0

Astérix et Obélix : au service de sa Majesté

Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que le blockbuster à la française se cherche encore un modèle. Christophe Chabert

Dans quel âge se trouve le blockbuster français ? Économiquement, sans parler d’âge d’or, on peut dire que l’affaire roule ; même une chose laborieuse comme Les Seigneurs remplit sans souci les salles. Artistiquement, en revanche, on est encore à l’âge de pierre. La franchise Astérix en est le meilleur exemple : après le navet ruineux de Thomas Langmann, c’est Laurent Tirard, fort du succès glané avec son Petit Nicolas, qui a récupéré la patate chaude. Avec un budget quasiment divisé par deux (61 millions quand même !), il n’avait guère le choix : finies les courses de char dispendieuses et les packages de stars ; retour aux fondamentaux. Tirard et son co-auteur Grégoire Vigneron prennent ainsi deux décisions payantes : remettre le couple Astérix et Obélix au centre du film (ainsi que les comédiens qui les incarnent, Baer et Depardieu, excellents), et soigner un casting pour lequel chaque personnage semble avoir été écrit sur mesure. Il y a dans Au service de sa Majesté un petit charme très français du second rôle savoureux, plus digeste que la pratique éculée de la guest écrasante. Guillaume Gallienne, Vincent Lacoste, Valérie Lemercier, Catherine Deneuve, Bouli Lanners et même la débutante Charlotte Le Bon ou le trop roué Dany Boon, pour une fois supportable : le film fonctionne quand il s’appuie sur cette galerie de personnages et sur un artisanat du dialogue, du récit et du clin d’œil bon enfant (du doute sur la sexualité du duo à la rééducation façon Orange mécanique du barbare normand).

So french…

Les choses se gâtent dès que Tirard doit inventer une esthétique à son petit théâtre. De la 3D aux décors, sans parler de la mise en scène des gags purement visuels, systématiquement ratés, Au service de sa majesté baigne dans une laideur figurative totale. On s’amuse de l’envie irrépressible d’Obélix d’envoyer des baffes au glandeur parigot Goudurix, on ne rit plus du tout quand on voit la conséquence de celles-ci : un effet spécial extrêmement pauvre qui le projette vingt mètres plus loin. Le film vient donc entériner une hypothèse depuis longtemps émise : le cinéma populaire français, c’est du texte et des acteurs. Pour qu’il se transforme en blockbuster, il faudrait qu’un Christopher Nolan hexagonal s’empare d’un Astérix, et en fasse une version réaliste et personnelle… On peut toujours rêver.

Astérix et Obélix : au service de sa Majesté
De Laurent Tirard (Fr, 1h47) avec Édouard Baer, Gérard Depardieu, Guillaume Gallienne…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 29 novembre 2021 Avec Le Jeune acteur 1, Riad Sattouf poursuit ses études adolescentes en BD avec le premier volet d'une biographie consacrée à l'acteur Vincent Lacoste, qu'il révéla au cinéma dans Les Beaux Gosses. Et en qui il semble avoir trouvé son Antoine...
Mercredi 16 juin 2021 C’est l’histoire d’un énième repas de famille auquel Adrien assiste alors que son esprit divague. Car la seule chose comptant pour lui à ce moment précis, (...)
Mercredi 16 juin 2021 À l’écran, on l’a connu odieux (Le Sens de la fête),  irrésistible de drôlerie (Mon inconnue), fuyant (Antoinette dans les Cévennes) mais à chaque fois impeccable. Benjamin Lavernhe, de la Comédie Française, poursuit sur sa lancée en tenant...
Mardi 1 octobre 2019 Un maire à bout d’idées se régénère grâce aux perfusions intellectuelles d’une philosophe. Levant un coin du voile sur les coulisses de nos institutions, Nicolas Pariser raconte aussi l’ambition, la sujétion, le dévouement en politique, ce métier...
Mardi 24 septembre 2019 De Jalil Lespert (Fr., 1h25) avec Dany Boon, Guillaume Gallienne, Alice Pol…
Mardi 3 septembre 2019 Un seul être revient… et tout est dévasté. Cédric Kahn convoque un petit théâtre tchekhovien pour pratiquer la psychanalyse explosive d’une famille aux placards emplis de squelettes bien vivants. Un drame ordinaire cruel servi par des interprètes...
Vendredi 19 avril 2019 Une grand-mère se démène pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie faire le djihad. André Téchiné se penche sur la question de la radicalisation hors des banlieues et livre avec son acuité coutumière un saisissant portrait d’une jeunesse...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X