Premier bilan des festivals d'été

Festivals / Elle n’avait pas vraiment commencé, qu’on l’affublait de « retour à la normale » et de reprise « post Covid ». Elle n’est pas tout à fait finie, qu’on lui tire le portrait. Un premier bilan de cette saison 2022 des festivals et concerts d’été se dessine partout en France. Petit tour d’horizon du secteur par chez nous. 

Remplir ou mourir, c'est un peu la ligne funeste à laquelle s'astreignent de nombreux organisateurs de festivals. Prise de risques maximale donc pour la première édition du festival Les Outre Mers à Rives, organisée par l’association Peyotl en juillet dernier. « L’implantation, c’est chose faite », estime Didier Semiramoth, chef d’orchestre du projet. Il fallait démontrer un certain « sérieux », glisse-t-il, dans cette volonté de construire l’histoire commune d’un festival nord-isérois dédié aux richesses ultramarines. Attirés par une programmation reggae, les festivaliers ont dépensé 25€ par soir pour profiter de la scène et des divers stands. Une petite centaine de bénévoles a permis d’exhausser l’ambiance chaleureuse et artisanale sur place, malgré une fréquentation plus que timide… 600 personnes en moyenne chaque jour, contre 1 500 escomptées.

à lire aussi : Les Belles Journées à Bourgoin-Jallieu, jours de fête

La densité de l’offre festivalière partout en France ne fait pas exception dans la région. L’effet concurrentiel qui en découle n’aide pas les petits acteurs à obtenir des partenaires publics ou privés d’une part, à attirer le public de l’autre. « Face à nous, se tenait le Vercors Music Festival », signale Didier. Ce dernier confiait déjà en amont du festival n’avoir qu’un unique soutien financier : la mairie de Rives.  « Tout repose sur la billetterie. » Compréhensible, dès lors, que la frêle fréquentation de cette première édition laisse derrière elle une enveloppe de 90 000€ de déficit. Renoncer n’est pas une option pour l’organisateur des Outre Mers à Rives. Il compte sur Julien Stevant, maire de Rives, qui « part au charbon pour mobiliser le Département ».

« La multiplication des événements divise inévitablement le public », assène Bernard Ferrari, programmateur de la Fête du Travailleur Alpin, qui a réuni deux soirs d'affilée 1500 spectateurs à Grenoble, un poil moins qu'attendu. Organisé par l’association grenobloise Retour de Scène, le festival Magic Bus n’aura pas non plus cette année rempli sa jauge de 2000 personnes, malgré le peu de concurrence sur ses dates fin mai. « Est-ce qu’il faut grossir encore le festival pour que les têtes d’affiche soient plus importantes, et risquer une fuite en avant, ou bien revenir à un format plus petit ? » se questionne Damien Arnaud, organisateur du festival Magic Bus. En misant sur une programmation découverte pour une entrée à 5€ seulement, la soirée du jeudi soir, à l’Esplanade, a quant à elle prouvé son efficacité.

Faux bond aux gros

Être à l’article de la mort lorsque l’on est un petit festival associatif, dont les rentrées d’argent dépendent principalement de la billetterie faute de partenaires, c’est une chose. D’autant que les coûts de production – cachets artistiques ou techniques – ont augmenté pour tous. Être à l’article de la mort, lorsqu’on s’appelle Musilac et que l’on fête son 20e anniversaire en grande pompe, on l’avait moins vu venir… Du côté de cet aîné, rendez-vous incontournable de la région, la prise de risque était à la hauteur de sa réputation et de la tant attendue "reprise post Covid". Les choses ont pourtant mal tourné.

On ne le voyait pas sous cet œil en participant à la fête d’anniversaire du festival savoyard sur les rives du lac du Bourget. Au milieu de la foule compacte de festivaliers, on a vu se bousculer chaque soir des têtes d’affiche d’exception, fonctionnant quasiment par paire. Pour le prix d’un Orelsan, on vous offre un Vianney, pour le prix d’une Angèle, voilà -M- qui se jette dans la foule en liesse, pour un Simple Minds, voilà encore l’impolitesse de Sum 41 ! Et malgré tout cela, les chiffres et déclarations de Rémi Perrier grondent au lendemain de la fête. « Pour la première fois depuis que Musilac existe, je ne suis pas en mesure de donner les dates du prochain festival. La fréquentation n’a pas été à la hauteur de nos espérances », indique le co-fondateur de Musilac à nos confrères du Dauphiné Libéré. « Nous avons comptabilisé 80000 spectateurs sur les cinq jours. Il nous en fallait 100000 pour parvenir à l’équilibre financier. Je fais donc face à un déficit de près d’un million d’euros et je n’ai pas les moyens de le renflouer. Dans ces conditions, je ne peux pas me lancer dans une nouvelle programmation. »

