Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

A Girl at my Door

De July Jung (Corée du Sud, 1h59) avec Doona Bae, Kim Sae-Ron…

Sitôt vu, sitôt oublié à Cannes dans la section Un certain regard, ce drame sud-coréen avait pour ambassadeur son prestigieux producteur, Lee Chang-Dong. Au premier abord, cette peinture cruelle d’une commissaire de police de Séoul mutée dans un bled où elle décide de prendre la défense d’une jeune fille qui s’est réfugiée chez elle, rappelle par son inscription géographique (la province sud-coréenne) et son point de vue (une femme au bord de la rupture intérieure) le sublime Secret Sunshine.

Mais là où Lee Chang-Dong est capable de désamorcer tout ce qui pourrait virer à la thèse par la force de son écriture et de sa mise en scène, July Jung pense qu’il faut empiler les sujets sensibles pour livrer un film fort. L’escalade est ici infernale : harcèlement, mauvais traitements, pédophilie, corruption, homophobie… A Girl at my Door croule ainsi sous les intentions au point de virer au ridicule, d’autant plus que le film ne prend absolument aucun risque visuel, se contentant d’un réalisme gluant qui est la marque d’un world cinema d’auteur définitivement calibré pour les festivals internationaux.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 27 mai 2014 Retour sur une drôle de compétition cannoise, non exempte de grands films mais donnant un sentiment étrange de surplace, où les cinéastes remplissaient les cases d’un cinéma d’auteur dont on a rarement autant ressenti le formatage. Christophe...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter