Estelle Charlier : "C'est dans les défauts que la marionnette prend vie"

ECRANS | Parmi la foule des collaborateurs de Leos Carax pour inventer "Annette", on peut notamment compter une compagnie de théâtre iséroise : La Pendue. Avec la complicité de son ami Romuald Collinet, Estelle Charlier est celle qui a donné un corps et un visage à la supposée petite fille prodige d'Ann (Marion Cotillard) et Henry (Adam Driver). Une marionnette qui n'est encore visible qu'au cinéma, mais qu'on peut aussi apprendre à connaître par les mots, grâce à sa créatrice...

Martin de Kerimel | Mercredi 21 juillet 2021

Photo : (c) International Festival of Puppet Theatres for Adults PUPPETS' METAMORPHOSES - photo by Bartek Warzecha


Comment avez-vous rencontré Leos Carax pour la première fois ?

Estelle Charlier : Lui travaillait depuis un moment sur l'idée du personnage. Annette ne pouvait pas être une vraie petite fille et il ne souhaitait pas utiliser une image de synthèse ou un robot. Il tenait à utiliser un objet que les acteurs pourraient toucher et prendre dans leurs bras. Il s'est donc décidé pour une marionnette. En novembre 2016, j'ai été contactée : il cherchait plutôt des manipulateurs que des constructeurs, à cette époque, mais sans avoir encore choisi ce que serait le visage d'Annette. Il avait simplement les photos d'une enfant, qui m'ont beaucoup touchée. Je lui ai donc proposé de faire un essai de sculpture. C'est ainsi que nous avons commencé à travailler ensemble.

Et ç'a été un travail au long cours…

Un projet énorme : il y a plusieurs expressions du visage, plusieurs marionnettes, plusieurs âges et plusieurs types de manipulation. Mon complice, Romuald Collinet, a intégré l'équipe en janvier 2017. Le film aurait dû être tourné cette année-là, mais on a été interrompu après quatre mois. Finalement, le projet a été relancé en 2019, avec une autre production : c'est donc un projet au long cours, en effet, mais plus encore pour Leos Carax. Entre le moment où il a commencé à y penser et la sortie du film, si je ne dis pas de bêtises, il s'est passé sept ou huit ans…

Et vous n'aviez donc que les photos d'une petite fille comme base de travail ! C'est celle que l'on voit dans le film, Devyn McDowell ?

Non : Devyn a été choisie au début du tournage, quand la plupart des marionnettes avaient déjà été construites. Au départ, j'avais les photos d'une autre petite fille ukrainienne que Leos avait rencontrée il y a une vingtaine d'années. Son visage fascinant, très candide et un peu maladif, était très inspirant. J'ai essayé de retranscrire l'émotion qui s'en dégage en sculptant les visages.

Aviez-vous aussi revu les autres films de Leos Carax pour vous inspirer ?

Je les ai revus pour moi et j'en ai profité pour voir le premier, que je n'avais pas pu découvrir jusqu'alors. Je me suis surtout concentrée sur les consignes de Leos, qui avait une idée assez précise du personnage d'Annette. Nous avons eu énormément de discussions pour savoir jusqu'à quel point nous assumions la marionnette. Fallait-il, par exemple, voir ses articulations ou pas ? Quelle peau devions-nous lui donner ? Moi qui travaille pour le théâtre, j'utilise beaucoup le grain, les aspérités, les défauts… car c'est cela, je pense, qui crée l'étincelle de l'émotion. C'est dans les défauts que la marionnette prend vie. Leos a beaucoup aimé les premiers essais, mais le cinéma a fait que nous avons dû uniformiser la peau pour permettre les raccords entre les différents plans. De plus, la marionnette a plusieurs âges, avec toujours des expressions associées : on utilise donc des masques différents pour montrer un sourire extatique, une inquiétude, un endormissement, par exemple. On a essayé une peau très lisse, et réaliste comme celle d'un être humain, mais, à chaque fois, on perdait Annette…

Que de contraintes !

Effectivement. Leos ne voulait surtout pas tomber dans ce qu'on appelle la vallée de l'étrange. C'est une théorie robotique japonaise qui décrit la répulsion, le sentiment d'angoisse qu'on ressent face à un robot à l'apparence trop humaine. Or, il fallait au contraire qu'Annette soit attachante dès le premier regard et donc que nous trouvions le juste degré de réalisme pour qu'elle puisse fonctionner avec les acteurs et vivre à côté d'eux. C'est la problématique d'Annette : elle ne vit pas dans un monde de marionnettes.

Pour autant, il ne fallait donc pas créer quelque chose de trop réel…

Non, mais au début, ce n'était pas si facile. Leos souhaitait que la marionnette soit habillée le moins possible dans certaines scènes, presque nue avec juste une couche, par exemple. C'était un vrai problème pour nous, compte tenu de ses articulations ! Les conditions d'assemblage étaient vraiment compliquées. Nous étions aussi manipulateurs et, lors du tournage, il fallait être en mesure de changer les costumes et les expressions du visage rapidement. Dès qu'on lui mettait une autre robe, nous devions changer les tiges, dégonder les bras…

D'où la nécessité pour vous d'être rapides et efficaces. Ce n'était évidemment pas possible d'attendre quelques jours pour que la marionnette soit prête…

Exactement ! C'est pourquoi nous avons opté pour une technique de changements de masque. Sur l'arrière du crâne, l'implantation des cheveux était très longue : avec 15 masques d'expression différents, on ne pouvait pas faire 15 implantations. La construction d'Annette a pris beaucoup de temps, jusqu'au dernier jour du tournage. Nous utilisions un atelier portatif, avec toute une équipe derrière nous pour assumer ce travail.

Fallait-il également que la marionnette ressemble à Marion Cotillard et/ou à Adam Driver ?

Non. Marion est arrivée assez tard : je n'avais pas du tout ses traits en tête, au départ. J'avais quelques photos d'Adam, mais les suivre n'était pas véritablement la consigne. Il s'agissait plutôt de s'inspirer de cette petite fille que Leos avait connue. Lui voulait qu'Annette soit féminine, drolatique, attachante, un être spécial au charme particulier… et créer ainsi une marionnette poétique. C'est plutôt de cela que l'on discutait ensemble.

On imagine que le tournage a aussi été un gros défi en termes de manipulation…

En effet : il y a une quarantaine de séquences avec la marionnette, avec, à chaque fois, une manipulation différente. Romuald Collinet s'est chargé de concevoir une "sur-marionnette", c'est-à-dire une marionnette en kit, avec plusieurs bustes, plusieurs bras, plusieurs pieds, plusieurs positions des mains, plusieurs systèmes de manipulation… auxquels sont associés les différents masques. Cela nous apportait une grande liberté ! Leos se laisse la possibilité d'expérimenter jusqu'au dernier moment. Nous savions que ces décisions tombaient parfois à la toute dernière minute, et nous essayions de lui proposer un panel de possibilités dans lequel il a pu choisir ce qu'il voulait. N'ayant jamais travaillé pour le cinéma, nous n'avions pas forcément conscience de ses exigences et de son timing. L'équipe de tournage, elle non plus, n'avait jamais eu affaire à des marionnettes. Elle s'est montrée très ouverte et à l'écoute de nos contraintes. On a composé avec celles des deux mondes…

Pris par le film, on oublie presque qu'Annette est une marionnette. Y a-t-il eu un travail en posproduction pour "effacer" certaines choses trop visibles ?

Leos voulait qu'il soit le plus réduit possible. Nous étions cachés dans les décors, et quand cela n'était pas possible, nous utilisions les fonds verts ou bleus, avant d'être "effacés" numériquement. Après, il y a aussi pas mal de scènes où Annette est manipulée par les acteurs. Comme nous n'avions pas beaucoup de temps à passer avec eux, nous préparions les scènes entre manipulateurs, en amont, pour arriver avec quelque chose d'assez écrit, avant que les comédiens se l'approprient et l'adaptent à leur propre jeu.

Du coup, on ne vous voit pas du tout dans le film ?

Non. On nous aperçoit malgré tout lors du générique final. Nous sommes quatre manipulateurs à apparaître avec chacun une marionnette dans les bras. Toute cette expérience a été très intense et magnifique. C'est un évènement historique pour l'art de la marionnette qu'un réalisateur comme Leos Carax donne un de ses rôles principaux à une marionnette. C'était un pari risqué. Cette marionnette donne à tout le film une merveilleuse étrangeté et une poésie incomparable.

Et les acteurs ? Eux aussi se sont adaptés facilement ?

Oui. Je pense que les trois acteurs ont été touchés par Annette, chacun à leur manière, par la technique ou par l'émotion. Quelque chose s'est passé. Par exemple, ce qui m'avait frappé lorsque j'avais vu Marion Cotillard manipuler Annette, c'est que la marionnette ne faisait que très peu de mouvement, mais comme Marion y croyait, du coup, le spectateur y croit aussi. C'est par le regard de l'actrice que la marionnette prenait vie.

Nous parlons d'un film musical, constamment en mouvement, presque dansé. Cela a apporté quelque chose à votre travail ?

Oui. Tout au long de la création, nous avons été bercés par cette musique. Entre manipulateurs, il a fallu que nous créions des sortes de chorégraphies. Le son ayant été enregistré en live, nous avons d'abord dû travailler avec des maquettes des Sparks, déjà géniales ! J'en écoutais également dans mon atelier, au moment de sculpter : cela m'a peut-être aussi aidé à créer le personnage. Les Sparks étaient là pour une bonne partie du tournage et font quelques apparitions dans le film.

Et toute cette belle aventure se termine à l'ouverture du Festival de Cannes !

Oui… et le film a été très bien accueilli (NDLR: Leos Carax a d'ailleurs obtenu le Prix de la mise en scène).

Désormais, Annette fera l'objet d'une exposition à Charleville-Mézières…

Oui. Nous y présenterons Annette dans des décors inspirés de ceux du film et proposerons une sorte de parcours poétique de sa naissance jusqu'aux dernières scènes. Il y aura des photos, des vidéos et une partie consacrée à la technique. L'événement aura lieu jusqu'au mois de janvier l'année prochaine. On ne sait pas encore ce qui se passera ensuite, mais, autour d'Annette, notre compagnie fera l'objet d'un documentaire de 52 minutes, Baby Annette, signé Sandrine Veysset. Cela passera sur France 3, en septembre.

Vous avez d'autres actualités cet été ? D'autres projets au cinéma ?

Non, rien avant septembre. Nous avons deux spectacles en tournée, Tria Fata et Poli Dégaine, et sommes en création d'un autre, La Manékine. Côté cinéma, Romuald Collinet, à Charleville-Mézières, développe un studio de marionnettes filmées en live, l'Arrière Plan - Ciné Puppet Lab. Nous avons plusieurs projets en tête. En même temps, nous continuons nos spectacles, enrichis par cette incroyable expérience qui a inspiré et renouvelé notre propre approche de la marionnette.


Copyrights photo :
Photogramme du film - (c) UGC Distribution
Ombres - (c) La Pendue
Pieds et mains - (c) Patrick Argirakis

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Annette" de Leos Carax : noces de son

Ouverture Cannes 2021 | Espéré depuis un an, avec son titre qui est une quasi anagramme d'attente, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes, artistes et modèles, artistes et environnement familial, dépose presque toute fragilité en multipliant les oripeaux chic, glamour et trendy. Parfait pour le tapis rouge de l’ouverture de Cannes, moins pour l’émotion…

Vincent Raymond | Mercredi 7 juillet 2021

Figurer en ouverture sur la Croisette n’est pas forcément une bonne nouvelle pour un film. A fortiori cette année, après deux ans de disette. Car ce que le Festival attend de sa première montée des marches, c’est qu’elle amorce la pompe à coup de stars, de strass et de flashs fédérateurs. L’œuvre qui abrite ces premiers de cordée se trouve souvent reléguée à l’enveloppe de luxe et encourt surtout le risque d’être vite oblitérée d’abord par le reste de la sélection, puis par le temps. On n’aura pas la cruauté de rappeler quelques pétards mouillés du passé… Cochant les cases de la notoriété grand public et auteur, Annette souscrit également à d’autres paramètres prisés par les festivals : une dénonciation à travers la comédie musicale cinématographie de l’égotisme des gens de la "société du spectacle", à l’instar du All That Jazz (Palme d’Or 1980) de Bob Fosse o

Continuer à lire

Festival Les P'tits Géants : objets inanimés, avez-vous donc une âme ? (réponse : oui !)

Marionnette | Du lundi 19 au vendredi 23 octobre, la marionnette sera à l'honneur au Pont-de-Claix.

Aurélien Martinez | Mardi 20 octobre 2020

Festival Les P'tits Géants : objets inanimés, avez-vous donc une âme ? (réponse : oui !)

Dans cette agglomération grenobloise culturellement très richement dotée, il faut savoir se démarquer, surtout si l’on est une petite salle. L’équipe aux commandes de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix l’a bien compris, elle qui organise depuis quatre ans son festival Les P'tits Géants, centré sur la marionnette jeune public. En essayant de balayer large niveau genres et techniques. C’est à ce moment que l’on rappelle à celles et ceux qui ne le sauraient toujours pas que la marionnette, ce n’est plus, depuis longtemps, uniquement Guignol et ses potes ! Pour cette cinquième édition, cinq équipes artistiques seront ainsi présentes pendant la semaine de festival. Et quelle bonne surprise de retrouver parmi elles (désolé, on connaît moins les autres) la compagnie iséroise La Pendue d’Estelle Charlier et Romuald Collinet, dont on apprécie grandement les propositions visuellement fortes et tout sauf gnangnan. La preuve avec leur spectacle Tria Fata, visible dès 9 ans, qu’ils redonneront une nouvelle fois (la création date de 2015). Un cabaret pour une marionnettiste

Continuer à lire

La Pendue entre vie et mort

SCENES | En spectacle vivant, il y a quelques noms à Grenoble qui se sont imposés au fil des ans. La compagnie « de théâtre, marionnettes et métamorphoses (...)

Aurélien Martinez | Mardi 8 septembre 2015

La Pendue entre vie et mort

En spectacle vivant, il y a quelques noms à Grenoble qui se sont imposés au fil des ans. La compagnie « de théâtre, marionnettes et métamorphoses sensibles » La Pendue est de ceux-ci. Depuis plus de dix ans, Estelle Charlier et Romuald Collinet, formés tous deux à l’école des arts de la marionnette de Charleville-Mézières et installés maintenant en Isère, « sur les sommets de la colline d’Herbeys », ont mis en place un univers assez fort autour de la marionnette donc, avec une approche contemporaine et très scénographique de cet art ancestral. Poli dégaine, leur plus grand succès pas mal vu à Grenoble, en est une illustration parfaite : une sorte de réinterprétation déglinguée du mythe de Polichinelle. Niveau actu, leur nouvelle création Tria Fata commence petit à petit à voir le jour : elle sera de passage cette semaine au Tricycle pour une date unique (mardi 15 septembre), avant de revenir plus tard dans la saison (en février), couplée à une reprise de Poli dégaine – car la compagnie est en résidence au Tricycle. Un spectacle sur une marionnettiste et un musicien où, «

Continuer à lire

The Search

ECRANS | De Michel Hazanavicius (Fr, 2h14) avec Bérénice Bejo, Annette Bening, Maxim Emelianov…

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

The Search

Mal accueilli à Cannes, judicieusement remonté depuis, The Search prouve que son cinéaste, Michel Hazanavicius, possède un très estimable appétit de cinéma. Après le triomphe de son néo-muet The Artist, il signe le remake d’un mélodrame éponyme de Fred Zinneman, qu’il réinscrit dans le cadre de la deuxième guerre de Tchétchénie en 1999. En parallèle, on suit deux destins : l’errance d’un enfant dont les parents ont été massacrés sous ses yeux par l’armée russe, recueilli par une chargée de mission de l’Union européenne, et un jeune un peu paumé que ladite armée va transformer en machine de guerre. On ne révèlera pas ce qui les réunit, tant il s’agit d’un des tours de force de The Search. L’autre, c’est la sécheresse avec laquelle Hazanavicius parvient à raconter son histoire, différant longuement la montée émotionnelle pour s’en tenir à un classicisme bienvenu et efficace. Peu de musique externe, une volonté de trouver la bonne distance face aux événements et de ne pas chercher la fresque mais plutôt le désarroi qui émane des ruines ou

Continuer à lire

Aller de Lavant

CONNAITRE | Si la scène a bel et bien été, ces dernières années, le lieu de prédilection de Denis Lavant, c’est avant tout le cinéma qui a révélé au public ce drôle de corps, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 5 avril 2013

Aller de Lavant

Si la scène a bel et bien été, ces dernières années, le lieu de prédilection de Denis Lavant, c’est avant tout le cinéma qui a révélé au public ce drôle de corps, athlétique et fougueux, et ce visage qui fût un temps lisse comme celui d’un adolescent lunaire, puis patiné par on ne sait quelles épreuves. Le cinéma et surtout un cinéaste : Leos Carax, qui vit en lui un parfait alter ego, tel Léaud pour Truffaut, et avec qui il construisit la première partie de son œuvre, celle d’avant l’éclipse. Boy meets girl, d’abord, qui sera projeté dimanche au Méliès : un jeune homme à la dérive dans un Paris qu’il a cartographié selon ses histoires amoureuses, rencontre lors d’une soirée mondaine une femme elle aussi un peu paumée, et c’est le coup de foudre. En noir et blanc, Carax filme un Lavant bredouillant, se perd en surimpression dans son regard immense et sombre, ou le laisse s’échapper dans des courses folles. Parfait prolongement des cuts et dissonances que le cinéaste aime créer à l’image et au son, Lavant est un corps taillé pour son cinéma, un acteur fait pour les raccords brutaux mais aussi pour les trav

Continuer à lire

Une fondation pourquoi ?

ARTS | Info / Créée en 2003, la Fondation Alberto et Annette Giacometti doit son existence à la nécessité de gérer la succession de l’œuvre – immense – laissée par (...)

Laetitia Giry | Lundi 11 mars 2013

Une fondation pourquoi ?

Info / Créée en 2003, la Fondation Alberto et Annette Giacometti doit son existence à la nécessité de gérer la succession de l’œuvre – immense – laissée par Alberto. Institution privée reconnue d’utilité publique, elle assume les mêmes missions que toute autre fondation : conserver l’œuvre de l’artiste disparu et en assurer le rayonnement posthume. Pour cela, elle est la garante d’un savoir scientifique et pointu lui permettant de reconnaître les vrais des contrefaçons (ce qui lui vaut d’être la cible de la colère d’acheteurs malheureux ou de musées un peu trop dupes sur l’authenticité de leurs biens), s’échine à organiser des expositions partout dans le monde (une douzaine depuis sa création), encadre ou engage la restauration de différentes pièces (comme La Cage du Musée de Grenoble), et publie des ouvrages (correspondances ou autres écrits d’Alberto). D’après Véronique Wiesinger, co-commissaire de l’exposition et directrice de la fondation depuis dix ans, « gérer les droits d’auteur est très lourd ». Dépositaire du legs d’Annette, la fondation possède près de 5000 œuvres (dont 400 sculptures) qu’elle ne peut montrer dans un espace d’exposition à elle

Continuer à lire

Un été sous influence

ECRANS | L’été, c’est la saison des reprises sur grand écran, avec une belle rétro Cassavetes au Club, la copie neuve de "Lola" de Jacques Demy au Méliès, et des films en plein air au parc Paul-Mistral. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Lundi 16 juillet 2012

Un été sous influence

C’est en France que le culte autour de John Cassavetes a pris sa source. Quelques années après sa mort, cinq de ses films ressortent en salles en copies neuves et marquent durablement l’esprit des cinéphiles mais aussi des cinéastes, qui iront s’inspirer de la méthode Cassavetes avec plus ou moins de bonheur. Ces cinq films, les revoici cet été au Club dans des copies numériques. Avec Shadows (1959), il tourne en même temps que la Nouvelle Vague française un film aux méthodes assez proches : décors et lumières naturelles, acteurs non professionnels, sujet pioché dans la réalité (un frère et une sœur, tous deux noirs mais lui plus noir de peau qu’elle, confrontés au racisme ordinaire) et quête de la spontanéité et de la vérité par le jeu comme par la caméra. Le cinéaste, parti sur l’idée d’improvisation, finit par y renoncer et retourne le film intégralement, avec un vrai dialogue qu’il passe du temps à répéter avec ses comédiens. La méthode Cassavetes est née, et elle explose en 1968 avec Faces, où se développe son goût pour les situations d’embarras et de crise. Elle atteint son sommet grâce au superbe Une femme sous influence (photo), avec l’éblouiss

Continuer à lire

Leos et les bas

ECRANS | Six films (dont un court-métrage) en 28 ans, avec de grandes galères et de longues traversées du désert : la filmographie de Leos Carax est un roman. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Vendredi 29 juin 2012

Leos et les bas

1984 : Boy meets girlLe programme du titre n’est pas trompeur : dès son premier film, Leos Carax s’affirme avant tout comme un metteur en scène plus que comme un raconteur d’histoires, souvent banales chez lui. En noir et blanc, il filme la rencontre entre Alex, ado lunaire, et Mireille (Perrier), comédienne rongée par le mal-être. L’influence de Godard est sensible dans les nombreuses dissonances visuelles et sonores qui forment déjà le style Carax, mais aussi dans la rumination sur le cinéma en déclin, assassiné par la vidéo. 1986 : Mauvais sangLe tournage, compliqué, de ce deuxième film couronné par le prix Louis Delluc, va forger la réputation d’un Carax perfectionniste et irresponsable. Avec le recul, on voit bien quel mur le cinéaste s’apprête à se prendre en pleine face : alors qu’il radicalise encore son esthétique, où chaque plan doit être une œuvre en soi et où le scénario (qui entrecroise histoire d’amour, polar et trame d’espionnage) n’est que le prétexte à cette quête de la sidération, Carax engloutit des fortunes que même certains films « populaires » n’osent pas impliquer. Par ailleurs, Ma

Continuer à lire

Voyage en Caraxie

ECRANS | Étonnant retour en grâce de Leos Carax avec "Holy motors", son premier long-métrage en treize ans, promenade en compagnie de son acteur fétiche Denis Lavant à travers son œuvre chaotique et un cinéma mourant. Qui, paradoxe sublime, n’a jamais été aussi vivant que dans ce film miraculeux et joyeux. Critique et retour sur une filmographie accidentée. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Vendredi 29 juin 2012

Voyage en Caraxie

Dans Boy meets girl, premier film de Leos Carax, Alex (Denis Lavant, déjà alter-ego du cinéaste au point de lui emprunter son vrai prénom) détache un poster dans sa chambre et découvre une carte de Paris dessinée sur le mur où chaque événement de sa vie a été reliée à une rue, un monument, un quartier. Ce plan, c’est celui de la Caraxie, cet étrange espace-temps construit à partir des souvenirs personnels et cinématographiques du cinéaste, celui qu’il a ensuite arpenté jusqu’à en trouver le cul-de-sac dans son film maudit, Les Amants du Pont-Neuf. Au début d’Holy motors, Leos Carax en personne se réveille dans une chambre, comme s’il sortait d’un long sommeil. Sommeil créatif, pense-t-on : cela fait treize ans qu’il n’a pas tourné de long-métrage. Le voilà donc qui erre dans cette pièce mystérieuse qui pourrait aussi, si on en croit la bande-son, être la cabine d’un bateau à la dérive ; et ce qu’il découvre derrière un mur n’est plus un

Continuer à lire

Cannes, entre la panne et le moteur

ECRANS | Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués, et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le moment ou jamais de parler des nouveaux noms que le festival aura mis en orbite. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Vendredi 25 mai 2012

Cannes, entre la panne et le moteur

Comme il y a deux ans, le jour férié nous oblige à boucler avant la fin du festival de Cannes et la remise de la Palme d’or. Mais comme il y a deux ans, on a déjà hâte que l’affaire se termine, tant la compétition aura été laborieuse, et même parfois pénible à suivre. Surtout, sa diversité n’a pas été payante. En quelques heures, on pouvait passer d’un navet faussement personnel et vraiment putassier (le redoutable Paperboy de Lee Daniels, qui mérite des tomates après son déjà horrible Precious) à un sommet d’académisme moderniste à base d’acteurs inexpressifs, de dialogues séparés par d’interminables et grossiers silences et de plans sous tranxène sur des gars qui marchent dans les bois (le soporifique Dans la brume de Sergeï Loznitsa, qui mérite des œufs pourris après son déjà pontifiant My joy). Et on n’oubliera pas dans la liste le très Vogue Homme Sur la route de Walter Salles, où la beat generation est réduite à un clip publicitaire sur la mode des hipsters, ou encore le téléfilm de Ken Loach, La Part des anges, d’une fainéantise hallucinante que ce soit dans le déroulé de son scénario ou sa direction artistique inexist

Continuer à lire

La fête des morts (bis)

SCENES | Le Festival de la marionnette, débuté samedi dernier, se poursuit jusqu’au mardi 21 février (avant un passage de quatre jours par Lans-en-Vercors du 23 au (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 10 février 2012

La fête des morts (bis)