20 000 festivaliers ont fait faux bond à Musilac, malgré sa programmation très grand public et une soirée de concert supplémentaire cette année. En Ardèche, 12 000 festivaliers ont boudé Aluna, qui s’était pourtant payé le concert come-back de Stromae en France. Différence de taille entre les deux festivals déficitaires : Musilac est une entreprise privée. Et ne peut, à ce titre, bénéficier de subventions du Département, depuis la loi NOTRe de 2015 qui l’interdit pour les petites et moyennes entreprises. Si l’on estime ici que l’hippopotame, animal mascotte de Musilac, a la peau dure et qu’il n’est pas encore sous terre, on aurait bien voulu trouver confirmation auprès des organisateurs. Rémi Perrier n'a pas répondu à nos sollicitations. Mais tout n'est pas perdu ; la question d’un sauvetage par de nouveaux partenaires et d’une réorganisation complète de l’événement plane encore.

Indépendant et fier de l’être

À la Fête du Travailleur Alpin, perpétrée par les militants communistes d’Isère depuis presque un siècle, on n’en veut pas aux gros festivals de faire de l’ombre aux petits. Pour Bernard Ferrari, directeur de l’événement grenoblois, l’édition 2022 a fonctionné malgré « des préventes catastrophiques » liées à la mauvaise conjoncture. « On est sur un équilibre financier », indique-t-il sans crier victoire. « En tant qu’organisateur d’événements, j’ai la certitude que l’on va vers de plus grandes difficultés encore. » Le régisseur général de la Fête du Travailleur Alpin attaque les politiques culturelles régionales et départementales. Lesquelles n'aident pas suffisamment d’après lui les petites structures, ni n’encouragent la découverte de la scène locale. Les chèques de la région Auvergne-Rhône-Alpes versés à des mastodontes tels que Tomorrowland (Alpe d'Huez), et au tout neuf festival Inversion (Lyon), passent mal. « On ne veut pas être tributaires de l’argent public ou des partenaires », lâche Bernard Ferrari. Voilà tout un équilibre à trouver entre argent public et indépendance.

« Faire autre chose que juste consommer de la musique, ça attire de plus en plus »

Tout autre ambiance à Saint-Geoire en Valdaine, en pays voironnais, où l'association Mix'arts a implanté  la 5e édition du festival Bien l’Bourgeon. Carton plein cette année, un son de cloche qui contraste avec la situation difficile du secteur décrite plus haut. Pas les mêmes jauges, le même emplacement, le même modèle, philosophie ou encore public. « On aurait même pu avoir plus de monde, mais le site ne s’y prêtait pas », glisse Fabien Givernaud, de Mix’Arts. Contrairement à d’autres, les organisateurs ont enregistré une ruée vers leur billetterie bien en amont de l'événement. À l'instar d’autres festivals indépendants de même catégorie, Bien l’Bourgeon mise gros sur sa billetterie et n’est pas tributaire de subventions mirobolantes. Comme les autres, le festival a vu ses coûts de production, coûts artistiques et techniques, augmenter. 

Avec ses conférences, concerts, spectacles, débats, ateliers, etc. sur la thématique de l’agriculture et la souveraineté alimentaire, l’événement a attiré quelque 2000 festivaliers par jour, d’âges et origines géographiques ou sociales diverses. Pour Fabien Givernaud, « faire autre chose que juste consommer de la musique, ça attire de plus en plus ». Le rapport du think tank Shift Project "Décarbonons la culture !" de novembre 2021, renforce une conviction de l’organisateur grenoblois : la course au gigantisme doit cesser. « Ce modèle a un impact écologique dramatique. Mais économique aussi, avec des billets à 60€ - 70€, on force les gens à se serrer la ceinture et on fait exploser les cachets. De sorte que les petits acteurs ne peuvent plus suivre », déplore Fabien. Le festivalier, en pleine métamorphose depuis la crise sanitaire, serait-il si difficile à décrypter pour les professionnels du secteur ? Réponse en 2023.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 15 avril 2022 Les gentils rappeurs toulousains sont les têtes d’affiche du prochain Vercors Music Festival, qui se tiendra du 1er au 3 juillet. Pas seulement, parce qu’ils ont carrément composé eux-mêmes une partie de la programmation (encore inconnue). Sinon, on...
Mardi 12 avril 2022 Une autre façon de répondre au devoir de mémoire : dimanche 8 mai, après la cérémonie au monument aux morts, le Département organise une course sportive sur les traces des Résistants.  
Lundi 14 mars 2022 À Bois Barbu, dans le Vercors, glissent les fondeurs dans une insouciance toute vacancière, mais à quelques encablures, le village en ruines de Valchevrière ramène à un passé plus sombre où des gamins de 18 ans sacrifiaient leur vie face aux troupes...
Mardi 18 janvier 2022 L’association Retour de Scène a annoncé la programmation de son festival Magic Bus 2022. Après l’hiver et le grand froid, cette 21e édition du festival de musiques actuelles en plein air promet un dégel exaltant ! De retour sur le site de...
Mardi 4 janvier 2022 S’il y a une discipline qu’on ne s’attendait pas à voir débarquer massivement dans les stations, c’est bien le ski de randonnée. À tel point que l’agence Isère Attractivité a dû impulser une politique de structuration de l’activité. Pour des...
Mardi 14 décembre 2021 Monter en station oui, mais pour faire quoi à part du ski ? Nous nous sommes penchés sur cette question cruciale et avons sélectionné quelques activités originales, pour vous ou à placer sous le sapin. Ce qu’on appelle communément un cadeau, mais...
Mardi 16 novembre 2021 Aux Glovettes, énorme complexe résidentiel typique des stations de ski, la majorité de l’année les appartements sont vides. Une association créée par quatre femmes fait vivre le bâtiment en dehors de la saison des neiges en le transformant en...
Mardi 21 septembre 2021 Avis aux amateurs de vieux parchemins, les Archives départementales proposent leur toute première exposition ! Au programme : l’histoire des rapports que l’Homme entretient avec la forêt depuis le Moyen-âge.
Vendredi 2 juillet 2021 L'équipe du Petit Bulletin a repéré pour vous des événements musicaux qui valent le coup d'être entendus. Comme autant d'idées de sorties pour les jours à venir...
Mardi 29 juin 2021 Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.
Jeudi 15 juillet 2021 Préservés du tourisme de masse, les Espaces Naturels Sensibles sont de remarquables réservoirs de la biodiversité. Le département de l’Isère en dénombre pas moins de 130. Alors, pourquoi ne pas aller y faire un tour, seul ou accompagné d’un guide...
Vendredi 30 avril 2021 On savait déjà que, pour son édition 2021, le Festival Magic Bus allait quitter l’Esplanade et rejoindre l’Anneau de Vitesse. La Ville de Grenoble a confirmé, vendredi 30 avril en fin de matinée, qu’elle prévoit d’autres événements culturels sur le...
Vendredi 30 avril 2021 Contraints dans nos sorties par ce rayon de 10 km, il nous faut faire preuve d'imagination pour varier les plaisirs de balade. Explorations urbaines à vélo, randonnées pédestres originales, balades à VTT, flânerie artistique dans les parcs... Avec...
Jeudi 15 avril 2021 L’association grenobloise Retour de Scène n’a pas encore de certitude absolue, mais Damien Arnaud, son coordinateur, confirme qu’elle n’a pas renoncé à l’organisation de son festival. On en sait même (un peu) plus.
Vendredi 2 avril 2021 La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche...
Jeudi 4 mars 2021 Une grosse centaine de personnes s’est réunie jeudi 4 mars, en fin de matinée, sur le parvis du Musée de Grenoble pour dire sa colère face aux difficultés que traverse le monde culturel. Non sans un clin d’œil ironique au dernier déplacement de...
Mercredi 3 mars 2021 Roselyne Bachelot a tranché : pour la ministre de la Culture, les festivals estivaux ne pourront accueillir que 5 000 personnes assises et distanciées, dans le respect des gestes barrières. Les organisateurs sauront-ils s’adapter ?...
Mardi 8 décembre 2020 Vie culturelle / Les très lourdes conséquences de la crise sanitaire ne laissent pas les organisateurs de festivals indifférents. Aujourd’hui, beaucoup réagissent publiquement et témoignent de leur détermination pour 2021. Explications.
Mardi 8 septembre 2020 Festival / L’événement marquera le début de la nouvelle saison du Cairn, à Lans-en-Vercors : les Théâtrales du Vercors célèbrent cette année leur 5e édition.
Mardi 7 juillet 2020 C’est une bonne nouvelle : organisée par le Département de l’Isère, la quatrième édition de Paysage > Paysages s’annonce très dense. Elle a déjà commencé et va animer cinq territoires jusqu’en septembre (et même un peu au-delà). On vous en...
Mardi 14 avril 2020 L’annulation du festival, initialement prévu du 14 au 16 mai, est un coup dur pour Retour de Scène, l’association grenobloise organisatrice. Elle reste cependant mobilisée pour la suite. Les explications de Damien Arnaud, son coordinateur.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter