"Black lights" de Mathilde Monnier : ceci est nos corps

Black Lights

Les Subs

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Danse / Avec "Black lights", la chorégraphe Mathilde Monnier dénonce les violences faites aux femmes dans leur quotidien. Un spectacle éclatant à découvrir aux Subs dans le cadre du festival Transforme.

Puissant : c'est l'un des mots qui viennent à l'esprit après l'heure de représentation de Black lights de Mathilde Monnier. Un « spectacle-série-manifeste » comme le qualifie la chorégraphe afin de mettre des mots et des corps sur ce que subissent les femmes au quotidien – injonctions sexistes, humiliations sournoises, violences insoutenables... Une nouvelle pierre jetée contre le mur du patriarcat, et quelle pierre.

à lire aussi : Du grand cirque et des grands spectacles cet été aux Nuits de Fourvière

Sur scène, huit femmes dansent, forcément, mais aussi parlent, dénoncent, combattent...  « Pas besoin de contact physique pour avoir l'impression qu'on vous touche » assure l'une d'elles dans un tableau sur le harcèlement de rue, alors que certaines agressions ne sont pas toujours reconnues comme telles par la société.

24 heures dans la vie d'une femme

La matière première de cette création, ces histoires révoltantes, Mathilde Monnier les a extraites de la série H24 de Valérie Urrea et Nathalie Masduraud (Arte, 2021), composée de 24 courts épisodes et sous-titrée « 24 heures dans la vie d'une femme ». Elle qui aime tant confronter sa danse à d'autres arts a choisi onze des récits pour les porter au plateau ; onze textes d'autrices (Lola Lafon, Alice Zeniter, Blandine Rinke...) que ses danseuses et comédiennes s'approprient grâce à une mise en mouvement qui évite l’écueil de la plate illustration – « le corps est mon sujet, le mouvement est mon objet » écrit la chorégraphe, grand nom de la danse contemporaine française depuis 40 ans.

Avec elle, il se passe quelque chose sur scène – une femme seule, un groupe en mouvement, une confrontation... Avec elle, un vent de révolte souffle, devenant de plus en plus fort et glaçant au fil de la représentation et de l’enchaînement des récits. Et avec elle, une nouvelle fois (beaucoup de spectacles ces dernières années font le même constat amer), on se dit que non, ce n'est plus possible de tolérer de telles situations, de laisser des corps être à ce point asservis, brutalisés, étouffés, meurtris...

Black lights
Aux Subs du mercredi 20 au samedi 23 mars


Au programme du festival TransformeFestival initié par la Fondation d’entreprise Hermès dans plusieurs villes françaises, Transforme a pour but de « promouvoir des gestes artistiques novateurs dans le domaine des arts de la scène », « des spectacles pluridisciplinaires en prise avec le monde contemporain ». Outre Mathilde Monnier, on verra également aux Subs, du mercredi 20 mars au vendredi 12 avril, pas mal de beau monde – la metteuse en scène Maëlle Poésy, la circassienne Cholé Moglia, la DJ Chloé (toutes dans le spectacle Anima), la metteuse en scène Émilie Rousset, la chorégraphe et danseuse Vania Vaneau, l'artiste pluridisciplinaire NSDOS...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 6 juillet 2022 La chorégraphe Mathilde Monnier (née en 1959) s’installe aux Subs deux jours durant, avec une multitude de propositions, dont un grand échauffement (...)
Vendredi 4 janvier 2013 Pour sa première saison à la tête de la Maison de la danse, Dominique Hervieu inaugure deux événements originaux tout en exécutant une sorte de grand écart. Grand (...)
Mercredi 31 janvier 2007 Danse / «Parler de la bourgeoisie, c'était d'abord et avant tout parler du bonheur... Tout le monde a à se situer par rapport à ce milieu... Toutes les (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X