Le Festival de la marionnette, débuté samedi dernier, se poursuit jusqu’au mardi 21 février (avant un passage de quatre jours par Lans-en-Vercors du 23 au 26 février). Et cette semaine, nichée au sein de la programmation, on pourra découvrir une nouvelle version de Hors l’ombre, proposition de la compagnie La Pendue déjà passée au Théâtre de poche en 2010 (mais du temps où il s’appelait encore Théâtre de création). Cette fois-ci, une seule interprète (Estelle Charlier, moitié du duo formé avec Romuald Collinet) sera sur scène, pour porter ce spectacle visuellement impressionnant, qui démontre la maîtrise évidente de l’outil scénographique par cette jeune compagnie iséroise. En un peu plus d’1h30, le plateau se métamorphose au gré de l’évolution du récit (la vie de deux gosses paumés, en commençant par la fin, forcément tragique) grâce à divers procédés techniques – et notamment une utilisation remarquable de la lumière. En espérant que le côté mélodramatique un brin appuyé lors de la création sera se faire plus discret pour cette reprise, à découvrir lundi 20

Continuer à lire

Mother and Child

ECRANS | De Rodrigo Garcia (ÉU, 2h05) avec Annette Bening, Naomi Watts…

François Cau | Lundi 15 novembre 2010

Mother and Child

Depuis "Short Cuts", Los Angeles est devenu la terre promise du film choral. Dernier avatar en date, "Mother and Child" s’attaque au sujet casse gueule de l’adoption du point de vue des femmes. Un choix que le film de Rodrigo Garcia assume, mais au prix d’un scénario poussif et assujetti aux éternelles ficelles d’un genre qu’Inarritu, producteur (tiens donc), a mené très bas. Panel de personnages pluriethniques, destins croisés, déterminisme, héroïne sacrifiée arbitrairement, la formule, rabâchée, n’aide pas ce mélo soucieux de traiter son problème sous tous les angles. Pire, il finit même un peu par s’embrouiller en assénant un discours borderline sur la nécessité du rapport biologique. Moralité, l’adoption c’est compliqué. Sans blague. JD

Continuer à lire

La fête des morts

SCENES | THÉÂTRE / Ça vie, swingue et crie sur le plateau. Dans une ambiance obscure et cinématographique, les marionnettes sont manipulées à vue lors des différents (...)

François Cau | Vendredi 29 octobre 2010

La fête des morts

THÉÂTRE / Ça vie, swingue et crie sur le plateau. Dans une ambiance obscure et cinématographique, les marionnettes sont manipulées à vue lors des différents tableaux, « entre poésie visuelle et rock’n’roll attitude » dixit Romuald Collinet, moitié du duo fondateur de la compagnie La Pendue (avec Estelle Charlier). Tous deux anciens élèves de la fameuse École des arts de la marionnette de Charleville-Mézières, ils ont depuis posé leurs valises dans la montagne iséroise pour créer. Un verbe véritablement porteur de sens ici : des marionnettes aux décors, en passant par la musique et le texte, tout vient d’eux (et des collaborations qu’ils ont menées avec différents artistes). Une expression véritablement contemporaine en somme, dans un domaine a priori poussiéreux. A priori évidemment, car en s’y penchant de plus près, que ce soit en assistant au Festival de la marionnette de Grenoble ou aux spectacles des Gisèle Vienne et consorts, on prend rapidement conscience du potentiel dramatique et d’évocation d’une simple figurine désarticulée. Mais revenons en à La Pendue… Après leur Poli dégaine, réinterprétation déglinguée du mythe de Polichinelle, ils font leur retour au Théâtre de cr

Continuer à lire

Tout va bien, The Kids are all right

ECRANS | De Lisa Cholodenko (ÉU, 1H46) avec Annette Bening, Julianne Moore, Mark Ruffalo…

François Cau | Lundi 4 octobre 2010

Tout va bien, The Kids are all right

Au croisement de deux sujets forts (l’homoparentalité et la question de l’insémination artificielle du point de vue des enfants), The Kids are all right s’avère un film incroyablement normé, rabattant tous les enjeux possibles de son scénario sur un vaudeville prévisible. C’est sans doute le but de Cholodenko : montrer que des questions comme la famille, le couple ou la recherche de son identité sont universelles, non réductibles à la sexualité des parents ou à l’origine biologique des enfants. Il y aurait même matière à en rire, mais le film est si standardisé, dans sa forme comme dans ses péripéties, que la comédie s’avère poussive et attendue. Baigné dans le rock branché, estampilllé à chaque plan cinéma indépendant Sundance, The Kids are all right étonne par son manque d’envergure, sa transparence cinématographique et le cabotinage un peu lourd de son casting (Moore et Ruffalo, notamment, on fait beaucoup mieux). CC

Continuer à lire