du Cinéma, embarquait ses comédiens habituels (Hélène Surgère, Jean-Christophe Bouvet, Howard Vernon) dans une aventure politico-policiéro-porno qui a gagné ses galons cultes avec le temps. Sorti une semaine avant le décret réglementant le classement X, le film est une bizarrerie où la Nouvelle Vague croise les effluves du hard façon Jean-François Davy, producteur de la chose.

Aussi vintage que mythique, Gorge Profonde (1972) de Gerard Damiano est resté longtemps comme le film le plus rentable de toute l’histoire du cinéma américain ; il faut dire que les exploits bucco-génitaux de l’actrice Linda Lovelace ont fait voler en éclats quelques tabous et précipité les spectateurs, soudain affranchis, dans les salles, tout en créant quelques légendes au passage. De son financement douteux aux déclarations fluctuantes de la comédienne sur son consentement sur le plateau, l’histoire de Gorge Profonde est plus fascinante que le film lui-même, loin d’être le meilleur porno de la décennie 70’s…

Enfin, ce panorama du sexe explicite se conclura par la projection, en compétition, d’un drôle d’objet, Catégorie X (2014) de Frédéric Ambroisine, où un film de commande (le making-of d’un porno de Jack Tyler) se transforme en réflexion sur l’évolution du cinéma X en France, peut-être arrivé à son crépuscule.

L’Amérique (très) profonde

De X à Z, il n’y a qu’une lettre à enjamber, ce que fera joyeusement le festival avec quelques trucs joyeusement pas possibles comme lors du double programme Grindhouse réunissant Sankukaï, les évadés de l’espace (1978), plus célèbre pour avoir enfanté la série ayant fait les beaux jours des après-midis de TF1 dans les années 80, que par la signature de son réalisateur, le génial Kinji Fukasaku, pas au meilleur de sa forme. Quant à Yor, le chasseur du futur (1983), il démontre que nos voisins italiens sont imbattables lorsqu’il s’agit de torcher un machin opportuniste et purement commercial, ici un sous-Conan futuriste mixé à La Guerre du feu. Bien Z aussi, Le Retour de la créature du lagon (1989), suite d’un des pires films de Wes Craven transformé en nanar kitsch, sinon camp.

Craven, en revanche, sera à l’honneur au cours du festival grâce à un de ses opus majeurs : La Colline a des yeux (1977). Certes, il a un peu vieilli ; certes, le remake d’Alexandre Aja est, par bien des aspects, nettement plus regardables aujourd’hui. Mais Craven avait l’audace, en 1977, d’apporter sa pierre à la mythologie des rednecks (dont Délivrance puis Massacre à la tronçonneuse ont ébauché les contours) via une bonne grosse famille bien américaine ciblée par une famille de tarés irradiés en plein désert. Images poisseuses, gore cracra et l’inoubliable tronche d’œuf de Michael Berryman : tout ça participe au parfum culte de ce classique des soirées vidéo, que le festival agrémentera d’un savant avant-propos signé Maxime Lachaud, qui vient de publier un bouquin indispensable, Rednecks movies, chez le tout aussi indispensable éditeur Rouge profond. De belles pages sur la marge : comme quoi, entre passionnés de cinéma autre, tout est possible !

Festival des Maudits Films
Jusqu’au samedi 24 janvier, à la salle Juliet Berto et au Club

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 janvier 2019 Onzième édition pour le Festival des Maudits Films, qui revient du mardi 22 au samedi 26 janvier au cinéma Juliet-Berto avec une équipe renouvelée mais un objectif inchangé : faire découvrir l’époustouflante richesse du cinéma bis à travers un vaste...
Mardi 17 janvier 2017 Vaste et méconnue constellation peuplée de perles cinématographiques en tout genre, le cinéma bis sera à l’honneur cette semaine à l’occasion de la neuvième édition du Festival des maudits films. Histoire de rendre hommage à la fabuleuse diversité...
Mardi 10 janvier 2017 Du mardi 17 au samedi 21 janvier au cinéma Juliet Berto se déroulera la 9e édition de l’incontournable Festival des Maudits Films, dédié au cinéma bis… de B à Z. On (...)
Mardi 19 janvier 2016 Après les attentats de novembre, Nicolas Boukhrief avait pris avec philosophie et dignité la non-sortie sur les écrans de son “Made in France”, sur une cellule djihadiste qui doit semer le chaos au cœur de Paris. Il découvre qu’un festival à...
Mardi 12 janvier 2016 Pour sa huitième édition, le Festival des maudits films dévoile une fois encore une sélection d’œuvres « bis » éblouissante de diversité. On en a sélectionné six au sein de la rétrospective et de la compétition ; à vous de découvrir le reste !...
Mardi 20 janvier 2015 Tous les cinéastes ne peuvent pas être Hawks, Ford ou Hitchcock… Et comme il faut de tout pour faire un monde, des grands maîtres et des tâcherons, des (...)
Mardi 9 décembre 2014 Ça s’appelle la convergence des luttes : d’un côté, Vues d’en face, le festival qui défend le cinéma gay et lesbien ; de l’autre, le festival des maudits (...)
Lundi 21 janvier 2013 Il y a trois manières d’escalader la filmographie de Tod Browning : par son versant culte via le diptyque Freaks / L’Inconnu ; par sa face classique, (...)
Lundi 21 janvier 2013 Alors que les musées archéologiques de Lyon et de Saint-Romain-en-Gal consacrent une grande exposition, à la fois historique et cinéphile, au genre, les (...)
Lundi 21 janvier 2013 C’est la grande nouveauté du festival : une compétition officielle dans les règles de l’art, avec jury et grand prix, où l’on devra départager cinq films venus de tous horizons, entre inédits, avant-premières et nécessaire redécouverte. Passage en...
Lundi 21 janvier 2013 Quel cinéaste plus approprié pour une séance de minuit que l’électron libre survolté et subversif Frank Henenlotter ? Figure de proue du cinéma trash 80’s qui a (...)
Lundi 21 janvier 2013 Joyau noir du cinéma américain des années 70, et unique film de James William Guercio, plus connu pour ses activités de producteur du groupe Chicago, Electra (...)
Lundi 21 janvier 2013 Deuxième volet d’une série de quatre films considérée (à juste titre) comme l’une des plus marquantes du cinéma d’exploitation japonais des années 70, Elle (...)
Lundi 21 janvier 2013 5e édition pour le Festival des Maudits Films, caractérisé cette année encore par une sélection absolument irréprochable de films bis des années 1910 à nos jours. L’occasion de rendre hommage à ce cinéma de la marge, dont la générosité, la...
Mercredi 9 janvier 2013 Pour lancer sa nouvelle édition (dont on reparlera longuement la semaine prochaine), le festival des Maudits films s’offre une soirée d’ouverture grande (...)
Lundi 9 janvier 2012 Classique / Fils du grand Maurice Tourneur, cinéaste français ayant offert au muet hollywoodien quelques-unes de ses œuvres phares, Jacques Tourneur lui (...)
Dimanche 8 janvier 2012 Invité d’honneur de cette édition du Festival des Maudits Films, l’éditeur Le Chat qui Fume viendra présenter quelques nouveaux fleurons de son catalogue et (...)
Vendredi 6 janvier 2012 La nouvelle édition du Festival des Maudits Films enfonce le clou d’une ligne éditoriale aussi ludique qu’exigeante. En offrant la parole à d’authentiques passionnés de la chose cinématographique, en exhumant des bijoux méconnus du 7e art, et, in...
Lundi 10 janvier 2011 Le Centre Culturel Cinématographique célèbre cette année la troisième édition de son Festival des Maudits Films, et le rallonge même d’une (plantureuse, il va sans dire) journée supplémentaire. Joie, allégresse, et commémoration festive du cinéma de...
Jeudi 6 janvier 2011 Le Festival des Maudits Films se conclut en beauté avec un double hommage au méconnu Paul Bartel. Un auteur frondeur, cousin cinématographique d’un John (...)
Mercredi 28 juin 2006 Dans le désert, ça tue, ça charcle, ça bouffe son prochain : les tueurs dégénérés reviennent en pleine forme dans un remake rutilant. Nikita Malliarakis

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X