«Une image falsifiée lui est collée à la peau»

CONNAITRE | Interview / Fabrice Neyret, chercheur, habite la Villeneuve depuis 2 ans. Avec le collectif Info Habitants, il a créé un portail web sur les activités culturelles, sociales et citoyennes de son quartier, territoire qu’il regrette de voir si mal jugé. Propos recueillis par Séverine Delrieu

Séverine Delrieu | Mercredi 10 janvier 2007

Pourquoi avoir créé ce site ?Fabrice Neyret : À la fois pour faire mieux circuler l'information dans le quartier sur les nombreuses activités et actualités culturelles, sociales et citoyennes, et au passage, donner à voir une autre image à l'extérieur. Au-delà de l'agenda, il y a un aspect inventaire (qui fait quoi où), et un aspect recensement de toute l'information possible et imaginable sur la Villeneuve. On donne pignon sur web aux associations, et aussi à quelques trésors documentaires. Deux points importants, sont de booster la visibilité et l'accessibilité – car à La Villeneuve la signalétique n'est pas terrible. La dynamique du quartier, comment l'expliquez-vous ?L'écho des origines porte encore: ce quartier s'est fait dans les utopies de 68. Il est un des rares projets à avoir vraiment été suivi par les pouvoirs publics. Nombre d'erreurs qui ont été faites dans les banlieues parisiennes ont été évitées ici. Les habitants ont créé un bouillonnement culturel. Godard a été au Centre Audio-Visuel dans les années 70, le premier réseau câblé est né ici, avec studio TV. Forcément, il reste des traces de ce Big-Bang. Il y a maintenant un mélange entre des gens qui sont ici depuis l'origine, des néo-arrivants, et des 2ème et 3ème générations d'origines multiples.Quel est votre sentiment sur la perception de la Villeneuve ?Avec tous les “on dit”, je ne serais jamais venu m'installer ici si je n'avais connu des amis qui y habitaient. Le quartier a une image falsifiée qu'on lui colle à la peau : la Villeneuve serait un lieu dangereux peuplé de gens dangereux. Les média aussi stigmatisent le quartier : ils nous mettent un couteau dans le dos à chaque fois qu'ils montent en épingle un incident – quelle ville de 14.000 habitants n'en a pas... On nous reproche de nous enfermer. C'est incompréhensible : il faut voir la convivialité ici. Par contre, lors du réaménagement de la MC2, la passerelle où débouchait l'allée de la Culture a été supprimée. Maintenant, l'Allée de la Culture est une impasse.www. infovn.org ou http://parc.villeneuve.free.fr

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter