"Le Mystère des pingouins" : oiseaux de bon augure

Le mystère des pingouins
De Hiroyasu Ishida (2019, Jap, 1h48) avec Kana Kita, Yû Aoi...

Leur ville inexplicablement envahie par des pingouins, plusieurs enfants profitent des vacances pour enquêter. Un songe astrophysique réalisé par le Japonais Hiroyasu Ishida drapé de poésie mythologique, empli de fantaisie. Et de palmipèdes.

Garçonnet éveillé mais réservé, Aoyama prend d’incessantes notes sur son entourage. Lorsque des manchots surgissent et s’évanouissent aussi vite qu’ils sont apparus dans sa ville, il cherche à comprendre en compagnie de quelques amis. Et de l’assistante dentaire dont il est (très) épris…

Ne vous arrêtez pas à l’extrême platitude du titre, évoquant un film à destination exclusive du très jeune public ! C’est d’ailleurs un peu la malédiction de nombreux "anime", où personnages humains et animaux se côtoient volontiers quant ils ne s’hybrident pas les uns avec les autres ; où des figures divines protectrices de la Nature s’incarnent volontiers dans des créatures réelles ou imaginaires – Pompoko, Porco Rosso, Mon voisin Totoro, Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro, Les Enfants Loups, Ame & Yuki

Un florilège de situations reléguées aux contes pour enfants en Occident, quand elles constituent l’essence de contes à résonance morale ou philosophique au Japon – dont Takahata, Miyazaki ou Hosoda. Dans un autre registre, la problématique du titre trompeur se posera bientôt avec le très beau Je veux manger ton pancréas (en salle le 13 novembre), à mille lieues du film d’horreur puisqu’il s’agit d’une sorte de mélo…

Alerte

Le Mystère des pingouins s’inscrit dans la lignée de Lou et l’île aux sirènes ou Pompoko : il sonne comme une mise en garde à destination des habitants de la planète, à qui il faut un cataclysme pour que se réactive la nécessité de sa préservation. Derrière la poésie se devine la conscience de la fragilité du monde – héritage probable du traumatisme d’Hiroshima.

Au-delà de la parabole, ce film plein de malice décrivant joliment l'éveil d’Aoyama à la sensualité (avec de très nombreux plans sur la poitrine de l’assistante dentaire) demeure d’une très grande sensibilité là où il aurait pu tomber dans la grivoiserie pataude. Quant au dosage entre mystère, chronique enfantine à l’âge charnière, aventure pendant les grandes vacances et premières amours, il est joliment équilibré. Et ce, sans recours à la béquille "vintage" servant d’argument marketing à la série à succès Stranger Things

Le Mystère des pingouins
de Hiroyasu Ishida (Jap, 1h48) animation

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter